> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, (...) > Le point de vue des directeurs d’école en REP+ et REP sur les conséquences de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le point de vue des directeurs d’école en REP+ et REP sur les conséquences de la crise à la rentrée 2020 (Depp, janvier 2021)

29 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Note d’information Depp
n° 21.04 – Janvier 2021.

Dispositif d’évaluation des conséquences de la crise sanitaire : le point de vue des directeurs et directrices d’école

 À la rentrée 2020, un quart des directeurs et directrices d’école estiment que le niveau en lecture et en maîtrise des nombres est plus faible pour tous ou pour la plupart des élèves de CE1 que lors de la rentrée 2019. Mais dans le même temps, près de 20 % d’entre eux estiment que ce niveau est meilleur pour tous ou pour la plupart des élèves de CE1. Ces constats sont plus dégradés pour les écoles du réseau d’éducation prioritaire (REP et REP+).

Les priorités à la rentrée sont ainsi d’identifier et de remédier aux difficultés de chacun, mais aussi, particulièrement dans les écoles de REP et de REP+, de rassurer les élèves sur la situation sanitaire. Les directeurs et directrices soulignent des incidences positives du confinement dans les relations entre les enseignants et les familles, surtout pour les écoles de REP et de REP+ où la grande majorité d’entre eux affirme que la participation des élèves au dispositif de continuité pédagogique pourrait avoir une incidence positive sur le lien entre école et famille. Ils identifient également des incidences bénéfiques de la période de confinement en termes d’autonomie et dans le domaine du numérique mais pas sur la motivation et la collaboration entre élèves.

[...] À la rentrée 2020, plus de six directeurs d’école sur dix estiment que les habitudes de travail des élèves de CE1 ont été conservées pour tous ou pour la plupart d’entre eux par rapport à la rentrée 2019  figure 1.
Cependant ce constat varie de près de vingt points selon les secteurs d’enseignement : de 47,1 % en REP+ à 69,5 % dans les écoles du secteur privé sous contrat.
A contrario, on n’observe pas de différences selon le secteur dans l’opinion que les directeurs ont de la motivation de tous ou de la plupart des élèves de CE1, jugée plus
grande seulement pour un peu moins de quatre directeurs d’école sur dix.

[...] Des niveaux en lecture et en nombre et calcul hétérogènes pour les CE1 à la rentrée 2020
|...] Ces appréciations des directeurs d’école sont très différentes selon le secteur de
l’établissement. Les directeurs des écoles situées en REP+ sont ainsi pratiquement un sur deux à déclarer que le niveau en lecture et de maîtrise des nombres est plus faible pour tous ou la plupart de leurs élèves de CE1. Près de quatre directeurs d’école de REP sur dix font état d’un semblable constat.
Dans le même temps, un peu moins de 10 % des directeurs des écoles situées en REP déclarent que le niveau en lecture et de maîtrise des nombres des élèves de CE1 à la rentrée 2020 est meilleur pour tous les élèves ou pour la plupart d’entre eux que celui des élèves de CE1 à la rentrée 2019. En REP+, ces derniers sont seulement 5 %. Les directeurs d’école font donc état de niveaux en lecture et de niveaux de maîtrise des nombres hétérogènes à la rentrée 2020, à la fois en fonction du secteur d’enseignement dans lequel est située leur école, mais également au sein même de leur établissement.
Ces résultats corroborent les premières données des évaluations nationales exhaustives diffusées par la DEPP : si les résultats ont diminué de manière sensible
en français pour les CE1 tout en restant relativement stables en mathématiques,
une hausse systématique des écarts de performance entre secteurs d’enseignement est identifiée à la rentrée 2020.

[...] Des échanges plus fréquents avec les familles et au sein même des équipes pédagogiques, surtout en REP et REP+
Parmi les dispositifs spécifiques mis en œuvre à la rentrée 2020 par rapport à celle de 2019, les directeurs d’école estiment à 57,6 % que les échanges sont plus fréquents avec les parents d’élèves de leur école. Les directeurs d’école sont plus nombreux à affirmer avoir davantage échangé avec les parents d’élèves lorsqu’ils dirigent des écoles situées en REP+. L’intensification des échanges se fait également ressentir au sein même du personnel éducatif puisque les trois quarts des directeurs d’école interrogés font état de davantage de partage entre les professeurs de CE1. Là encore, cette proportion est plus grande pour les directeurs des écoles situées en REP ou REP+, mais aussi pour les directeurs d’établissements privés sous contrat
 figure 3.

[...] Une majorité de directeurs d’école insiste à la rentrée 2020 sur l’identification des élèves en difficulté et la remédiation à apporter
Interrogés sur les objectifs prioritaires devant régir les apprentissages des élèves à la rentrée 2020, un quart des directeurs interrogés mettent au premier plan l’identification des élèves à besoins et la remédiation à apporter au regard des difficultés identifiées  figure 4. Ils sont aussi nombreux à considérer que la
première priorité de cette rentrée devrait constituer en la réinstallation progressive
des habitudes de travail. Les proportions sont les mêmes quel que soit le secteur d’enseignement, mais plus d’un quart des directeurs des écoles du réseau d’éducation prioritaire rajoutent en première priorité le fait de rassurer les élèves par rapport à la situation sanitaire. Un directeur sur six insiste sur l’importance d’assurer les apprentissages éventuellement non réalisés en CP. Quel que soit le secteur, moins de 11 % des directeurs d’école mettent en priorité l’avancement dans le programme.
En conséquence, selon les trois quarts des directeurs d’école, les professeurs de CE1
ont davantage utilisé à la rentrée 2020 des outils diagnostiques de positionnement
et constitué des groupes de besoin.
Ces taux atteignent plus de 80 % dans les écoles situées en REP ou en REP+  figure 3. Près de neuf directeurs d’école sur dix estiment que les professeurs ont davantage travaillé les fondamentaux des mathématiques et du français en 2020
qu’en 2019, et ce quel que soit le secteur.
Seul un tiers des directeurs d’école indiquent que davantage de classes multiniveaux ont été constituées. Pour les deux tiers des directeurs des écoles publiques situées
hors éducation prioritaire, les professeurs n’ont pas non plus davantage procédé à des entretiens avec les élèves. En revanche, pour les écoles du réseau d’éducation prioritaire, respectivement 54,4 % des directeurs d’école de REP+ et 45,7 % des écoles de REP affirment que les professeurs se sont entretenus individuellement avec leurs élèves de CE1.

[...] Des modifications positives des relations avec les familles
La grande majorité des directeurs d’école (82,9 %) affirment que la participation des élèves au dispositif de continuité pédagogique pourrait avoir, au moins dans une certaine mesure, une incidence positive sur le lien entre école et famille  figure 6.
Les directeurs d’école de REP+ et d’école du secteur privé sous contrat sont plus nombreux à considérer que cette incidence sera grande (32,6 % et 34,2 %). Par ailleurs, plus de sept directeurs sur dix (74 %) estiment que la vision de l’institution scolaire par les parents pourrait sortir renforcée de cette période. Là encore, les directeurs sont d’autant plus nombreux à affirmer que la vision de l’institution scolaire en sortirait très renforcée qu’ils dirigent des écoles membres du réseau d’éducation prioritaire ou du secteur privé sous contrat. Enfin, 83,1 %considèrent que le dispositif de continuité pédagogique a eu une influence positive sur la vision du travail enseignant par les familles.
C’est au sein des écoles de REP+ que la proportion de directeurs affirmant que la participation des élèves à un tel dispositif pourrait avoir beaucoup d’incidence sur la
reconnaissance du travail enseignant est la plus importante : 44,9 % contre 34,7 % des directeurs des écoles publiques situées hors du réseau d’éducation prioritaire.
Dans l’ensemble, sept directeurs sur dix considèrent que la période aura affecté positivement la relation entre élèves et enseignants. Si la moitié des directeurs
interrogés lui attribuent également des vertus quant à l’autonomie des élèves, ils sont une minorité à mettre en avant un impact positif du confinement sur la collaboration entre élèves (19,4 %) et sur la motivation scolaire de ces derniers (31,9 %)  figure 7.
Les directeurs des écoles situées en REP+ sont plus nombreux à affirmer que cette
période aura des influences positives sur ces différentes dimensions (voir Pour en savoir plus - - figure 7bis). Quant aux directeurs des écoles situées en REP, leurs réponses rejoignent davantage celles de leurs collègues des écoles situées hors du réseau d’éducation prioritaire.
Cette enquête auprès des directeurs d’école offre donc une première photographie de la manière dont le confinement et la mise en œuvre de la continuité pédagogique
ont pu influencer certains domaines des apprentissages des élèves, les conditions de travail du corps enseignant et in fine la mise en œuvre de la rentrée 2020 dans des
conditions particulières. L’ensemble des constats ici dressés sera approfondi plus
finement dans le cadre de l’observation d’un panel conduit par la DEPP de 1 000 écoles

Extrait de education.gouv.fr de janvier 2021

 

Voir aussi l’enquête Ipsos (juillet 2020) pour le Men :

Bilan continuité pédagogique
Le bilan de la continuité pédagogique est positif
Les personnes sondées considèrent très majoritairement que la continuité pédagogique avec l’école à la maison s’est bien passée.

C’est en effet le cas de 89 % des parents d’élèves, de 85 % des lycéens et de 80 % des enseignants.

Selon eux, l’ École a su s’adapter pendant cette période de crise : 83 % des parents, 77 % des enseignants et 76 % des lycéens partagent cette opinion.

Des évaluations et un soutien adapté sont attendus
Une majorité des parents d’élèves (89 %), des lycéens (84 %) et des enseignants (70 %) estiment qu’il faut mettre en place à la rentrée des évaluations pour déterminer le niveau des élèves.

Un dispositif de soutien scolaire est jugé nécessaire, par le plus grand nombre, et même indispensable par une majorité de parents (56 %) et par 47 % des enseignants et des lycéens.

La maitrise des savoirs fondamentaux est la priorité numéro 1
Les enseignants placent comme les parents d’élèves et les lycéens le fait de permettre la maîtrise des fondamentaux comme la première des priorités pour l’Education nationale (85 % des enseignants, 83 % des parents d’élèves et 81 % des lycéens jugent que c’est prioritaire).

La revalorisation du métier d’enseignant est tout aussi indispensable de l’avis des enseignants (85 %).

Les enseignants bénéficient d’une bonne image dans l’opinion
Près de 90 % des parents d’élèves et des lycéens ont une bonne image des professeurs.

Consulter l’intégralité de l’enquête d’opinion Ipsos
Bilan de la continuité pédagogique et préparation de la rentrée
Enquête auprès des enseignants, des parents d’élèves et des lycéens, Juillet 2020

Extrait de education.gouv.fr

 

En bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, observatoires... (chemin en haut de la page 🏠)

Répondre à cet article