> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Orientation scolaire et Découverte professionnelle > Orientation scolaire > Les réorientations dans l’enseignement professionnel sont majoritairement de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les réorientations dans l’enseignement professionnel sont majoritairement de la voie scolaire vers l’apprentissage, surtout chez les élèves de milieu défavorisé

17 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Note d’information Depp,
n0 21.08, Février 2021

Les réorientations dans l’enseignement professionnel sont majoritairement de la voie scolaire vers l’apprentissage

Durant les années de préparation d’un CAP ou d’un baccalauréat professionnel, les élèves peuvent changer de type d’enseignement, alternant entre l’apprentissage et la voie scolaire en lycée. Ces réorientations concernent majoritairement des élèves
passant du lycée vers l’apprentissage plutôt que le contraire, aussi bien en termes d’effectifs qu’en termes de proportion. À l’issue de la seconde professionnelle, par exemple, 3 % des lycéens (soit 5 500 élèves) se réorientent vers l’apprentissage, alors que seulement une centaine d’apprentis se réorientent vers la voie scolaire.

Ces réorientations sont plus fréquentes pour les enfants d’ouvriers et de chômeurs ou inactifs que pour les enfants de cadres ou d’employés, traduisant un accès initial plus difficile à l’apprentissage pour les milieux sociaux moins favorisés.

[...] Les enfants d’ouvriers ou d’inactifs se réorientent plus fréquemment vers l’apprentissage
La proportion d’apprentis provenant de la voie scolaire est identique pour les garçons et pour les filles, pour l’ensemble des classes du secondaire. On observe peu de différences entre spécialités ou entre académies.
Les réorientations depuis la voie scolaire vers l’apprentissage sont plus fréquentes pour des élèves d’origine sociale moins favorisée. Ainsi, les enfants d’ouvriers ou de chômeurs et inactifs sont plus souvent originaires de la voie professionnelle scolaire que les enfants de cadres ou d’employés „figure 5. En terminale professionnelle par exemple, les enfants d’ouvriers proviennent deux fois plus souvent de la voie scolaire que les enfants d’employés (8 % contre 4 %).
Un rapport du Céreq pour le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse publié en 2017 indiquait que la proportion de lycéens qui auraient préféré s’orienter vers l’apprentissage était beaucoup plus importante que l’inverse (30 % contre 6 %). Cela explique que les réorientations dans l’enseignement professionnel se fassent donc
majoritairement depuis la voie scolaire vers l’apprentissage plutôt que le contraire.
Les réorientations faisant au moins en partie suite à des obstacles dans l’accès à l’apprentissage (notamment dans la recherche d’un employeur), il est également
cohérent que ces réorientations soient plus fréquentes pour les élèves d’origine sociale moins favorisée.

Extrait de education.gouv.fr de février 2021

Répondre à cet article