> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > ACTEUR > ENSEIGNANT : métier, statut > Enseignant (Témoignage) > Témoignage : Interview d’une diplômée d’école de commerce devenue professeure (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Témoignage : Interview d’une diplômée d’école de commerce devenue professeure d’anglais en ZEP

31 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Interview de Bénédicte : diplômée d’Audencia et professeure en ZEP

On nous le répète sans cesse : les écoles de commerce permettent d’innombrables débouchés, de l’entrepreneuriat au marketing en passant par le contrôle de gestion, la communication, les RH, etc.

Pourtant, des diplômés d’ESC choisissent de se (re)convertir et de travailler dans un domaine plus inattendu. C’est par exemple le cas de Cyrille Janssen, prêtre et diplômé de l’EDHEC, et c’est aussi le choix qu’a fait Bénédicte, diplômée d’Audencia devenue professeure d’anglais en ZEP.

Décrivez-nous votre parcours

Après avoir “fait” Audencia, j’ai eu envie de voyager et de me perfectionner en espagnol. Je me suis inscrite en DESS de commerce international à la fac de Nantes : le cursus m’intéressait car j’allais suivre 3 mois de cours à l’université de Saragosse suivis d’un stage de 6 mois (à Madrid). J’ai adoré cette année et c’est en cherchant mon premier “job” en Espagne que j’ai répondu à une offre qui m’a envoyée… à Londres ! J’y ai passé 4 ans à travailler dans le domaine des études de marché pour la télévision.

J’ai ensuite été envoyée à Paris où j’ai continué à travailler pour le même groupe pendant 10 ans. A la naissance de mon troisième enfant, mon mari a été envoyé à Dubaï, nous y avons passé 1 an pendant lequel j’ai été en congé parental.

De retour à Paris, mon entreprise refusait que je travaille 4 jours sur 5, alors que j’avais décidé de consacrer davantage de temps à mes enfants. J’ai alors décidé de me reconvertir et de devenir professeur d’anglais. Je me suis inscrite à la fac de Nantes, la famille a déménagé, et j’ai passé le CAPES d’anglais.

Ce passage du privé au public est-il difficile ?

Pas vraiment… sauf qu’après un an de stage dans un prestigieux lycée nantais j’ai été mutée “pour de bon” dans un collège de Zone d’Education Prioritaire !!! Choc des cultures…

Mais je suis aujourd’hui contente car mon organisation familiale est beaucoup plus facile, et mon métier est de plus en plus gratifiant : je me sens utile ! Même si j’avoue que je finis parfois mes journées assez “fatiguée”. La gestion d’une classe de ZEP demande beaucoup de travail et d’énergie. Je me suis sentie parfois très seule et démunie face à ces classes … la formation des profs n’est vraiment pas “top”, un prof se forme seul et chaque cours t’apprend quelque chose.

J’apprécie le fait de ne pas être enfermée dans un bureau devant un ordinateur car ce type de journée ne me convient pas. Je suis active, je bouge, j’ai une certaine “liberté” (je décide ce que je fais faire à mes élèves)… C’est très agréable.

Et … j’ai de grandes vacances !

A part cela, quels changements dans votre quotidien suite à votre réorientation  ?

Je passage davantage de temps avec mes enfants, mais je gagne beaucoup moins à la fin du mois… il m’arrive bien sûr de le regretter !

Justement, de façon plus générale, avez-vous des regrets (de ne pas être devenue professeure plus tôt ou inversement d’avoir changé de situation) ?

Je regrette les voyages que je faisais régulièrement dans le cadre de mon travail (même si j’emmène mes élèves en Angleterre !). Je ne regrette pas de ne pas avoir été prof plus tôt car j’ai beaucoup aimé mon métier d’avant, lorsque je n’avais pas mes enfants.

J’aime l’idée d’avoir changé, d’être encore en train de me former et de ne pas être installée dans une routine depuis 20 ans. C’est néanmoins assez difficile de se retrouver “débutante” à plus de 40 ans …

Par contre j’aime le fait de passer du temps avec des jeunes. Dans mon collège, ils viennent de pays très divers, ont vécu des expériences riches mais aussi parfois traumatisantes. Ils m’ont beaucoup appris …

Finalement, que diriez-vous/conseilleriez-vous à des élèves d’ESC qui hésitent sur leur orientation ?

Faites ce qui vous plaît et vous motive, sans trop vous poser de questions sur “l’après” … Je ne sais pas si c’est un bon conseil, mais on passe beaucoup de temps au travail et c’est important de s’y plaire.

Extrait de business-cool.com du 14.10.18 : Interview de Bénédicte : diplômée d’Audencia et professeure en ZEP

Répondre à cet article