> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > Ouverture sociale > Grandes écoles, universités, entreprises, fonction publ. > Ouverture sociale (Positions d’associations, journalistes, personnalités...) > Le think tank Terra Nova propose de prendre en compte l’origine sociale des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le think tank Terra Nova propose de prendre en compte l’origine sociale des étudiants dans la sélection

4 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Le think tank Terra Nova propose de prendre en compte l’origine sociale des étudiants dans la sélection

Les mesures pourraient avoir un certain écho, à l’heure où le gouvernement planche sur la question de l’ouverture sociale dans les grandes écoles. Le think tank Terra Nova appelle à passer à la vitesse supérieure, dans une note publiée mercredi 2 octobre, intitulée « De nouvelles ambitions pour démocratiser l’enseignement supérieur ». Notre système de formation doit corriger « de manière radicale les mécanismes inégalitaires qu’actuellement, il renforce au lieu d’atténuer », défendent ses auteurs.

Le constat est connu : les enfants de cadres ont près de trois fois plus de chances d’accéder à l’enseignement supérieur que les enfantos d’ouvriers ; quatre fois plus de chances d’obtenir un diplôme de niveau bac + 5. La « stratification » est « de plus en plus marquée » entre les différentes filières, les jeunes issus des milieux défavorisés étant majoritairement présent dans les moins prestigieuses. « Parmi les pays développés, la France est le pays où la performance scolaire est la plus conditionnée par l’origine sociale et le capital culturel des familles », écrivent-ils, et ce, malgré la multiplication de dispositifs estampillés « égalité des chances ».

Extrait de le monde.fr du 03.10.19

 

Voir aussi

A l’université de Clermont, un bilan mitigé pour les parcours renforcés

C’est l’une des nouveautés de Parcoursup : certains bacheliers, jugés trop fragiles sur le plan scolaire, ont été orientés vers des parcours renforcés. Un an après, l’échec à l’université a néanmoins gardé ses mille visages.

(...) Marion fait partie des « oui si », comme les appelle la plate-forme Parcoursup lorsqu’elle donne à chacun ses réponses d’affectation. Entendez : « oui », vous êtes admis à l’université, mais vous ne remplissez pas les prérequis, donc ce sera seulement « si » vous suivez un parcours particulier. A la rentrée 2019, 30 369 étudiants ont été admis à l’université par cette voie, soit deux fois plus que l’année précédente.

Grande nouveauté de Parcoursup lors de son lancement en 2018, ces parcours renforcés étaient censés limiter les risques de décrochage et d’échec pour les candidats au niveau jugé insuffisant. Mais pour Marion, cela n’a pas suffi : « Je me suis accrochée, mais j’ai bien vu que cela n’allait pas être possible », raconte cette bachelière professionnelle de la voie gestion-administration.

Extrait de le monde.fr du 03.10.19

 

Voir le mot-clé Position think tank (gr 3)/

Répondre à cet article