> 9 - POLITIQUE VILLE > INTERNATS de réussite et d’excellence > Internats (Etudes et Rapports officiels) > Internats d’excellence. "Une généralisation décidée et entreprise avant les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Internats d’excellence. "Une généralisation décidée et entreprise avant les résultats de l’évaluation" (Cour des comptes, déc. 2017)

21 février 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

L’Education nationale : organiser son évaluation pour améliorer sa performance
Rapport de la Cour des comptes, décembre 2017

EXTRAIT
(page 59)

[...] (b) L’évaluation d’expérimentations plus emblématiques d’une politique scolaire, reste imparfaite en délais, en cadrage initial, en méthodes même

Les internats d’excellence
Cette politique est présentée d’emblée en 2008 comme expérimentale avec la création de deux lycées d’État sous forme d’internat.
Or le ministère de l’éducation nationale ne prend aucune disposition pour en assurer l’évaluation.
C’est le FEJ, financeur d’une partie de ce projet, qui initie dès 2008 une évaluation
dite quantitative des résultats du premier internat d’excellence, situé à Sourdun comparaison sur trois ans des résultats de deux cohortes d’élèves, l’une sélectionnée pour l’internat d’excellence, l’autre scolarisée dans des établissements de droit commun), confiée à l’École d’économie de Paris, pour un montant de 725 000 € (540 000 € consommés). C’est encore le
conseil scientifique du FEJ qui souhaite en 2012, approfondir le processus évaluatif qui lui paraissait insatisfaisant, par une enquête nationale sur les innovations pédagogiques (pour un montant de 170 000 €).

Les résultats de l’évaluation sur l’établissement expérimental, attendus en 2012, n’ont été disponibles qu’en mai 2013. Or la généralisation du dispositif avait déjà été décidée et entreprise dès 2010 par un plan ambitieux de 20 000 places en internats d’excellence (12 000 places dans des établissements spécifiques et 8 000 places labellisées dans des internats existants). Ce plan était doté d’un budget de 300 M€, puis porté à 400 M€, financé par le programme des investissements d’avenir (PIA) Dans ce cas, alors que des arbitrages significatifs étaient à prendre en termes budgétaires et de cibles d’effectifs, les processus de la décision politique et des évaluations ont été déconnectés.46

 

Consulter aussi demain-lecole.over-blog.com du 23.02.18 :
Internat d’excellence/CP à 12... Des "ressemblances" de méthode... Pourtant, rappelons-nous...

Site OZP,
voir la rubrique Internats (Etudes et Rapports officiels)

Répondre à cet article