> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (EAC) > B. L’académie de Lyon lance la série "Portraits de Profs" (pendant le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B. L’académie de Lyon lance la série "Portraits de Profs" (pendant le confinement) avec l’interview d’un enseignant d’arts plastiques au collège REP+ Simone Lagrange à Villeurbanne

25 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Portraits de profs
"Portraits de Profs" est un projet mené par l’académie de Lyon pour mettre en avant plusieurs enseignants qui ont imaginé de nouvelles formes d’enseignement pendant et après le confinement grâce au numérique.

En effet, avec la crise sanitaire et le confinement, les enseignants ont dû assurer une continuité pédagogique afin de maintenir un lien avec leurs élèves et leur permettre de garder un rythme scolaire à la maison, d’apprendre et d’approfondir les programmes de l’année. Un enseignement à distance qui reposait beaucoup sur la capacité d’autonomie des élèves et sur la nécessité pour les professeurs de trouver les outils les plus adaptés à cette situation.

Les professeurs ont su faire preuve d’imagination, ont mené des initiatives nombreuses avec enthousiasme, démontrant une des formes multiples que pourrait être l’enseignement au XXIe siècle.

Dans ce contexte, le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports a lancé les Etats généraux du numérique éducatif afin de faire émerger, d’échanger et d’améliorer les nouveaux outils ou nouvelles méthodes d’enseignement qui ont émergé de cette période.

Outre un programme de rencontres et d’ateliers, l’académie de Lyon a souhaité également mettre en avant les principaux acteurs de cette démarche : les enseignements de l’académie ! Un portrait vous sera dévoilé chaque semaine.

 

Enseignant d’Arts Plastiques au collège [REP+] Simone Lagrange à Villeurbanne.
Philippe Chevrot enseigne depuis une dizaine d’années. Formé à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Lyon, il a enseigné au collège, lycée et à l’université.
Comment ce prof a t-il pu éviter que la sensibilité artistique de ses élèves ne s’étiole pendant le confinement ?

Comment avez-vous imaginé et construit votre enseignement suite à l’annonce du confinement ?
J’ai imaginé pouvoir poursuivre comme en classe avec mes élèves. J’ai réussi, depuis des années à tisser une relation de confiance avec mes élèves. J’ai alors décidé de leur faire confiance. J’ai réalisé des capsules vidéos afin de clarifier mes attentes. Je me suis alors mis en scène, chez moi, par la technique de l’autofilmage pour employer les mêmes techniques que les youtubeurs, avec l’esthétique pop dont raffolent nos élèves. Cela m’a permis de conserver ce lien par l’image avec mes élèves.
D’ailleurs cela a grandement fonctionné car ce dispositif permettait à des élèves à besoins spécifiques (allophones ou malentendants) d’avoir des sous-titres, des images et de concevoir rapidement et efficacement quels étaient les objectifs d’apprentissage de la séquence de travail.
Leurs réalisations ont immédiatement été plus riches et
créatives.

Dans ce contexte de confinement Quelles nouvelles méthodes avez-vous mis en place ?
J’ai réalisé une exposition virtuelle des travaux d’élèves créés lors de cette période de confinement afin de mettre en relief et en lumière de grandes réussites plastiques.
Comme nous avions l’habitude de le faire dans un espace dédié du collège, une salle d’exposition virtuelle a été créée. Chaque élève du collège peut alors déambuler dans
cet espace fictif (comme dans un jeu vidéo) pour découvrir la présentation de leurs camarades. Cela eu un impact fort pour nos élèves.

https://www.artsteps.com/view/5e8de374c2386a6284c6fc26

Avez-vous dû ajuster certaines choses entre le début du confinement et aujourd’hui ?
Oui, bien sûr, passer par le texte pour remplacer notre présence posait problème à certains élèves car ils sont petits lecteurs. J’ai alors pallié cette difficulté par la
vidéo, par des jeux ludiques au travers d’images issues de l’histoire de l’art, par des visites virtuelles que proposent aujourd’hui les musées du monde entier. Finalement, ce confinement a permis de développer des pratiques qu’il me semblait délicat à mettre en oeuvre au sein de l’école.

Pour vous, qu’est-ce que l’enseignant du 21e siècle ?
L’enseignant du 21e siècle est avant tout une personne à l’écoute de ses élèves, de leurs besoins (pédagogiques et culturels), qui sait les guider fermement mais de façon bienveillante vers des territoires inconnus. L’objectif du professeur étant de rendre l’élève acteur de son propre parcours, de le rendre autonome, créatif et sensible et qu’il puisse faire sien ce que la société lui propose. Le professeur du 21e siècle est donc celui qui accompagne, rassure et guide l’élève. Il est celui qui fait entrer l’élève dans un faisceau de questions dont ils cherchent ensemble les réponses.

Quels sont les points faibles que vous avez notés à l’utilisation de ces outils ? Les points forts ?

Le point fort est que les élèves accrochent immédiatement à l’utilisation et la manipulation de ces nouveaux médias. Ils sont alors séduits et prennent plaisir à suivre mes conseils, demandent et répondent donc avec plus d’enthousiasme aux
différents défis pédagogiques lancés.
Le point négatif est qu’ils se lassent vite. Il y a l’appel de la nouveauté inhérent à ce genre de pratique. Il faut donc, pour chaque séquence pédagogique élaborer une nouvelle forme, de nouveaux outils, une nouvelle esthétique et faire preuve d’originalité afin de garder cette énergie de travail.

Comment allez-vous vous servir de cette expérience de cours à distance due au
confinement ?

Varier les dispositifs d’enseignement est primordial en classe même si les élèves ont besoin de rituels forts. Il s’agira, au moment de la reprise, de garder cette dynamique et d’associer ce caractère ludique et attractif à des situations collectives de travail. La
manipulation et la verbalisation sont au cœur de la discipline que j’enseigne, il serait alors intéressant que les élèves développent et s’essaient à produire des expositions virtuelles interactives, des capsules vidéos, des tutos… afin de s’approprier artistiquement et de façon raisonnée les outils numériques qui les entourent.

Avez-vous d’autres projets / de nouveaux outils que vous souhaitez expérimenter dans l’avenir ?
Chaque jour fait naître de nouvelles envies. Une chaine d’arts plastiques/d’histoire des arts, alimentée quotidiennement. C’est un projet qui me tient a cœur mais j’éprouve encore du mal à me lancer, par manque de temps...

https://tube.ac-lyon.fr/videos/watch/ea8bef07-dccc-4024-adb0-197b9eda2212
https://tube.ac-lyon.fr/videos/watch/7aa1f0a6-2a9a-4305-a934-e8098253c151
https://tube.ac-lyon.fr/videos/watch/81e816a8-e69d-4816-8664-92290839b110

Philippe Chevrot a pris le parti de susciter l’intérêt de ses élèves en se mettant dans la peau d’un Youtubeur. Les consignes sont données en vidéo et les œuvres sont exposées en ligne dans une salle d’exposition virtuell e. Un quotidien à la maison comme collège !

Extrait de education.gouv.fr

Répondre à cet article