> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) > Langue(s) et Lettres (Etudes univers., Dossiers et Guides) > Apprendre à lire en classe : une pratique culturelle, Paul Devin et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Apprendre à lire en classe : une pratique culturelle, Paul Devin et Christine Passerieux (dir.), Edit. de l’Atelier, janvier 2021 (ToutEduc)

4 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Apprendre à lire : Une pratique culturelle en classe, sous la direction de Christine Passerieux et Paul Devin
Éditions de l’Atelier, janvier 2021

Quoi qu’en dise le ministre de l’Éducation nationale, l’apprentissage de la lecture n’est pas qu’une question de méthode. Et c’est précisément quand on le réduit à une technique que l’on constate ses effets ségrégatifs, qui se confirment dans le système français à chaque nouvelle évaluation.
Apprendre à lire, c’est bien plus que relier des lettres et des sons : c’est construire une représentation du langage écrit, s’en approprier les usages pour s’exprimer, communiquer, entrer dans les savoirs. C’est avant tout une expérience culturelle.

L’accès à l’écrit est un facteur déterminant d’émancipation intellectuelle et sociale. C’est pourquoi le rôle de l’école publique est de créer les conditions pour que tous les élèves exercent leur capacité à réfléchir, construire du sens, découvrir le plaisir du texte et de sa production, partager avec d’autres des émotions, dans des relations de coopération.

Dans la continuité de leurs travaux, les auteurs, Jacques Bernardin, Paul Devin, Jacques Crinon, Christine Passerieux et Maryse Rebière, s’inscrivent dans des perspectives de démocratisation de l’accès à l’écrit, et proposent des pistes de réflexion et d’action qui s’adressent à toutes celles et tous ceux pour lesquels une véritable acculturation à l’écrit est un enjeu éducatif et social majeur.

Extrait de play.ggogle.com du 27.01.21

 

Présentation éditeur
Apprendre à lire
de Paul DEVIN & Christine PASSERIEUX
16,00 € TTC
Méthode globale, méthode syllabique... Ces querelles ne masquent-elles pas des questions bien plus cruciales sur ce qu’est devenir lecteur ? Lire, ce n’est pas seulement déchiffrer : c’est découvrir une pratique sociale, c’est transformer son rapport au monde. Un ouvrage qui défend une conception culturelle de l’entrée dans le monde de l’écrit.

 

La "méthode syllabique" fait l’impasse sur la dimension culturelle de l’écrit (ouvrage collectif)

"En tenant un discours centré sur l’apprentissage des relations entre les sons et les lettres, la politique actuelle (...) a fini par créer des repères de réussite qui renoncent aux véritables enjeux de l’apprentissage de la lecture." C’est peu dire que Paul Devin, secrétaire général du syndicat FSU des inspecteurs et Christine Passerieux (militante du GFEN) tirent, avec Jacques Bernardin (GFEN), Jacques Crinon (Paris-Est Créteil) et Maryse Rebière (U. de Bordeaux), à boulets rouges sur la vision de l’enseignement de la lecture que promeut l’actuel ministre de l’Education nationale dans un petit ouvrage collectif, "Apprendre à lire".

Les auteurs tiennent pourtant à préciser d’emblée que "ce n’est pas une question de divergence méthodologique". Il leur serait d’ailleurs impossible "de défendre la méthode idéovisuelle ("globale", ndlr) de Jean Foucambert". En 2003 et en 2016, les conférences de consensus réunies par le PIREF (Programme incitatif de recherche sur l’éducation et la formation) puis par le CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire) ont "clairement" affirmé que la réussite des élèves "ne pouvait s’accommoder ni de l’absence d’un enseignement structuré du code, ni de sa suprématie aux dépens des autres compétences nécessaires, celles liées à la compréhension des écrits et au développement de leur usage culturel".

Mais en 2006 et 2017, Gilles de Robien puis Jean-Michel Blanquer "ont mis à mal ce travail pour tenter d’imposer un apprentissage syllabique" fondé "sur une opposition binaire entre syllabique et globale", alors que "la maîtrise de la lecture nécessite une ensemble de compétences qu’il faut viser simultanément". C’est d’ailleurs ce que disaient déjà les instructions officielles de 1871, alors que dans les classes, de "fastidieuses procédures" voulaient que chaque lettre soit nommée "avant la lecture de la syllabe puis du mot" (soit èm-o-u/mou, té-o-ènne/ton pour mouton). Et elles ont perduré contre les volontés ministérielles de la fin du 19ème... Encore aujourd’hui, "les élèves restent aveuglés par un déchiffrement intensif, exhaustif et exclusif qui absorbe toute leur énergie" et stagnent "dans un lire-écrire de surface", lisent "au kilomètre" sans comprendre. Les recommandations actuelles réduisent "l’activité de lecture à l’accumulation de mots déchiffrés".

Il s’agit au contraire "d’engager les élèves dans un ’jeu de piste’ où les indices de toutes natures doivent être tissés pour résoudre le problème que pose la phrase", pour situer le texte, voir à quelle nécessité il répond, raconter une histoire, donner une information, en demander une, se souvenir des courses à faire... L’idéologie du "retour à la syllabique" est celle "d’un retour de l’ordre", sans se préoccuper "de ses effets sociaux". Dans les milieux populaires en effet, "l’usage des écrits est souvent moindre et plus éloigné des pratiques valorisées par les apprentissages scolaires". Or "entrer dans l’écrit, c’est modifier son rapport au monde (...), c’est le mettre à distance par l’abstraction". Pour les auteurs, l’apprentissage de la lecture constitue "une pratique culturelle en classe".

Apprendre à lire, une pratique culturelle en classe, sous la direction de Paul Devin et Christine Passerieux, Editions de l’atelier, 143 p., 16 €

Extrait de touteduc.fr du 12.03.21

Répondre à cet article