> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > PEDAGOGIES (LES). Liste des sous-rubriques et mots-clés > Pédag. bienveillante ou positive / > "Quand les profs aiment les élèves", Maël Virat, chercheur en pyschologie (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Quand les profs aiment les élèves", Maël Virat, chercheur en pyschologie (Odile Jacob). Entretien avec Vousnousils

19 novembre 2019 Version imprimable de cet article Version imprimable

Quand les profs aiment les élèves, leurs résultats s’améliorent

Dans son livre "Quand les profs aiment les élèves" (éditions Odile Jacob), Mael Virat, chercheur en psychologie spécialisé dans les mécanismes d’apprentissage et les pratiques éducatives, explique l’importance de cet enjeu. Entretien.

C’est en commençant comme enseignant que vous vous êtes penché sur la relation affective professeur-élève et ses effets. Comment est-ce venu exactement ?

J’ai été enseignant vacataire en SVT en lycée pendant quelques années avant d’enseigner pour la protection judiciaire de la jeunesse à des adolescents en centres d’insertion. Bien que le contexte soit différent, j’ai remarqué que dans ces deux cas quand les élèves appréciaient l’enseignant, ils étaient plus mobilisés et obtenaient de meilleurs résultats. Mes collègues faisaient le même constat que moi. Mais quand on en parlait ensemble, très vite, on avait un dogme en tête qui nous rappelait qu’on n’était pas là pour ça. L’implication relationnelle et affective entre professeur et élèves est un sujet tabou. Certaines personnes ont déjà l’intuition que cette relation influe sur les résultats mais j’avais envie de la valider à partir d’études. C’est ainsi que j’en ai fait mon sujet de thèse.

[...] Peut-on réussir à s’impliquer affectivement avec certains élèves plus agités ?

C’est plus difficile mais en même temps tellement central ! Ca oblige à trouver des solutions. Les enseignants développent alors souvent leur capacité à voir ces élèves autrement. Ils se disent que l’élève ne perturbe pas le cours intentionnellement, qu’il a des difficultés par ailleurs. Ce qui permet de continuer à s’impliquer avec lui. Les travaux démontrent que cette capacité à voir l’élève autrement dépend beaucoup des ressources que l’enseignant trouve lui-même autour de lui, c’est-à-dire s’il est isolé ou soutenu.

[...]

Extrait de vousnousils.fr du 06.11.06

Répondre à cet article