> 6 - Pédagogie / Formation > Actions locales AU COLLEGE > Education artistique (Collège) > Témoignage d’un chorégraphe tahitien enseignant dans une ZEP à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Témoignage d’un chorégraphe tahitien enseignant dans une ZEP à Tahiti

11 mars 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour autant, Moana’ura n’oublie pas sa vocation au moment d’entrer en classe.“Le métier d’enseignant est un métier de scène. On est confronté perpétuellement à un public. Dès que l’on a une baisse de régime, le public le perçoit.” Dans cet établissement classé zone d’éducation prioritaire, le chorégraphe a perçu les difficultés grandissantes d’une jeunesse “de plus en plus difficile à comprendre.” La mondialisation a fait son effet, l’influence grandissante du monde occidental est, selon Moana’ura, à la base des maux de la nouvelle génération. “Il y a aussi cette espèce de bilinguisme, ils ont du mal à s’exprimer. À travers tout cela, ils n’arrivent pas à clarifier les choses. Ils ne savent pas s’ils sont vraiment Polynésiens, Français, alors qu’on est un peu de tout. C’est pour ça que la démarche identitaire à travers la danse pourra redonner un cap à l’ensemble d’une société.”

Extrait de La Depeche de Tahiti du 10.03.11 : Notre danse est un art pas du folklore

Répondre à cet article