> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Ethnicité, Racisme, Immigration > Ethnicité, Racisme, Immigr. (Etudes universitaires) > Les enseignants sont efficaces pour lutter contre les préjugés raciaux (étude (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les enseignants sont efficaces pour lutter contre les préjugés raciaux (étude menée en Paca auprès de 3 000 lycéens et collégiens)

10 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Les enseignants sont efficaces pour lutter contre le racisme

" Au vu de la place spécifique occupée par l’école dans la perpétuation de l’esprit citoyen, il nous semble pertinent d’interroger le rôle qu’elle peut jouer en termes de déconstruction des préjugés et des idées stéréotypées envers les minorités immigrées", écrivent Alessandro Bergamaschi, Catherine Blaya, Jimmy Stef et Francesco Arcidiacono dans un article publié par la Revue suisse des sciences de l’éducation n°43. Alors que la famille joue un rôle important dans la diffusion des préjugés racistes, l’Ecole peut elle aller contre ? Les auteurs ont interrogé près de 3000 lycéens et collégiens de la région PACA (par tirage au sort). Ils montrent que les préjugés sont plus forts chez les jeunes qui n’ont pas confiance dans l’institution scolaire. Inversement " plus les élèves ont le sentiment que leurs enseignant·e·s abordent en cours les questions en lien le racisme, les discriminations et la diversité, plus leurs préjugés flagrants et voilés envers les minorités immigrées baissent". Il y a donc bien un effet enseignant en ce domaine capable d’influer sur les préjugés familiaux.

Extrait de cafepedagogique.net du 09.09.21

L’article en anglais

" La plus grande attention des filles à la fréquence des interventions des enseignant·e·s par rapport aux garçons s’inscrit probablement dans les effets propres à la socialisation de genre sur la scolarité, les filles ayant intériorisé plus solidement des attitudes d’écoute et d’exécution (Arnold et Candea, 2015). La perception accrue des élèves des filières technologiques et professionnelles par rapport aux élèves des filières générales est probablement en lien avec les caractéristiques socio-démographiques de ces parcours. Il s’agit d’établissements qui ont une probabilité plus élevée d’accueillir des populations d’élèves issus des classes moyennes ou défavorisées et parmi lesquelles la proportion d’élèves issus des minorités immigrées est certainement plus importante par rapport aux filières littéraires et scientifiques. Confronté·e·s à une plus grande mixité sociale, les enseignant·e·s seraient plus motivé·e·s à aborder les questions en lien avec l’immigration"

PDF en français (pp. 197-306)

Répondre à cet article