> 4 - Education prioritaire > TYPE DE DOCUMENT > RAPPORTS OFFICIELS (6 SR) > Rapports OCDE (Pisa), Union europ., UNESCO, UNICEF > La France très mal classée en maths et sciences, particulièrement dans les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La France très mal classée en maths et sciences, particulièrement dans les écoles défavorisées (enquête Timms). Le MEN fait un bilan de son action depuis 2014. Un éclairage du Cnesco avec des préconisations

30 novembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis 1995, TIMSS mesure les performances des élèves en mathématiques et en sciences par niveau scolaire et s’appuie, pour les évaluer, sur les programmes d’enseignement communs aux pays participants.

Najat Vallaud-Belkacem a détaillé, le mardi 29 novembre 2016, les résultats, pour la France, de l’enquête Trends in International Mathematics and Science Study (TIMMS) 2015 pilotée par l’International Association for the Evaluation of Education Achievement (IEA).
La ministre a présenté les mesures prises en faveur de l’apprentissage des mathématiques et des sciences dès l’école primaire dans le cadre de la refondation de l’École.

Sommaire du dossier :
L’enquête internationale TIMSS
Ses spécificités
Les caractéristiques de l’enquête de mars 2015

Stratégie mathématiques : deux années de mobilisation pour améliorer le niveau des élèves
Apprentissage des mathématiques et des sciences dès l’école primaire
La stratégie mathématiques : deux années de mobilisation de l’Éducation nationale et de ses partenaires pour améliorer le niveau des élèves français en mathématiques

Une action affirmée en faveur de la promotion de la culture scientifique et technologique dès l’école primaire

Extrait de education.gouv.fr du 28.11.16 : Mathématique et sciences : résultats de l’étude Timms

 

L’enquête internationale Timss, rendue publique mardi 29 novembre, décrit une chute des performances en terminale S et de lourdes difficultés en CM1

[...] Près de 45 % des élèves français sont dans le groupe le plus faible (dernier quartile) des pays européens, alors que seuls 11 % font partie de celui des meilleurs. On pensait notre école certes inégalitaire, mais capable au moins de produire une élite ; Timss tend à montrer que les scores de toutes les catégories d’écoliers, même les plus forts, ne s’éloignent pas du bas du classement.

Une forte ségrégation sociale à l’école
C’est la première fois qu’une étude donne une photographie – même approximative – de la ségrégation sociale à l’école primaire, cette absence de mixité souvent mesurée au collège et au lycée. En France, l’entre-soi se vérifie dès le CM1 : à ce niveau de la scolarité, 32 % des enfants fréquentent des écoles considérées comme « défavorisées » (c’est-à-dire, selon Timss, où plus d’un quart de l’effectif est défavorisé et moins d’un quart favorisé). Leur score : 459 points ; soit près de 30 points de moins que la moyenne.

Certes, notre école n’est pas la seule à être soumise à la ségrégation : l’Allemagne, l’Angleterre, les Etats-Unis ou encore le Portugal sont autant concernés, voire plus. Là où le bât blesse, c’est que eux parviennent davantage à faire réussir les élèves de ces écoles défavorisées, qui affichent tous un score supérieur à 500 – et parfois même supérieur aux résultats de nos élèves dits privilégiés.

Extrait de lemonde.fr du 29.11.16 : Inquiétant niveau des élèves en maths et sciences

 

En 2015, le Cnesco a organisé une conférence de consensus, en partenariat avec l’Ifé/ENS de Lyon, sur l’apprentissage des mathématiques au primaire. Le Cnesco avait alors pu dresser un constat alarmant sur le niveau des élèves français en mathématiques en fin d’école primaire. Les résultats de l’enquête internationale TIMSS 2015, sur les élèves de CM1, viennent conforter et élargir le constat réalisé il y a un an par le Cnesco.

[...] En 2015, le Cnesco a organisé une conférence de consensus, en partenariat avec l’Ifé/ENS de Lyon, sur l’apprentissage des mathématiques au primaire. Le Cnesco avait alors pu dresser un constat alarmant sur le niveau des élèves français en mathématiques en fin d’école primaire. Les résultats de l’enquête internationale TIMSS 2015, sur les élèves de CM1, viennent conforter et élargir le constat réalisé il y a un an par le Cnesco.

[...] Les difficultés scolaires en mathématiques se retrouvent particulièrement dans les écoles qui concentrent les publics les plus défavorisés socialement et celles qui regroupent une majorité d’élèves dont la langue maternelle n’est pas le français. Pour chacune de ces deux catégories d’établissement, le score moyen en France est parmi les plus faibles des pays de l’OCDE participant à l’enquête.

Extrait de cnesco.f du 29.11.16 : Timms. Eclairage du Cnesco sur les mathématiques au primaire

Répondre à cet article