> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > PILOTAGE national, académ., local > Pilotage académique > Pilot. acad. : Bilan, Projet > "Les enfants sont arrivés en septembre très en retard", témoignage d’une (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Les enfants sont arrivés en septembre très en retard", témoignage d’une enseignant de CP en REP+ dans la métropole de Lyon

1er décembre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

Décrochage scolaire à Lyon : "les écarts se sont encore plus creusés entre les élèves" pendant le confinement

Martin est professeur des écoles dans une classe de CP d’une école élémentaire Rep+ de la Métropole de Lyon. Rep+ où Réseau d’éducation prioritaire renforcé, dans un quartier populaire. Il témoigne sur le décrochage scolaire pendant le 1er confinement, lorsque les écoles étaient fermées. Et assure que les inégalités, entre les élèves, se sont largement creusées.

[...] "Les écarts se sont encore plus creusés" entre les élèves
Le creusement des inégalités entre élèves ? "Chez les enseignants, on est tous d’accord pour dire que la période de confinement (au printemps) et de non école a été catastrophique pour les enfants. Il y a eu énormément de perte, les enfants sont arrivés en septembre très en retard. On rame", poursuit l’enseignant de CP. C’était déjà compliqué avant. Il y avait déjà des écarts importants entre la Rep+ et une école élémentaire "traditionnelle". Cette année, les écarts se sont encore plus creusés. On l’a vu avec les évaluations nationales en septembre. Il y a eu moins de suivi chez eux, ils peuvent moins être aidés par leurs parents, l’école c’’est si important, si capital".

Des écarts encore plus marqués entre les élèves. L’instituteur de Rep+ explique : "Les enfants n’ont pas tous les sons, toutes les lettres. En terme d’attitude, ils sont encore très bébés. Généralement, les enfants au bout d’une semaine en CP, ils ont compris qu’ils étaient passés en CP, qu’ils n’étaient plus en maternelle. Ils ont compris qu’ils avaient chacun une chaise, un bureau, étais assis, avec l’enseignant en face pour schématiser. Ca prenait une semaine, là ça a pris jusqu’à la Toussaint. Car ils n’ont pas eu la totalité de leur apprentissage de Grande Section. Et c’est apprentissage, il est si important, encore plus dans les Rep+. C’est pour ça qu’on a fait reprendre les Grande Section en premier au printemps"

Une génération sacrifiée ?
Comment rattraper le retard ? "Ce qui m’inquiète, c’est que tout ce temps pour "les faire rentrer en CP", ça a pris beaucoup de temps. Depuis début novembre, on y arrive. Le protocole est facilement respectable. Après, la problématique va vite se poser : quels sont les choix pédagogiques ? Les priorités ? On ne pourra pas tout faire. Je ne dirai pas que ça va être une génération sacrifiée mais il faudra être très vigilant, redoubler d’efforts. Il faudra le garder à l’esprit".

Extrait de lyoncapitale.fr du 27.11.20

Répondre à cet article