> AGENDA > Site OZP. Archives d’articles non indexés (2004-2008) > année 2004 > juin > 07/06 - Problèmes de nouvelles affectations (Libération)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

07/06 - Problèmes de nouvelles affectations (Libération)

2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « Libération » du 07.06.04 : problèmes de nouvelles affectations.

Les affectations tombent à l’Éducation

Annoncées en juin, les mutations peuvent bouleverser la vie privée

C’est la saison des attributions de poste dans l’Éducation nationale. Grande valse des personnels. Il faut rééquilibrer les effectifs entre les académies, l’affaire est complexe. Les fonctionnaires de l’Education remplissent leur fiche de vœux. La logique des points obtenus sur les postes précédents préside aux mutations (1). Pour les premiers postes, les choix sont limités en raison du peu de points accumulés. Les plus jeunes sont envoyés dans des départements « déficitaires », des ZEP de la région parisienne la plupart du temps, loin de leur région d’origine. Une logique aux conséquences parfois difficiles pour la vie privée. Surtout quand on a déjà une vie familiale

C’est le cas d’Anne, 30 ans. Avant de passer le concours des conseillers principaux d’éducation, elle a travaillé dans l’animation culturelle, s’est mariée, a eu deux enfants. Et a divorcé. Elle habite à Rennes, comme son ex-mari. Les enfants voient facilement leurs deux parents. Cette année, Anne passait trois jours en formation à l’IUFM de Rennes et deux dans un établissement scolaire. Dans sa fiche de vœux pour la rentrée, elle a demandé Rennes, Nantes et Caen, pour ne pas trop s’éloigner.

L’administration l’a affectée dans l’académie de Versailles.

Anne est aujourd’hui pacsée avec une femme qui est en arrêt maladie de longue durée. La situation financière du couple ne permet pas de payer les traites de la maison achetée à Rennes en plus d’un loyer en région parisienne, et des allers - retours en TGV. « J’avais trouvé un équilibre dans ma vie privée que cette mutation fait totalement exploser, explique la jeune femme. C’est dommageable pour mes enfants et mon couple. Je veux dénoncer la cécité de l’administration qui fait sa cuisine sans se soucier un seul instant de la situation familiale des gens. Ma demande était pourtant motivée. »

Anne a tenté tous les recours possibles. En juin, quand tous les postes auront été attribués, elle essaiera de nouveau de se faire entendre. En attendant, elle étudie les petites annonces. A la recherche d’un emploi en dehors de l’Éducation nationale.

(1) Un poste en zone difficile par exemple donne droit à un certain nombre de points. Plus on a de points, plus on a le choix de son académie.

Marie-Joëlle GROS.

Répondre à cet article