> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2007 > janvier 2007 > 27.01.07 - « Lire et faire lire » en priorité dans les 1 600 écoles de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

27.01.07 - « Lire et faire lire » en priorité dans les 1 600 écoles de RAR

27 janvier 2007 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extraits du site du ministère de l’Education nationale, le 26.01.07 : « Lire et faire lire » : visite du ministre dans une école maternelle

Discours - Gilles de Robien, le 23.01.07 :

Je voudrais vous dire, en quelques mots, combien je suis heureux d’être parmi vous aujourd’hui.

L’apprentissage de la lecture est un des piliers du socle commun de connaissances et de compétences ; il est à la base de la réussite de la scolarité d’un enfant.
C’est pourquoi il me tient tant à coeur, car il témoigne du souci de mon ministère de donner à tous nos élèves et notamment les plus défavorisés, les meilleures chances de bien lire et de bien écrire .

Tout commence ici, à l’école maternelle, où l’enfant découvre les lettres et s’approprie petit à petit le patrimoine de la langue française.

Mais pour apprendre à lire, il faut avoir envie de lire. Je salue ici l’action de l’association « Lire et faire lire » avec ses bénévoles, ambassadeurs de la lecture, dont c’est le principal objectif.

Pour accélérer le recrutement des bénévoles (qui a quand même quadruplé en 6 ans !), il fallait une idée de génie, celle de notre ami Alexandre Jardin. Et pour concrétiser l’idée de génie de l’illustre écrivain, il fallait la générosité d’une entreprise au maillage national incomparable. Cette entreprise, c’est la Poste, et je voudrais la remercier d’avoir mobilisé ses 30 000 agents.
Il fallait aussi cibler les enfants qui ont le plus de besoins en matière de lecture. Nous avons donc choisi les 1 600 écoles du réseau « ambition réussite », car c’est dans ces écoles que nous réalisons les efforts les plus importants pour l’égalité des chances.

Enfin, que serait une campagne de promotion de la lecture sans l’engagement de celui qui est à l’origine des textes ? Il fallait un écrivain. Cet écrivain, c’est encore Alexandre Jardin.

Grâce à vous, mis en appétit dès l’école maternelle, nos petits élèves arriveront au cours préparatoire où, en quelques mois, ils vont vraiment apprendre à lire.
Apprendre à lire n’est bien sûr pas un miracle mais résulte de la découverte rigoureuse du principe alphabétique de notre langue. Les chercheurs, en France et l’étranger, sont unanimes : l’apprentissage de la lecture passe par le décodage et l’identification des
mots conduisant à leur compréhension.

Une fois ce pas franchi grâce à la mobilisation exemplaire des enseignants dans leurs classes, nos jeunes élèves deviendront très vite de jeunes lecteurs, et dévoreront bientôt vos écrits, Alexandre, et ceux de vos amis écrivains avant de devenir, peut-être un jour,
eux-mêmes bénévoles de « Lire et faire lire » dans nos écoles.

J’apporte tout mon soutien à l’opération « Lire et faire lire ».

Les directeurs d’école ont été sensibilisés par les Inspecteurs d’académie et sont prêts à réserver le meilleur accueil à ces milliers d’ambassadeurs du plaisir de lire que la Poste est en train de « recruter ».
Ces personnes retraitées ne viennent pas se substituer aux maîtres, elles viennent accompagner la mission des professeurs après l’école ou sur le temps du midi, comme ici dans votre école, en faveur des enfants les plus défavorisés. En démocratisant le « plaisir de lire », « Lire et faire lire » contribue directement et concrètement à l’égalité des chances. Avec cette volonté collective de promouvoir la lecture et au-delà, notre culture, avec la générosité des bénévoles de « Lire et faire Lire », le dévouement des postiers, l’engagement des enseignants, le soutien de leur hiérarchie, le talent d’Alexandre et la curiosité de nos jeunes élèves, je suis sûr que le pari de la lecture est gagné !

Alors, très sincèrement, je vous remercie de faire acquérir à tous nos élèves ce bagage indispensable qu’est la maîtrise de la lecture, au service de notre patrimoine commun le plus précieux : la langue française.
Grâce à vous, les enfants défavorisés trouveront à l’école ce supplément de culture qu’ils ne trouvent pas toujours chez eux, et sans doute aussi un supplément de bonheur.
François Mauriac n’a t-il pas dit que « la lecture était une porte ouverte sur un monde enchanté » ?

Et bien, grâce à vous, tous les enfants vont pouvoir pénétrer dans ce monde merveilleux.

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Yves Bouvier Secrétaire RAR Amiens Etouvie

    Belle intention mais quelle différence dans les faits. Sur notre secteur, quartier périphérique d’Amiens de 8500 habitants, nous avons donc contacté le relais local, la FOL de la Somme qui nous a informés qu’elle n’avait aucun intervenant sur notre secteur, les intervenants préférant la proximité de leur domicile souvent éloigné des ZEP...De plus, la distribution par les facteurs des appels aux retraités ne s’est faite que dans les quartiers en ZEP...comment donc ne pas s’étonner que dans le quartier Etouvie frappé par la paupérisation, il n’y ait eu aucune réponse...
    Concrètement, l’opération "Lire et faire lire" est inapplicable sur notre secteur... dommage

    Répondre à ce message