> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) > "Quels outils pour diagnostiquer les lecteurs précaires ?", article de 2015 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Quels outils pour diagnostiquer les lecteurs précaires ?", article de 2015 d’Alexandra de Montaigne (collège REP+ Barbara à Stains) repris par le Carep de Créteil

7 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Quels outils pour diagnostiquer les lecteurs précaires ?
Alexandra de Montaigne

La mise en place d’un test de fluence dans les évaluations nationales d’entrée en 6° relance la réflexion sur la prise en charge des lecteurs précaires.
Un article de Mme de Montaigne, enseignante au collège REP+ Barbara, à Stains, fait le point sur les outils mis à disposition pour diagnostiquer les lecteurs précaires.

Voici quelques outils et ressources pour diagnostiquer les lecteurs précaires et ainsi proposer des démarches pédagogiques adaptées.

I/ A quoi ressemble un élève en difficulté de lecture ?

Tout d’abord un bref rappel du profil de l’élève en difficulté de compréhension de texte ; il s’agit de celui qui ne maîtrise pas les cinq compétences suivantes (source : Stage PMQC, 2013) :

Compétences de décodage : fluence
Compétences linguistiques : lexique, syntaxe
Compétences textuelles : ponctuation, cohésion (inférences, chaînes anaphoriques)
Compétences référentielles : culture, apports de connaissances extérieures
Compétences stratégiques : contrôle, projet, évaluation par le lecteur, hypothèses de lecture, horizon d’attente
Le chercheur J. Bernardin ( in Le rapport à l’école des élèves de milieux populaires (De Boeck 2013) ) propose également une typologie comparative des lecteurs précaires et des lecteurs habiles que l’Equipe de Maîtrise de la Langue de Créteil ( in Portrait du lecteur en difficulté in Compréhension des écrits dans les différentes disciplines. Evaluation à l’entrée en sixième. Livret du professeur (Mission académique Maîtrise de la langue, Académie de Créteil, septembre 2011) présente dans le tableau suivant :

Les lecteurs précaires Les lecteurs habiles
Croient qu’il suffit de décoder et de comprendre isolement chaque mot (ils conçoivent le texte comme la somme des mots qui le composent)
Construisent des représentations intermédiaires, mémorisent les informations importantes et cherchent à construire des relations logiques.
S’efforcent de mémoriser tous les mots, de mémoriser le texte dans sa forme littérale. Sont centrés sur le contenu sémantique. Vont au-delà de l’explicite. Organisent les informations du texte, synthétisent.
Pratiquent une lecture linéaire (par ex. ils font peu de retours en arrière) Modulent leur vitesse de lecture selon la difficulté et n’hésitent pas à faire des retours en arrière.
Fonctionnent par « îlots de compréhension » entre lesquels ils cherchent à établir des liens. Brodent leur compréhension à partir d’indices de surface arbitraires. Essaient d’obtenir une cohérence globale.
Ont une conception « étapiste » de la lecture (on lit puis on comprend) Ont une conception « interactive » de la lecture : les tâches de bas niveau (déchiffrage…) s’articulent avec les tâches de haut niveau (interférences, mises en relation, récapitulation).
Ne remettent pas en cause leurs interprétations quand la suite du texte entre en contradiction avec elles. Leurs interprétations ne fonctionnent pas comme des hypothèses.
Savent remettre en cause leurs hypothèses de lecture.
Ont du mal à faire des liens entre les différences phrases d’un texte (difficultés en particulier avec les anaphores).
Ont une faible conscience des procédures de lecture et des modalités de contrôle de la compréhension. Ont automatisé l’ensemble de ces procédures, qui sont de ce fait devenues non conscientes.
N’ont pas conscience que le lecteur a un rôle actif à jouer dans le processus de compréhension.

II/ Comment diagnostiquer les lecteurs précaires ?

Un diaporama synthétique et complet de protocoles d’évaluation a été présenté lors du stage de PMQC en 2013 :

le protocole OURA (OUtil de Repérage des Acquis en lecture) et
le protocole ROC (Repérage Orthographique Collectif) pour les élèves de cycle 2
le protocole ELFE (Evaluation de la Lecture en Fluence)
- > Diaporama : pmqc_protocoles_evaluations_diagnostiques

- > Outils pour le protocole ROC : http://www.cognisciences.com/accueil/outils/article/reperage-orthographique-collectif

- > Outils pour le protocole ELFE : http://www.cognisciences.com/accueil/outils/article/e-l-fe-evaluation-de-la-lecture-en-fluence#formulaire_formidable-2

III/ Sitographie

Site de la DSDEN de Dijon autour du dispositif Plus de Maîtres que de Classes : http://www.ac-dijon.fr/dsden89/cid79494/plus-de-maitres-que-de-classes.html
Site des Sciences Cognitives de l’Université de Grenoble : http://www.cognisciences.com/accueil/

[Extrait de reseaurepstains.wordpress.com https://reseaufepstains.wordpress.com/2015/09/24/quels-outils-pour-diagnostiquer-les-lecteurs-precaires-et-etablir-des-ppre-adaptes/]

Extrait de carep.ac-creteil.fr du 17.12.20

Répondre à cet article