> 7 - DISPOSITIFS, ÉVALUATION, VIE SCOLAIRE... > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > SANTE en EP et en Quartier Prioritaire > Santé (Action nationale de prévention) > Opération "Un fruit pour la récré" : l’Etat ne cofinancera que les 1000 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Opération "Un fruit pour la récré" : l’Etat ne cofinancera que les 1000 premières écoles en ZEP.
Date limite de candidature : le 30 juin 2008

9 mai 2008 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de Localtis.info du 07.05.08 : L’Etat compte sur les collectivités pour l’opération "Un fruit pour la récré"

A l’occasion d’un déplacement à Bordeaux le 6 mai, Michel Barnier a lancé avec Alain Juppé, le maire de la ville, et le chef Cyril Lignac l’opération "Un fruit pour la récré".
Montée avec l’ensemble des acteurs de la filière des fruits et légumes frais ou transformés, elle consiste en une distribution gratuite d’au moins un fruit par semaine, en plus des repas, aux enfants des écoles primaires et maternelles ou fréquentant les centres aérés.

[...]

Annoncée par le ministre de l’Agriculture, l’opération repose toutefois presque très largement sur les collectivités territoriales. Le ministère s’engage en effet uniquement à cofinancer l’achat des fruits pour les 1.000 premières écoles situées en zone d’éducation prioritaire qui prendront part à l’opération.

Lire l’article intégral

 

Extrait de Echo nature du 09.05.08 : Des fruits pour la récré

[...]

Cette opération projette de distribuer gratuitement un fruit, au moins une fois par semaine, aux élèves d’écoles maternelles et primaires. Les enfants accueillis en centres aérés devraient également en bénéficier.

En soutien aux communes adhérantes au projet, l’Etat cofinancera l’initiative pour les 1000 premières écoles souscrivant un cahier des charges accessible sur le site du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Celles-ci devront déposer leur demande de cofinancement à la Direction Générale de l’Alimentation du Ministère avant le 30 juin 2008. Pour les établissements situés en ZEP (Zone d’Education Prioritaire), l’Etat assumera 50% du budget sous réserve de la disponibilité des crédits attribués.
[...]

Lire l’article intégral

Répondre à cet article