> 6 - ACTEURS, POSITIONS > POSITIONS > Autres positions : associations, journalistes, observateurs, (...) > Commentaires sur la plate-forme éducative de François Hollande : Café (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Commentaires sur la plate-forme éducative de François Hollande : Café pédagogique, CRAP-Cahiers pédagogiques, Claude Lelièvre, SNES

30 janvier 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Revue de presse de Philippe Watrelot (CRAP-Cahiers pédagogiques)

Quand on se souvient du nombre de pages du projet du parti socialiste ou encore du détail des propositions des candidats à la primaire, on peut être pris d’un certain vertige à voir ces phrases (engagement 38, ndlr] résumer ainsi toute cette réflexion. On notera cependant que des points forts demeurent. 1

La proposition 37 mentionne bien l’ambition de donner “ la priorité à l’acquisition des savoirs fondamentaux et d’un socle commun de compétences et de connaissances ”. Or, on sait à quel point cette notion agit comme un chiffon rouge pour certains sur le plan politique et syndical. Même si dans la balance, il y a aussi l’affirmation forte qu’il faut rétablir les moyens, c’est donc un choix clair. De même, lorsque le candidat affirme qu’il faut “avec les enseignants” transformer les méthodes pédagogiques.
Mais si l’on veut transformer la pédagogie, il y a quelques ambiguïtés car dans le même temps, on propose de ne faire bénéficier d’un accompagnement personnalisé qu’aux seuls élèves en difficulté.

Toutefois, on affirme plus bas (engagement 38) qu’il faut lutter à la base contre l’échec scolaire “là où il se forme” en mettant le plus de moyens sur les écoles maternelles et primaires. On notera aussi les points absents. Les 500 000 places d’accueil pour la petite enfance (crèche…) qu’il évoquait lors des primaires ont disparu du projet. François Hollande se garde bien aussi de parler du statut ni même des missions des enseignants parmi ses engagements.

Extrait du blog de Philippe Watrelot du 27.01.12 : http://philippe-watrelot.blogspot.com/

 

L’éditorial de François Jarraud (Café pédagogique)

Pour autant il [le proramme de François Hollande] reste à décrypter. Et il reste des zones d’ombre.

Priorité au primaire. Si l’objectif de F Hollande est la réduction des sorties sans qualification, très logiquement il donne la priorité au primaire. Il salue l’importance des fondamentaux. Il annonce que les nouveaux emplois iront en priorité aux écoles et il annonce le retour à la scolarisation à 2 ans dont on sait qu’elle profite aux enfants des familles populaires. [...]

Dans le secondaire, si le candidat socialiste annonce une transformation "avec les enseignants" de la pédagogie, le seul point précis concerne l’accompagnement personnalisé. Il ne serait plus proposé qu’aux élèves en difficulté alors qu’aujourd’hui il est généralisé en 6ème et au lycée. Si ces dispositifs ont leurs défenseurs, leur efficacité n’a jamais été démontrée et il n’est pas rare en lycée qu’ils aient déjà disparu. Si F Hollande évoque le socle, il ne parle pas "d’école du socle".

Un message rassurant. [...] En ce sens il s’oppose à la campagne qu’a commencé à lancer le gouvernement sur la réforme du métier d’enseignant et sur l’autonomie des établissements. Ces questions ne sont pas balayées. Elles ne sont pas dans les préoccupations immédiates. Le sort fait à la réforme des rythmes scolaires est peu différent : ils seront revus, dit le programme, mais comment ?

Extrait de cafepedagogique.net du 27.01.12 : Un programme pour redonner confiance

 

Claude Lelièvre estime que la création de 12 000 postes par an peut comprendre aussi des "postes budgétaires alloués à la formation des enseignants et des profs prérecrutés avant la fin de leurs études qui pourraient encadrer des études dirigées pour tous les élèves et non pour des élèves ciblés.

D’après jdd.fr du 29.01.12 : Hollande : huit experts jugent son programme

 

Interview de Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du SNES, premier syndicat de l’enseignement secondaire.

Les personnels supplémentaires iront en priorité dans le primaire, où l’accueil des enfants de moins de trois ans sera facilité. Tant mieux. L’échec scolaire se construit dans les premières années, or en France, les classes du primaire sont plus chargées que dans les autres pays européens, ce qui nuit aux apprentissages. Nous pensons aussi, comme François Hollande, qu’il faut donner plus de moyens aux écoles de l’éducation prioritaire.

Mais le candidat socialiste reste discret sur le lycée et sur le collège. Il se contente de réaffirmer l’objectif de la loi de 2005 sur l’école, concernant l’acquisition d’un socle de connaissances et de compétences. Là-dessus, nous ne cachons pas notre désaccord. Nous estimons que le savoir ne se résume pas à ce genre de mille-feuilles. Quant à l’évolution du métier d’enseignant, François Hollande est évasif. Il promet seulement que les façons d’enseigner vont se transformer.

Extrait de nouvelobs.com du 26.01.12 : Enseignants du secondaire. Hllande peut mieux faire

 

Répondre à cet article