> AGENDA > Site OZP. Archives d’articles non indexés (2004-2008) > année 2004 > juillet > 13/07 - La fausse agression raciste et les ZEP, (Le Parisien)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

13/07 - La fausse agression raciste et les ZEP, (Le Parisien)

2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Parisien » du 13.07.04 : la fausse agression raciste et les ZEP

Agression du RER : les élus du XVIème arrondissement de Paris consternés.

Les élus du XVIème sont consternés par la manière dont l’arrondissement semble avoir catalysé la violence des agresseurs de la passagère du RER D vendredi dernier : les voyous l’ont crue juive en découvrant sur sa carte d’identité une adresse dans le XVIème. Même si les enquêteurs ne parviennent toujours pas à vérifier les déclarations de la victime et à établir clairement le déroulement de l’agression (lire en page 13 de nos informations générales), les réactions d’indignation se multiplient. « C’est un acte antisémite doublé d’un acte de racisme social, s’emporte le député UMP Claude Goasguen. Et cela devrait faire réfléchir ceux qui caricaturent régulièrement le XVIème et se moquent de ses habitants. Tout cela est à la fois tragique et scandaleux. »
Gérard Leban, premier adjoint du maire Pierre-Christian Taittinger, ne s’étonne qu’à moitié. « C’est un arrondissement très convoité par les voyous et là-dessus se greffe de l’antisémitisme, peut-être parce que dans l’esprit de certains il y a une communauté importante. Mais il n’y a pas de menace spéciale dans le XVIème et on n’observe pas de signes d’agressions plus nombreux qu’avant. En revanche, les gens, eux, sont davantage inquiets. » Une inquiétude déjà palpable il y a près de deux ans « On m’avait sollicité pour une conférence à la mairie du XVIème. Je n’avais jamais vu une telle affluence », raconte Sammy Ghozlan du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme.
« Je ressens comme d’autres une tension antisémite, notait récemment Laurence Dreyfus, adjointe au maire du XVIème et ancienne professeur de ZEP. Mais je ressens plus de l’interrogation de la part des jeunes des cités que d’agressivité et ces questions sont souvent moins liées à leur origine sociale qu’à leur réussite ou leur échec scolaire. »

MC.

Répondre à cet article