> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Enseignement privé > Suite au retrait de subventions du plan Banlieues, l’enseignement privé (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Suite au retrait de subventions du plan Banlieues, l’enseignement privé craint de devoir suspendre son implantation dans des quartiers défavorisés. Réponse négative de Luc Chatel

20 avril 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Eric de Labarre (secrétaire général de l’enseignement catholique) : [...] En 2008, dans le cadre de son plan banlieue, le gouvernement nous a demandé d’ouvrir des classes dans des zones défavorisées afin de contribuer à l’égalité des chances.

Mais les moyens humains qui nous avaient été accordés pour ce faire nous sont retirés. Un exemple parmi tant d’autres : nous avons créé, à Sartrouville (Yvelines), le lycée Jean-Paul-II, avec l’ouverture d’une classe de seconde en 2009 et d’une classe de première en 2010.

Doit-on aujourd’hui renoncer à ouvrir pour ces mêmes élèves une classe de terminale en septembre prochain ? Ce ne serait pas juste. Cela reviendrait aussi à gaspiller les deniers publics déjà engagés dans ce projet.

Extrait de lacroix.fr du 20.04.11 : Eric de Labarre : Nous ne sommes pas en mesure d’assurer partout la rentrée

 

Nous sommes aujourd’hui dans une situation où nous ne pourrons pas assurer le suivi scolaire dans une dizaine d’académies, à Versailles -par exemple dans des établissements que l’on nous a demandé d’ouvrir dans le cadre de la politique présidentielle du plan Espoir Banlieues -, en Guyane, à La Réunion, Amiens, Aix-Marseille, Toulouse... », s’inquiète-t-il.

[...] Luc Chatel a adressé "une fin de non-recevoir aux revendications du privé sur l’amendement".

Extrait de lesechos.fr du 20.04.11 Suppressions de postes. Fin de non-recevoir de Chatel

Répondre à cet article