> 5 - Education prioritaire > DISCRIM. / ETHNICITE > Ethnicité / Enfants d’immigrés en ZEP > B* Création d’un film, théâtre et nombreuses productions écrites et orales (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Création d’un film, théâtre et nombreuses productions écrites et orales dans la classe d’accueil (UP2A) du collège RRS Edouard Vaillant à Bordeaux

13 mars 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Parlez, on tourne !

Collège [RRS] Edouard Vaillant
Cours du Raccordement, 33041 Bordeaux
Site du Français langue seconde
Auteur : Mendoca Dias
Mél : catherine.mendonca.dias@gmail.com

Dans le cadre de la maîtrise de la langue et de la lutte contre l’illettrisme et contre l’absentéisme, ce projet d’une UPE2A apporte un objectif commun qui fédère et associe tous les élèves allophones arrivants, quelles que soient leurs cultures, leurs compétences scolaires et leur maîtrise de la langue française.
Il associe le travail sur l’image (BD, photographies, film), le travail de compréhensions mais surtout de riches et nombreuses productions écrites (storyboard, légendes, scénario, écriture d’une pièce de théâtre et de chansons poétiques, courriers divers, interview des intervenants) et le travail à l’oral (enregistrement sur Audacity, représentations théâtrales, interprétations de chansons), en faisant appel aux outils numériques. Il nécessite de la part des élèves des prises d’initiatives, un indispensable travail d’équipe en binômes ou en groupe et renforce la confiance en soi.

Plus-value de l’action
C’est un projet complexe autour duquel s’articulent les séquences de l’année, mais qui permet de donner du sens à l’apprentissage (et à l’enseignement) et de développer les compétences attendues, chacun à son niveau, le projet favorisant une pédagogie différenciée.

Nombre d’élèves et niveaux concernés
18 élèves en UPE2A (de la 6ème à la 3ème)

A l’origine
Au collège Edouard Vaillant, classé en ZEP et situé au Nord de Bordeaux est rattachée une UPE2A (Unité pour Elèves Allophones Arrivants). Ces élèves viennent de différents quartiers ou banlieues de Bordeaux, au niveau socio-économique faible et où les pratiques « culturelles » sont peu répandues. La plupart de ces élèves vivent des situations extrêmement difficiles sur le plan économique (chômage des parents), familial (familles éclatées), culturel (déracinement), linguistique (langue étrangère).

Depuis quelques années, une modification des flux migratoires a été constatée : l’arrivée de nombreux élèves des pays de l’Est, demandeurs d’asile, ayant connu des conflits durs (Tchéchénie, Ingouchie, Moldavie...), des parcours migratoires chaotiques, une déscolarisation longue, l’afflux massif de bulgares turcophones ou rom, jamais ou peu scolarisés dans leur pays. Certains élèves arrivent analphabètes ; d’autres ont été bien scolarisés mais ils se retrouvent en situation de déperdition de compétences et de connaissance dans le cadre scolaire français car leurs langues ne sont plus reconnues, les programmes scolaires sont différents.
Par ailleurs, le dispositif réunit des élèves âgés de 11 à 16 ans, qui doivent apprendre ensemble tandis que la maturité, les centres d’intérêts, l’expérience scolaire et le projet d’orientation sont alors variés. En raison de ces différences et du fait qu’ils découvrent seulement la langue française et la culture scolaire française, ces élèves ont beaucoup de mal à s’intégrer, même au sein d’une structure souple comme l’UPE2A, et certains se trouvent en rupture scolaire.

Objectifs poursuivis
Le projet présenté, dont le fil conducteur est le parcours migratoire et interculturel, a pour but de réduire les écarts en mettant chacun devant une pratique nouvelle et inédite pour beaucoup d’entre eux, tout en permettant à tous de progresser dans le cadre d’un parcours individualisé et diversifié. Afin de prévenir la rupture scolaire de ce public fragile et très exposé, de fédérer le groupe classe extrêmement hétérogène, il est proposé de réaliser un film, en passant par différentes étapes de création, pour mettre en avant les compétences de chacun et de tous, et de valoriser leur image, tout en se livrant à une entreprise exigeante qui nécessite ordre et discipline.
En amont de la réalisation du film, un travail sur l’image est mené (photographie, storyboard) et un travail sur le corps et la voix (activités théâtrales, chansons) est conduit. Le film accompagne alors une représentation théâtrale qui intègre les arts visuels. L’ensemble des créations donne du sens à l’apprentissage de la langue française, en développant des compétences transversales, en valorisant chaque élève dans une dimension interculturelle et en renforçant la cohésion du groupe où chacun peut mettre des qualités en avant pour la réalisation d’un projet collectif commun.

Contribution au projet d’établissement : Ce projet s’inscrit dans la prise en charge des élèves à besoins éducatifs particuliers, du collège Vaillant.
Par ailleurs, ces élèves intègrent complètement une classe ordinaire l’année suivante : il vise en premier lieu à développer la maîtrise de la langue française, à l’oral et à l’écrit, leur permettant de suivre les cours ainsi que renforcer la culture scolaire, en vue d’éviter l’absentéisme, voire le décrochage scolaire.

Description
Le résultat final est une représentation théâtrale, au mois de juin, au TNBA, qui réunit les UPE2A des collèges [RRS] Vaillant, Lenoir, Goya et Neruda. Les familles sont conviées et sont associées au projet (invitations aux spectacles, aides pour les costumes, organisation de la représentation finale). La représentation théâtrale prend pour thème une question de citoyenneté.
Au cours de la représentation théâtrale, les films réalisés sont projetés et s’intègrent dans le spectacle. Un travail musical est inclus dans la représentation (chansons interprétées par les élèves).
Une exposition des travaux préparatoires des élèves est installée et présentée via le blog de la classe.
Par la suite, dans le courant du mois de juin, les élèves présentent à une autre classe du collège un "Permis citoyen" qu’ils ont réalisé en relation avec les thèmes retenus de citoyenneté et invite des élèves à participer à une semaine interculturelle, autour des langues d’origine.

Modalité de mise en œuvre
- 1. D’un pays à l’autre : échanger, découvrir, respecter :
• 1.1 Valorisation de la culture d’origine et approche interculturelle. Travail sur les pays d’origine : toute l’année, dans toutes les disciplines.
Propositions :
* En géographie : présentation par les élèves de leur pays d’origine : drapeau, langue, population, relief, architecture.
* En mathématiques : avec Google Earth, travail sur le parcours, les distances, les Conversions.
* En éducation musicale : florilège des musiques traditionnelles.
* En français/documentation : présentation du pays. Les travaux peuvent être intégrés dans le « carnet de voyage » des élèves.
• 1.2 Ecrire pour être lu, être lu pour recevoir des écrits : autour de la langue d’origine et de la culture d’origine.
* Construire un imagier plurilingue (dont français).
* Réaliser une couverture de livre imaginé, bilingue (langue d’origine / français).
* Echange épistolaire avec une classe du collège [ECLAIR] Havez à Creil, tout le long de l’année.
* Présentations des travaux des élèves sur un blog et ouverture d’un espace de discussion.
• 1.3 Parler pour être écouté : autour de la langue d’origine et de la culture d’origine :
* Semaine interculturelle (en juin) : organiser et mettre en œuvre une séance de cours sur sa langue d’origine (ce qui permet aussi de travailler le métalangage en français).
• 1.4 S’exprimer sur sa migration :
* Réalisation d’un carnet de voyage.
* Etude de textes littéraires sur la migration.
* Expression plastique pour raconter son arrivée en France.
- 2. Savoir interpréter, savoir s’exprimer sur un thème de citoyenneté :
• 2.1 Deux thèmes de citoyenneté : interventions des juristes d’ALIFS :
* Les questions de citoyenneté (avec le professeur d’histoire-géographie)
* Lecture du permis citoyen de l’année passée et réalisation du quizz.
* Définition de 2 nouveaux thèmes et discussions.
* Rédaction d’un quizz pour le nouveau permis citoyen.
• 2.2 S’approprier la photographie : interventions d’un photographe professionnel, en association avec ALIFS :
* Apport théorique et historique sur la photographie.
* Réalisation de photographies pour illustrer les questions de citoyenneté abordées dans le projet.
* Productions d’écrits pour définir la mise en scène puis la légende des photographies.
• 2.3 Présentation du permis citoyen à une classe :
* Entraînement en lecture, avec enregistrement sur audacity.
* Présentation du permis citoyen à une autre classe.
- 3. Concevoir une BD, à partir d’un thème de citoyenneté retenu lié au spectacle :
• 3.1 S’approprier les BD :
* Lecture suivie d’une BD (Virgule, coll. Didier), en octobre.
* Fiches d’activités sur la BD (vocabulaire, personnages célèbres…), en novembre, au CDI.
• 3.2 Construire une BD :
* « Trois cases pour raconter » : réalisation régulière d’une bande de 3 cases pour raconter (par exemple, ses vacances).
* Réalisation d’une planche de BD liée au thème retenu de citoyenneté du spectacle, avec un auteur de BD professionnel.
* Réflexion sur le storyboard (en relation avec le tournage du film).
• 3.3 Ecrire pour être lu :
* Exposer les planches de BD sur le blog de la classe, des espaces au collège ou les lieux de spectacle.
- 4. Construire une pièce de théâtre ayant un thème de citoyenneté :
• 4.1 S’approprier les pratiques théâtrales :
* Jeux de théâtre et improvisations (septembre à décembre).
* Travailler avec son corps (SVT et EPS).
* Sortir au théâtre et découvrir différents spectacles dans différents lieux (TNBA, Glob Théâtre, Boîte à jouer…).
* Visiter les coulisses du TNBA.
* Faire des répétitions dans des théâtres.
* Réaliser des interviews de comédiens.
• 4.2 Ecrire une pièce de théâtre :
* Découvrir des extraits de pièce de théâtre.
* Construire la narration à partir des improvisations des élèves ou d’un texte en prose retenu par les élèves.
* Ecrire les dialogues.
• 4.3 Mettre en scène : interventions d’un comédien professionnel.
- 5. Réalisation de séquences filmées :
• 5.1 Lire l’image filmée. - Analyse approfondie d’un film lié au thème du spectacle. - Découverte théorique et historique du cinéma.
• 5.2 Réaliser des séquences filmées, avec les professionnels de l’association Les Dessous des Balançoires :
* Ecrire le scénario.
* Ecrire le texte dialogué ou les chansons.
* Définir la mise en scène, les accessoires et choisir les comédiens.
* Filmer (notamment sur fond vert).
* Produire en arts plastiques le décor pour le fond vert.
* Assurer l’enregistrement sonore.
* Participer au montage final.
- 6. Développer des compétences musicales :
• 6.1 Développer sa culture musicale.
• 6.2 Interpréter des chansons, liées au thème de citoyenneté :
* Interpréter des chansons connues.
* Ecrire des chansons (travail sur la poésie).
* Créer une interprétation musicale des chansons écrites.
Les productions sont réalisées individuellement ou à deux, puis en groupe et sélectionnées collectivement, en faisant en sorte à ce que chaque élève ait des travaux retenus aux différentes étapes de réalisation. La mise en forme numérique sera réalisée par les élèves ou les professionnels suivant le degré de difficultés techniques.

Trois ressources ou points d’appui
- Le partenariat avec 3 autres collèges, réalisant le même projet, ce qui crée une émulation
- Les partenaires locaux et leur implication
- Les élèves enthousiastes et actifs pour le projet

Moyens mobilisés
Les professeurs de l’UPE2A, des intervenants extérieurs. Moyens financiers pour financer les intervenants et les sorties au théâtre.

Partenariat et contenu du partenariat
Un partenariat est mis en place avec le TNBA, le Glob Théâtre, le collectif Bordonor, la Boîte à Jouer et la compagnie Mutine Implanté sur le quartier (Chartrons ). Le collectif Bordonor offre une billetterie avantageuse pour assister à des spectacles à la Boîte à Jouer, où les élèves pourront jouer en juin et répéter. De plus, par ses actions en direction des familles, il permet de faciliter l’intégration des enfants sur le quartier. Un partenariat est mis en place avec l’association ALIFS (professionnels : juristes, photographe et comédien) et Le Dessous des Balançoires. Le partenariat avec l’auteur de BD, Jérôme d’Aviau, pourra être reconduit.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
L’évaluation est réalisée à travers l’implication de chaque élève quel que soit le degré de connaissances de la langue française ou du système écrit. Il n’y a pas de note mais chaque élève doit avoir produit et donc réussi une création à toutes les étapes du projet, cette création étant au fur et à mesure valorisée dans des livres numériques déposés sur le site de l’UPE2A, des expositions ponctuelles des travaux dans le collège, des présentations à une autre classe du collège, un film, une représentation théâtrale devant les familles.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Autonomie, initiative, solidarité et travail de groupe. Ouverture aux arts. Progrès dans les compétences orales et écrites, en français.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Meilleure interdisciplinarité, voire entraide pour arriver au terme d’une étape du projet.
- Sur l’école / l’établissement : Il faudrait associer des élèves de classe ordinaire pour permettre aux élèves allophones arrivants de mieux s’intégrer avec leurs pairs.

Extrait du site Expérithèque : Parlez, on tourne !

Répondre à cet article