> 3 - Les Positions OZP > Marc Douaire, président de l’OZP, auditionné par le Sénat sur les "nouveaux (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Marc Douaire, président de l’OZP, auditionné par le Sénat sur les "nouveaux territoires" le 3 juillet 2019

4 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Marc Douaire auditionné par le Sénat sur les "nouveaux territoires"

Le mercredi 3 juillet 2019, Marc Douaire a été invité par le Sénat dans le cadre d’une mission parlementaire sur « le thème des « Nouveaux territoires » à présenter les positions de l’OZP. Il a développé pendant une heure les points suivants :

Propos introductif
Après une présentation de l’OZP, il y a nécessité de rappeler les points suivants :
-  La question des inégalités sociales et des fractures territoriales en France devient un sujet très aigu et appelle des réponses générales et urgentes des politiques publiques
-  S’agit-il vraiment de faire du neuf ? Il convient de clarifier cette volonté de construire « un nouveau monde » en faisant abstraction les politiques engagées auparavant.
-  A titre d’exemple : l’histoire de l’éducation prioritaire, première politique de lutte contre les inégalités scolaires articulée avec les politiques territoriales, dont les moments clés ( 1981, 1990, 2006, 2013) sont remis en cause sans bilan.
-  L’enjeu de l’évaluation des politiques publiques : ainsi, la nécessité de respecter l’engagement de l’Etat de procéder en 2019 à l’évaluation de l’éducation prioritaire.
-  L’éducation prioritaire doit continuer à être une politique publique prioritaire ; pour cela elle doit être conduite par l’Etat. La mise en œuvre des projets des réseaux doit bénéficier de l’action des services déconcentrés et des pouvoirs politiques décentralisés.

 

QUESTIONNAIRE A L’ATTENTION DE L’OZP
DE LA PART DE MM. LAFON ET ROUX, RAPPORTEURS

- Quel bilan tirez-vous de la réforme de l’éducation prioritaire de 2014-2015 ? La carte retenue vous semble-t-elle pertinente ?
- Quel regard portez-vous sur les projets du ministère en matière d’évolution de la carte et de la labellisation éducation prioritaire ?
- Les enjeux spécifiques des territoires ruraux les moins favorisés peuvent-ils être pris en compte dans le cadre de la politique d’éducation prioritaire ? Doivent-ils faire l’objet d’une labellisation spécifique ?

 

Réponses aux questions des sénateurs :

1- Le nouveau Manifeste de l’OZP (janvier 2017)

2- A quel moment, dans quelle instance, sur la base de quel texte, le ministre Blanquer a-t-il présenté sa conception de la carte et de la politique de l’éducation prioritaire ? Cette pratique ministérielle d’avancer masqué, dissimulé, en refusant le débat pose un vrai problème de fonctionnement démocratique. Concernant la carte de l’éducation prioritaire :
-  L’éducation prioritaire avait été conçue comme une politique provisoire…qui se poursuit toujours : cela renvoie à la question centrale du traitement des inégalités sociales en France
-  Les principaux détracteurs de l’éducation prioritaire avancent que cette politique empêcherait la mixité sociale ; posons plutôt la question : qui veut mettre en œuvre réellement la mixité sociale aujourd’hui en France ?
-  Soit on choisit de liquider l’éducation prioritaire (par arrêt brutal ou par étouffement) soit on choisit de la consolider ce qui passe notamment par un traitement rationnel, juste et transparent des situations concentrant les inégalités. Aujourd’hui, la carte de l’éducation prioritaire concerne 20% de la population scolaire, c’est un non-sens et un blocage majeur d’évolution.
-  L’éducation prioritaire doit essentiellement concerner les Rep+ dont on peut abonder le nombre dans le cadre d’une politique nationale sous la responsabilité de l’Etat qui labellise et qui encadre. Les Rep et les établissements scolaires bénéficiant d’une allocation différenciée des moyens doivent être pilotés réellement par tous les recteurs.

3- Indubitablement, des territoires ruraux qui ont perdu continuellement des populations depuis longtemps, souffrent d’isolement, d’éloignement des services publics, de déficit culturel. Ces territoires doivent relever d’une politique spécifique mais à vouloir mélanger ruralité, outre-mer et éducation prioritaire on aboutira à un effacement et une illisibilité de politiques prioritaires et il ne restera que des perdants.

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES de cet article,
en particulier les mots-clés du groupe 2 : Rapp. parlementaire : AN, Sénat, Cese/ et du groupe 5 ***Pilot. Carte scolaire/
Croiser le mot-clé choisi avec d’autres (repérer sa place dans le groupe-colonne avec les *)

Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article 3 - Les Positions OZP

Répondre à cet article