> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Décrochage et absentéisme > Décrochage (Dossiers et Guides) > Les décrocheurs du confinement sont majoritairement revenus en classe (un (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les décrocheurs du confinement sont majoritairement revenus en classe (un reportage du Monde)

12 octobre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

Que sont devenus les décrocheurs du confinement ?
Les 4 % à 5 % d’enfants et adolescents disparus des radars pendant le confinement sont majoritairement revenus en classe. Mais ces élèves restent fragilisés par cette interruption.

C’est la bonne surprise de la rentrée. Les décrocheurs du confinement, ces élèves dont les enseignants n’ont eu « ni son ni image » pendant plusieurs mois, sont revenus en classe depuis septembre. Partout, dans les établissements les plus sensibles – lycées professionnels, écoles primaires accueillant un public défavorisé –, on s’étonne d’avoir vu rentrer, à de rares exceptions près, des élèves « heureux, excités de retrouver les copains, armés d’un fort désir d’apprendre », comme le décrit Emilie Marcillo, professeure de CE1. Nous avions interrogé cette enseignante marseillaise, en mai, alors que le déconfinement scolaire s’amorçait. Au moins quatre de ses élèves n’avaient pas participé à l’école à la maison, dont un enfant rom hébergé dans des conditions précaires. Le 1er septembre, « le petit Marin a fait sa rentrée en CE2, se félicite l’enseignante. Il est là tous les jours ».

« Il y a un effet rentrée, analyse un directeur d’école REP+ des Hauts-de-Seine, qui préfère garder l’anonymat. Tout le monde retourne au travail, y compris les parents. » Au mois de mai, il estimait à 10 % des effectifs le nombre d’élèves n’ayant donné aucune nouvelle pendant le confinement. D’autres familles, en nombre plus important, refusaient de renvoyer les enfants à l’école par crainte du virus. « En septembre, l’allègement du protocole sanitaire a rassuré les parents, qui ont compris que l’école reprenait à peu près normalement, ajoute-t-il. Et puis, l’inquiétude commençait à monter, sur les apprentissages et le retard à rattraper. »

Répondre à cet article