> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Accompagnement éducatif, personnalisé et Devoirs faits > Accompagn. éduc. (Positions) > Nouvelle dénonciation syndicale de la suppression de l’accompagnement (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Nouvelle dénonciation syndicale de la suppression de l’accompagnement éducatif dans les collèges hors éducation prioritaire

26 janvier 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis la rentrée de janvier, les rumeurs persistantes qui circulaient sur la suppression de l’accompagnement éducatif sont en partie confirmées par les annonces des rectorats qui, de Versailles à Créteil, en passant par Toulouse et Lyon informent les Comités techniques Académiques de la fin de l’accompagnement éducatif dans les collèges qui ne sont pas dans le périmètre de l’éducation prioritaire.

Cette suppression brutale est à la fois un camouflet pour tous les personnels, qui depuis 2008 se sont investis avec énergie pour construire progressivement des dispositifs d’accompagnement éducatif pertinents , et une perte sèche pour les élèves les plus fragiles de ces collèges. Il faut que le ministère et les rectorats arrêtent de considérer les actions en direction des élèves financées par le budget de fonctionnement comme des variables d’ajustement . Ces effets de « stop and go » ont un effet délétère pour tous ceux qui acceptent de s’investir pour faire fonctionner les dispositifs proposés au service des élèves .

Le Sgen-CFDT demande le maintien des moyens de l’accompagnement éducatif, dans l’attente de la réforme du collège , qui devra redéfinir et intégrer dans son fonctionnement pédagogique et organisationnel ordinaire la question de l’accompagnement des élèves, le lien avec les partenaires locaux, ou la mise en œuvre du parcours artistique et culturel.

Plus généralement, le Sgen-CFDT demande que les collèges bénéficient enfin de dotations pérennes qui englobent l’ensemble des moyens en postes, en heures supplémentaires et en euros qui peuvent être mobilisés pour la réussite des élèves.

Extrait de cfdt.fr du 28.01.15 : Accompagnement des élèves . Respecter l’investissement des personnels et l’intérêt des élèves

 

Additif du 26 janvier 2015

La FCPE exprime son total désaccord avec la décision de supprimer l’accompagnement éducatif dans les établissements situés hors éducation prioritaire. Il est inconcevable de mettre fin à une mesure qui offrait aux élèves en difficulté des ressources complémentaires pour réussir leur scolarité.

La réforme de l’éducation prioritaire était accompagnée de la promesse qu’elle se ferait avec des moyens supplémentaires. Cette promesse doit être tenue !
Il serait fallacieux de faire croire que les difficultés et l’échec scolaire ne concernent que les zones d’éducation prioritaire. La réussite de tous les élèves comporte plusieurs leviers qui ne sont pas à opposer les uns aux autres.
Parce qu’à tout moment un élève peut se trouver en difficulté passagère, il doit trouver à tout moment au sein de l’école, une réponse à sa difficulté en fonction de ses besoins. C’est ce que permettait l’accompagnement éducatif.

La FCPE demande le rétablissement de l’accompagnement éducatif dans tous les collèges. Plus largement, elle attend une réforme ambitieuse du collège, car c’est l’ensemble de l’Ecole de la République qui doit mieux fonctionner et garantir à chaque jeune l’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture

Extrait de fcpe.asso.fr du 26.01.15 : La FCPE s’ppose à la suppression de l’accompagnement éducatif

 

Alors que les dotations horaires des établissements arrivent, les premières crispations apparaissent. Comment avoir une répartition des moyens plus juste et la rendre acceptable ? La ministre est dès maintenant devant ce défi.

Décembre 2014, la ministre annonce une nouvelle politique de répartition des moyens. Il s’agit de " donner à chaque école et collège les moyens de faire réussir tous les élèves" et de "rendre ’l’école plus juste".
Concrètement, selon le ministère, "cette réforme va permettre de doter les écoles et les collèges, non plus seulement en fonction du nombre d’élèves, mais aussi des différences de situation économique, sociale et géographique de leur population scolaire". Jusque là les moyens étaient répartis en fonction de la seule croissance démographique. Le ministère distinguait 4 types différents d’académie, une académie rurale par exemple ayant droit à des moyens supplémentaires.

Dorénavant, le ministère distinguera 15 profils tenant compte du nombre d’élèves mais aussi des revenus des familles et des caractéristiques des territoires. Le critère social classe les communes en fonction du niveau de vie médian par unité de consommation en 5 catégories de communes de la plus pauvre à la plus riche (quintiles). Pour le ministère " Cela permettra de prendre en compte la très grande hétérogénéité au sein d’une académie, d’un département, voire d’une commune". Ainsi en décembre , au niveau ministériel, on a réparti les ouvertures de postes en tenant compte tout cela. A charge pour les recteurs de gérer leur enveloppe sur le terrain.

Dans plusieurs académies, il apparait qu’ils prélèvent des moyens sur l’accompagnement éducatif en collège. Là où c’est le plus clair c’est dans le Pas-de-Calais. Selon le Snes ces heures sont maintenues en Rep mais ne seront plus assurées toute l’année que dans les autres collèges qui auront au moins 55% d’élèves de CPS défavorisées. Les autres auront une enveloppe forfaitaire de 47 heures. Pourtant l’académie de Lille bénéficie d’une centaine de créations de postes à la rentrée dans le secondaire.

On n’a là qu’une vue partielle de la nouvelle politique des moyens. Les tentatives d’application méritent d’être suivi de près pour peu qu’on s’intéresse à la réduction des inégalités dans le système éducatif. Et on n’a pas d’indications pour le moment sur les plus importants gisements d’heures : ceux des lycées.

Extrait de cafepedagogique.net du 26.01.15 : http://www.cafepedagogique.net/lexp...

 

Pénurie oblige, le Dasen 62, a déclaré vouloir répartir les moyens de l’AE comme suit :

- Collèges REP : ils seraient dotés au 2ème et 3ème trimestre "conformément à leurs besoins"
- Collèges ordinaires : "le 1er trimestre sera payé" ; pour les 2ème et 3ème trimestres, ce sera "en fonction de la difficulté sociale" : pour les collèges avec plus de 55% de professions et catégories socioprofessionnelles défavorisées, même enveloppe que N-1 ; pour les collèges avec moins de 55% de PCS défavorisées, dotation forfaitaire de 47 h par trimestre.
- 5 EPLE n’aurait rien aux 2ème et 3ème trimestres : Bodel et Gambetta Arras, Le Touquet, Blériot Sangatte et Wimille.

Remarques :
1) De grosses inégalités existent entre les collèges de la même catégorie : en collège "ordinaire", des chefs d’établissements, anticipant avec zèle la fin de l’AE, ont minoré leur demandes de HSE ... Incitant ainsi le Dasen à ne pas compléter la dotation initiale ! Les autres ont obtenu le paiement des heures faites, ce que nous demandions.
2) Les collèges de l’éducation prioritaire, et notamment REP+ et ECLAIR, pourront s’étonner des moyens octroyés en HSE, alors qu’ils apprennent que leur DGH est souvent insuffisante pour maintenir des effectifs par classe satisfaisant, et que l’on y ferme des classes !
3) Rien n’est prévu pour le 3eme trimestre
4) L’accompagnement éducatif va disparaître ... Mais les établissements ne récupèreront pas les postes supprimés pour les financer !

Extrait de lills.snes.fr du 25.O1.15 : Accompagnement éducatif : suite et fin ?

 

Selon le SNALC, les DGH (dotations en heures pour l’année scolaire à venir) qui commencent à arriver dans les collèges feraient disparaître "l’ensemble des heures consacrées à l’accompagnement éducatif". Or, fait valoir le syndicat FGAF des lycées et collèges, "ces heures ont permis la mise en place de nombreux dispositifs et projets dans les établissements concernés : soutiens, tutorats, actions artistiques, sportives et culturelles, formation aux premiers secours..."

Le SNALC dénonce cette éventuelle suppression et demande à la ministre "qu’elle donne d’urgence des directives permettant le maintien des moyens existants". Il craint que ces moyens ne soient redéployés en direction des collèges REP et REP+. Interrogé par ToutEduc, le président du syndicat ne fait pas le lien avec la future réforme du collège qui pourrait voir redistribuer les heures.

Extrait de touteduc.fr du 25.01.2015 : Collèges : l’accompagnement éducatif mis en cause ?

&nbsp :

Les moyens de la rentrée 2015 arrivent en ce moment dans les établissements. Dans de très nombreux départements, on annonce la disparition pure et simple de l’accompagnement éducatif en dehors de l’Éducation prioritaire. Pour le SE-Unsa, ce n’est pas acceptable.

L’année dernière, près de 700 000 collégiens ont pu bénéficier des actions réalisées dans ce cadre. Il s’agit principalement d’aide aux devoirs, mais aussi de pratique artistique et culturelle, de pratique sportive et même de langue vivante.

Dans beaucoup de cas, les équipes se sont emparées des possibilités ouvertes par l’accompagnement éducatif. Les enseignants et les équipes de vie scolaire ont su mettre en place des dispositifs utiles aux élèves et largement appréciés. Le retrait des moyens entraînerait irrémédiablement la disparition de ces actions. Ce sont parfois plusieurs années de travail qui seraient réduites à néant.

Le SE-Unsa demande que les établissements puissent conserver les moyens nécessaires pour poursuivre les efforts engagés. Les dispositifs, ateliers et partenariats ne doivent pas être remis en cause brutalement. Il en va de l’intérêt des élèves.

Extrait de se-unsa.org du 20.01.15 : Collège : non à la disparition de l’accompagnement éducatif

 

Sur le site OZP, voir la rubrique et les sous-rubriques "Accompagnement éducatif"
Accompagnement éducatif, personnalisé et Devoirs faits

Répondre à cet article