> 6 - ACTEURS, POSITIONS > POSITIONS > Position syndicale > Un dossier du SNUipp sur l’éducation prioritaire (4 p.)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un dossier du SNUipp sur l’éducation prioritaire (4 p.)

19 décembre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Education prioritaire

Quel avenir ?
Un récent rapport de la Cour des comptes confirme que certes, les politiques menées autour de l’éducation prioritaire n’ont pas su réduire
les écarts mais ont permis, ce qui n’est pas rien, de les contenir.
Alors quel avenir pour l’éducation prioritaire ? Va-t-elle perdre ses particularités et se résumer à un élément de politique des territoires ? Quelle sera la place de la mixité sociale ? Allons-nous voir l’émergence d’un système d’aide en fonction des résultats des établissements sous forme contractuelle ?

Pour le SNUipp-FSU, la révision de la carte doit s’accompagner d’un véritable bilan avec l’ensemble des acteurs. Penser l’éducation prioritaire au travers de la gestion des personnels ou de l’approche territoriale ne peut suffire. Il faut analyser les dispositifs qui ont permis des changements de pratiques : le plus de maîtres, les allègements de service, les contenus de formation… Laboratoire d’expériences basées jusqu’alors sur le travail et les projets des équipes, l’éducation prioritaire est un réservoir de possibles, un lieu où les défis sont quotidiens et où le travail collectif prend tout son sens.
Les réformes engagées et les annonces ministérielles de cette rentrée préfigurent des changements où le prescrit remplace la créativité, où la récompense des réussites remplace le soutien aux zones en difficulté.
L’éducation prioritaire doit donc rester prioritaire et être protégée de la mise en concurrence. Pour le SNUipp-FSU Il ne peut y avoir de territoires abandonnés, ni d’élèves et de familles oubliés. Ce sera tout l’enjeu de la révision de la cartographie nationale.

Là où plus qu’ailleurs pèsent inégalités sociales et déterminismes, l’école ne peut pas tout, mais elle peut beaucoup. Il faut lui donner les moyens de ses ambitions.
Éducation prioritaire | SNU

 

L’OZP réalise son bilan

[…] L’OZP* ne se satisfait pas de l’absence d’un vrai bilan des politiques de l’éducation prioritaire avec l’ensemble des acteurs
de terrain, au moment où les projets des réseaux devraient se renouveler. En s’appuyant sur son conseil scientifique
composé de spécialistes comme Marc Bablet et Jean-Yves Rocheix notamment, l’OZP proposera un questionnaire aux
acteurs de l’éducation prioritaire pour qu’ils fassent remonter leurs analyses.
*Observatoire des Zones Prioritaires

 

Ce que porte le snuipp-fsu

POUR UNE ÉCOLE PLUS JUSTE :

Les inégalités scolaires corrélées aux inégalités sociales sont beaucoup plus marquées en France que dans les autres pays de l’OCDE. De manière générale, plus de la moitié des élèves sont en difficulté, de nombreux implicites faisant obstacle aux apprentissages. En éducation prioritaire, cette proportion d’élèves est encore plus forte. Ce constat oblige à penser autrement le système éducatif, l’école, les pratiques. Une évolution nécessaire pour permettre à tous les élèves de s’émanciper et de sortir de ce déterminisme social, en leur renvoyant qu’ils sont aussi capables que les autres de progresser et d’apprendre.

#PartirDesBesoins
• Partir des besoins des écoles, sur des critères objectifs et explicites sur tout le territoire. La carte de l’EP ne peut reposer sur une enveloppe initiale limitée de moyens affectés mais bénéficier d’une augmentation des moyens alloués.

#FinDesEcolesOrphelines
• Faire bénéficier du label toutes les écoles dont les caractéristiques nécessiteraient ce classement même si elles ne relèvent pas d’un collège tête de réseau.

#FormationDesEnseignants
• Mettre en oeuvre une formation initiale et continue permettant des allers retours avec l’ensemble de la recherche en lien avec les problématiques de l’école.
• Penser un accompagnement spécifique pour les jeunes enseignants.

#EvaluationUneAutreConception
• L’évaluation doit être au service des apprentissages et permettre de valoriser ses progrès.

#FavoriserUnCollectifDeTravail
• Développer le plus de maîtres que de classes.
• Augmenter les temps de concertation, étendre les temps d’allègement de service.
• Avoir des temps de réflexion et d’élaboration avec les autres acteurs éducatifs.

#AutonomieDesEquipes • Permettre l’innovation.
• Disposer des moyens d’enseignement alloués : plus de maîtres, baisse des effectifs dans toutes les classes, dédoublement des classes.

#DevelopperLeLienEcoleFamille
• Accompagner cette liaison avec formation et temps reconnu.

#MixitéSociale
• Faire vivre des politiques territoriales qui permettent une mixité sociale.

#EvaluationsDesDispositifs
• Évaluer pour réajuster en fonction des bilans et des remontées des équipes, notamment le plus de maîtres que de classes, les allégements de service, les moyens de remplacement, le fonctionnement en réseau...

#PasPlusDe20
• Baisser significativement les effectifs est un levier puissant qui ne peut concerner uniquement les classes de CP et CE1. 20 par classe et 15 en PS et TPS en EP.

#IndemnitésPourToutesetTous
• REP ou REP+ enseignants, AESH, psychologues, RASED, ERH... Tous les personnels travaillant en éducation prioritaire doivent percevoir l’ensemble des indemnités relatives à l’exercice en EP.

Documents joints



  • PDF - 445.8 ko

Répondre à cet article