> 7 - DISPOSITIFS, ÉVALUATION, VIE SCOLAIRE... > PILOTAGE DES RESEAUX (tous niveaux) > Pilotage national > Pilotage national : Cabinet, Dgesco... (organisation, nominations) > Christophe Kerrero est nommé directeur du cabinet de Jean-Michel Blanquer (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Christophe Kerrero est nommé directeur du cabinet de Jean-Michel Blanquer (JO du 20 mai 2017). Une interview récente à SOS Education qui fait polémique et un ouvrage

22 mai 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 1er juin 2017
Le cabinet du ministre complété
Un arrêté publié au J.O. du 1er juin complète partiellement le cabinet du ministre de l’éducation nationale. Raphaël Muller est nommé directeur adjoint du cabinet. C’est un ancien conseiller de Luc Chatel.
Fanny Anor, nommée "conseillère spéciale", est une ancienne chargée d’études de l’Institut Montaigne, le think tank libéral qui a largement construit le programme éducation d’E Macron.
Isabellle Bourhis nommée conseillère sociale vient du Snpden, le syndicat des chefs d’établissement.
Thierry Ledroit, conseiller territoires, est un inspecteur général et l’ancien responsable établissements de l’académie de Créteil.
Enfin un professeur de CPGE , Matthieu Lahaye, a en charge les discours du ministre.

L’arrêté

Extrait de cafepedagogique.net du 01.06.17 : Le cabinet du ministre complété

L’arrêté

 

Additif du 23.05.17
M. Christophe PACOHIL est nommé chef de cabinet du ministre de l’éducation nationale.

Extrait de legifrance.gouv.fr du 23.05.17 : M. Christophe PACOHIL est nommé chef de cabinet du ministre de l’éducation nationale.

Café pédagogique du 23.05.17 : C Pacohil a été chef de cabinet de François Barouin quand celui-ci était ministre de l’économie sous Sarkozy. Comme le directeur de cabinet, c’est un sarkozyste qui dirige l’entourage du nouveau ministre. :

 

M. Christophe KERRERO est nommé directeur du cabinet du ministre de l’éducation nationale.

Extrait de legifrance.gouv.fr du 20.05.17 : Arrêté du 18 mai 2017 portant nomination au cabinet du ministre de l’éducation nationale

 

[...] Le périphérique ludique et le pédagogisme trissotant

Entre autres, Paul Devin, inspecteur de l’Éducation nationale et secrétaire général SNPI-FSU (syndicat national des personnels d’inspection) s’en émeut aussitôt dénonçant sur twitter « une privatisation du service public » à venir.
Il est temps, explique à son tour Christophe Kerrero dans une autre interview « de mettre fin à toutes les formes de fausses valeurs véhiculées par le système, du relativisme culturel à l’égalitarisme niveleur en passant par le périphérique ludique et le pédagogisme « trissotant ». Il indiquait aussi qu’il fallait « remanier les programmes » et abroger le socle « Lussault » du nom de Michel Lussault, le patron du conseil supérieur des programmes mis en place sous le quinquennat précédent. Ce socle est « jargonneux, précieusement ridicule et qui ne peut que compliquer le travail des professeurs ».

Il y évoquait aussi la nécessité de remanier les programmes scolaires. Rien ne paraît fondamentalement scandaleux. Le ton paraissait-il néanmoins décalé à la vue de la feuille de route de l’actuel ministre de l’Éducation nationale au discours apaisant, expliquant qu’il est nécessaire de dépasser les clivages ? Ces deux interviews disparaissent mystérieusement dans la journée de vendredi au grand étonnement des Inrockuptibles qui décrit un peu vite SOS éducation comme une « association proche de l’extrême droite et anti-avortement ».

Extrait de lefigaro.fr du 19.05.17 : La mystérieuse interview disparue du ministre de l’éducation nationale

 

Voir aussi

Ecole, démocratie et société, par Christophe Kerrero, Berger-Levrault, mai 2016

Si École et démocratie sont souvent associées dans le discours et les intentions, ce couple n’a rien d’évident. Cela tient à de très nombreux facteurs qui constituent un véritable écheveau de difficultés, de l’évolution des attentes de la société envers son école à l’évolution même de la société et de son école.

Quelle place de l’école en général et de la scolarité en particulier dans une société de la connaissance mondialisée ?
Où l’école se situe-t-elle entre institution et service public ?
Quelle école dans une société où la somme des intérêts particuliers l’emporte sur leur sublimation ?
Quels sont les grands enjeux d’une école démocratique, les défis à relever, les écueils à éviter ?
Mieux connaître les fractures de notre école est un préalable à toute tentative de leur réduction. Cet ouvrage a l’ambition d’y contribuer en apportant sa pierre au débat.
Collection : Au fil du débat
Broché. 300 pages environ. Format 16 x 24 cm. Date de parution : mai 2016.
Présentation éditeur

 

L’analyse ducafepedagogique.net du 22.05.17 : Christophe Kerrero directeur de cabinet de JM Blanquer

L’entretien dans Le Point

Répondre à cet article