> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2004 > novembre > 29/11 - Un "X" dans la ZEP de Montfermeil (20 minutes)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

29/11 - Un "X" dans la ZEP de Montfermeil (20 minutes)

30 novembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « 20 minutes » 29.11.04 : un « X » dans la ZEP de Montfermeil (93)

Un polytechnicien retourne au collège

Maintenant, je vous distribue un exercice. » Gaëlle, jeune prof de maths du collège Pablo-Picasso de Montfermeil (93), donne le top du départ... et David, jeune polytechnicien, entre en action. Il arpente les rangs, conseille, écoute, corrige, explique la trigonométrie aux élèves de 3e de cet établissement. Depuis début novembre, l’étudiant de 19 ans offre ses services aux profs de physique, de technologie ou de maths. Son temps se partage entre trois collèges, grâce à un partenariat né il y a sept ans entre l’école de Palaiseau (91), surnommée l’X, et l’inspection académique de Seine-Saint-Denis. « Ces élèves passent le brevet en fin d’année, il faut leur accorder du temps, explique Gaëlle. Là, on peut leur en donner deux fois plus. »

Comme David, ils sont trois à intervenir dans des collèges du département classés « ZEP ou zone sensible ». Trois futurs ingénieurs ou chercheurs qui ont préféré le service civil au stage militaire de six mois obligatoire en début de scolarité polytechnicienne. « On se sent plus utile dans une association ou dans l’Education nationale », résume David entre deux équations.

Le collège Picasso participe à l’expérience depuis six ans. « Les jeunes ne le voient pas comme un prof et apprennent leur leçon différemment, se félicite Martine Sivadier, la principale adjointe. Et puis, la réussite de ces étudiants leur donne envie de se dépasser. Tout le monde y gagne. » L’étudiant acquiesce, jure que « beaucoup de préjugés sont tombés en trois semaines » et projette déjà de fonder un club de Rubik’s Cube, sa passion, dans l’établissement. David ou les maths autrement.

Antoine Gazeau.

Répondre à cet article