> 6 - DISPOSITIF > MIXITE SOCIALE, CARTE SCOLAIRE > Mixité sociale, Carte scolaire (Position de chercheur) > Mixité sociale : - "Montessori et Freinet ont été adoptés par la grande (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mixité sociale : - "Montessori et Freinet ont été adoptés par la grande bourgeoisie", entretien des Cahiers pédagogiques avec Monique et Michel Pinçon-Charlot - Les vrais ghettos sont les ghettos de riches, Renaud Epstein sur France Culture

11 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

N° 546 - L’histoire à l’école : enjeux
« Montessori et Freinet ont été adoptés par la grande bourgeoisie »

Entretien avec Monique et Michel Pinçon-Charlot
Monique et Michel Pinçon-Charlot sont docteurs en sociologie. Ils ont beaucoup travaillé sur les élites sociales et la grande bourgeoisie, dont ils ont observé incidemment les pratiques en matière de scolarisation.

[...] Nous n’avons pas fait d’enquête spécifique sur l’école, mais nous avons observé que les écoles de la grande bourgeoisie n’ont rien à voir avec les autres. On n’est pas uniquement dans l’instruction, dans la transmission de savoirs, on est dans l’éducation totale pensée par Bourdieu : on y prend en charge l’ensemble des richesses qu’on doit inculquer aux futurs grands bourgeois. Comme savoir bien se comporter en société, être solidaire de ses camarades de classe, etc. Montessori et Freinet ont été d’emblée totalement adoptés par la grande bourgeoisie. Ces enfants-là n’auront pas de supérieurs hiérarchiques dans leur vie professionnelle, ils doivent être capables de mener un projet, de prendre des responsabilités, d’être solidaires. La pédagogie de projet, la coopération font partie de la scolarité normale. Ils ne font cela que le matin et les après-midi sont consacrés au sport. Cela permet de naturaliser la domination symbolique : le capital physique est une forme de richesse symbolique, avec des corps droits, dressés, sportifs, élégants, courageux.

Extrait de cahiers-pedagogiques.comt de juin 2018 : « Montessori et Freinet ont été adoptés par la grande bourgeoisie »

 

Voir aussi sur twitter

"Les espaces dans lesquels il n’y a pas de #mixitésociale, ce sont les vrais ghettos : les ghettos de riches." 🏡🏡🏡 👉🏽 Renaud Epstein, sociologue, parle des #banlieues 🏢🏢🏢 http://bit.ly/28Mixite

Quartiers en difficulté : Macron en fait-il assez ?
rea_250541_064.jpg

Le président de la République reçoit ce mardi 22 mai des élus locaux, des entrepreneurs, des responsables d’associations ainsi que des enseignants, afin de tenir un conseil de mobilisation pour la banlieue. Cette réunion se tient à peine un mois après que Jean-Louis Borloo, ancien ministre de Jacques Chirac, lui a remis son rapport sur les banlieues Vivre ensemble, vivre en grand et la facture de 48 milliards d’euros qui l’accompagne. Au-delà du coût, ce sont des mesures trop centrées sur le volet immobilier et pas assez sur la sécurité et la radicalisation qui lui sont reprochées. Les propos d’Emmanuel Macron sont donc attendus, alors que les banlieues sont considérées par beaucoup comme un dossier délaissé par un gouvernement dépourvu d’un ministère de la Ville.

Pour en parler, nous recevons le maire écologiste de Sevran de 2001 à 2018 Stéphane Gatignon, le sociologue et maître de conférence en science politique Renaud Epstein et la grand reporter Manon Quérouil-Bruneel, auteure de La part du ghetto.

Répondre à cet article