> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > POLITIQUE DE LA VILLE. Types de documents > Politique Ville (Rapports officiels) > Dans un rapport sur la relance du logement, le Sénat propose de placer (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans un rapport sur la relance du logement, le Sénat propose de placer l’école au coeur de la politique de la Ville avec un plan de prise en charge des décrocheurs

19 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Coronavirus : le Sénat présente ses propositions pour relancer la construction, le logement et la politique de la ville

Les sénatrices Dominique Estrosi Sassone et Annie Guillemot, pilotes de la cellule thématique "Logement" de la commission des affaires économiques dans la crise de Covid-19, ont entendu près de 90 personnes et mené une quarantaine de visioconférences.

Elles ont présenté leur analyse de la crise et leurs propositions de relance pour que, après le confinement, le logement soit placé au cœur de la relance. Le logement est un secteur de temps long. On ne construit et ne rénove chaque année que 2 à 3 % du parc de logements. Il faut donc poser le bon diagnostic pour utiliser de manière efficace les moyens de relance.

[...] Sur la base de ce diagnostic, les sénatrices Dominique Estrosi Sassone et Annie Guillemot suggèrent quatre axes et une quinzaine de propositions pour la relance de la construction, du logement et de la politique de la ville :

[...] Axe 4 - Relancer la politique de la ville
Relancer l’ANRU et accélérer la mise en œuvre du NPNRU, notamment sur tous les chantiers de réhabilitation qui peuvent être opérationnels de suite (logements, écoles, collèges, locaux d’animation...) avec des clauses d’insertion bénéficiant aux jeunes de ces quartiers. Un plan de relance partenarial devrait être impulsé dès cet été.

Retrouver l’ambition d’une politique de société en plaçant l’école au cœur de la politique de la ville avec le soutien de l’État aux maires pour la prise en charge des enfants, et en mobilisant les jeunes adultes pour être les tuteurs des décrocheurs en matière d’enseignement à distance et de remise à niveau scolaire. Un plan de l’ordre de 20 000 à 30 000 postes serait nécessaire

Extrait de senat.fr du 17.06.20

Répondre à cet article