> 6 - DISPOSITIF > DEDOUBLEMENT, PDMQDC et TAILLE DES CLASSES > Bilans des CP dédoublés dans 17 écoles d’Angers (Maine-et-Loire) et dans 3 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Bilans des CP dédoublés dans 17 écoles d’Angers (Maine-et-Loire) et dans 3 écoles de Bourges (Cher) - un reportage à Paris et un dossier du Monde

4 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Après une première année de CP dédoublés, que peut-on retenir de cette expérience qui puisse être utile pour contribuer, au-delà de l’éducation prioritaire, à la réussite de tous ?

C’est à cette question qu’essayait de répondre la présentation faite par Dominique Cerda - IEN chargée de la mission Education Prioritaire dans le 49 - et Sarah Gourfink - formatrice Académique Education prioritaire - lors d’une journée à l’ESPE d’Angers réunissant les équipes de circonscription (IEN, CPC, formateurs) du département, le vendredi 21 juin 2018.

100% réussite au CP. Retour sur une année en CP dédoublé

La première partie du document reprend la présentation faite lors du séminaire académique Education prioritaire du 1er juin : le contexte et l’organisation de la formation de l’Education Prioritaire dans le Maine et Loire.

La seconde partie présente des pratiques développées en CP à 12 qui peuvent être expérimentées dans d’autres contextes, dans trois champs : évaluation, ergonomie et autonomie. Ainsi que les incidences, en dehors de la classe, sur la construction du travail collectif et les relations avec les familles.

Extrait deac-nantes.fr : CP dédoublés. retours d’expérience dans le 49

 

Dédoublement des classes de CP, la mention très bien des enseignants et parents d’élèves

A la rentrée de septembre 2017, trois écoles du Cher classées en réseaux d’éducation prioritaire renforcés ont mis en place le dispositif de dédoublement des classes de CP. L’année scolaire bientôt terminée, l’heure est au premier bilan. 100% positif.

En septembre dernier, le jour de la rentrée, ils s’étaient retrouvés dans la cour de l’école Paul-Arnault, dans le quartier des Gibjoncs. Ils sont revenus ce vendredi 29 juin. Même décor et même sujet : le dédoublement des classes de CP dans les établissements classés en réseaux d’éducation prioritaire renforcée (REP+), qui concernait trois écoles du Cher, à Bourges : Paul-Arnault, Pressavois et Les Barbottes.

Extrait de leberry.fr du 29.06.18 : Dédoublement des classes de CP, la mention très bien des enseignants et parents d’élèves

 

Cours préparatoire à 12 élèves : « Un gain de deux à trois mois d’avance »

Le dispositif de dédoublement des classes, expérimenté depuis un an dans des écoles labellisées éducation prioritaire, est plébiscité par les enseignants.

[...] Elles n’ont pas vu filer l’année, mais les progrès de leurs élèves, ces « petits CP » qui se sont métamorphosés, sous leurs yeux et au fil des mois, en « presque CE1 », sont là pour attester qu’elles n’ont pas redoublé d’efforts pour rien. Marine Caron et Justine Gérard, deux enseignantes volontaires pour expérimenter les fameux « CP à 12 » – dispositif qui s’est transformé dans leur école de la rue Manin, dans le 19e arrondissement parisien, en « 2 profs pour 24 élèves » faute de place pour dédoubler les classes –, ont clairement le sentiment d’avoir « redoublé de tout » durant l’année : d’énergie, de projets, d’ateliers…

Extrait de lemonde.fr du 03.07.18 : Cours préparatoire à 12 élèves : « Un gain de deux à trois mois d’avance »

 

Le CP à 12, référence de la politique d’égalité des chances

Selon un sondage du sundicat SNUipp-FSU, les enseignants plébiscitent le dispositif, qui va concerner quelque 5 400 classes de CP et CE1 à la rentrée de septembre

[...] Depuis la rentrée 2017, les « CP12 » – comme les surnomme le ministre de l’éducation –, inspirés du projet américain STAR (pour Student-Teacher Achievement Ratio) mené dans le Tennessee il y a trente ans, sont devenus la référence en matière de politique d’égalité des chances. Un mantra politique résonnant bien au-delà du périmètre de l’école. Les dédoublements sont aussi au cœur du « plan pauvreté » qui devrait être présenté en juillet. Dans le champ des solidarités et de la santé, à la cohésion des territoires, dans les ministères, dans les cabinets et dans les assemblées, l’expression est dans toutes les bouches. Une illustration de l’idée, partagée en Macronie, que « faire du préventif vaut mieux que du curatif ».

Extrait de lemonde.fr du 03.07.18 : Le CP à 12, référence de la politique d’égalité des chances

Répondre à cet article