> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > RYTHMES scolaires, OTS > Rythmes scolaires (Positions politiques, syndicales et associatives) > 4 positions sur les rythmes scolaires : la Peep, Sébatien Rome, directeur (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

4 positions sur les rythmes scolaires : la Peep, Sébatien Rome, directeur d’école en quartier prioritaire, Claire Lecomte, chronobiologiste et Marc Sawicki, ancien maire adjoint de Brest

21 juin 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les parents de la PEEP ont accueilli favorablement l’annonce d’un prochain décret d’assouplissement du cadre des rythmes scolaires de primaire, permettant aux communes de choisir si elles conservent ou non la semaine de 9 demi-journées. Une liberté réclamée par la PEEP depuis les débuts de la « Refondation ».

Cependant, il est regrettable que la contrainte des matinées de 3 heures 30 perdure malgré tout dans le nouveau projet. Nous, parents de la PEEP, pensons qu’il est nécessaire de sortir de ce cadre contraignant qui entrave des aménagements innovants tenant davantage compte des besoins des élèves. De la même façon, une organisation différente entre la maternelle et l’élémentaire n’est toujours pas envisagée. Il nous semble pourtant nécessaire d’interroger le bien-fondé de la similarité des rythmes scolaires pour des enfants de 3 ans et de 9 ans, par exemple.

Nous demandons par ailleurs que le fonds de soutien à l’organisation des TAP jusqu’à présent octroyé aux communes soit pérennisé sur l’année 2017-2018 pour que la décision d’un retour ou non à une organisation sur 8 demi-journées puisse émaner d’un réel consensus et non d’une décision unilatérale et précipitée de la municipalité, prise au regard de considérations plus financières que pédagogiques. Un retour aux 4 jours dès le mois de septembre 2017 induirait une absence de réelle concertation en amont, et aurait des conséquences lourdes sur l’organisation des familles et des activités périscolaires et extra-scolaires, une fois de plus.

Au-delà de cette mesure, pour la PEEP, il devient urgent de transformer les comités de pilotage des Projets Educatifs Territoriaux en une véritable instance de travail, tels les conseils communaux, à laquelle les parents seront pleinement associés et pourront y faire valoir leur avis.

Extrait de [peep.asso.fr : Communiqué de presse. Retour à la semaine de 4 jours. la Peep recommande la conceratation

 

Claire Leconte est chercheuse en chronobiologie, spécialiste des rythmes de l’enfant et de l’adolescent. Depuis plus de 30 ans, elle participe à la construction de projets éducatifs innovants avec les équipes pédagogiques, en partenariat avec les associations, les collectivités et les parents d’élèves.

Rythmes ou réforme du collège, la Peep manifeste son soutien aux mesures du nouveau gouvernement. Deux communiqués manifestent cet appui, même si la seconde association de parents d’élèves apporte quelques nuances.

Voir aussi le cafepedagogique.net du 20.06.17 : Pour la Peep, "on est sur la bonne voie"

 

[...] Le scénario qui vient est donc le suivant : on annonce un faux retour à 4 jours pour ouvrir le débat. Majoritairement contre, les enseignants, parents et municipalités se préparent à ce retour. Une fois tout le monde prêt, le ministre rappellera que le temps de la journée scolaire doit être raccourci et donc qu’il faudra donc réduire le temps des vacances. Croyant gagner en confort, les enseignants seront pour les uns favorables (minoritairement à mon avis) et pour les autres défavorables, mais surtout divisés et ridicules face au pays. Peut-on travailler 4 jours par semaine et 16 semaines de vacances ? Le ministre jouera le pays « réel », « celui qui travaille » contre les privilèges des enseignants. À mon sens, c’est ce qui est en train de se jouer.

J’ajouterai une mise en garde auprès des municipalités trop pressées de défaire ce qu’elles ont fait dans la douleur. Le retour à 4 jours n’implique pas en retour automatiquement un abandon des temps périscolaires. Si la journée est réduite, avec un nombre de jours de classe plus important, il faudra mettre en place plus d’activités que par le passé, mais...sans les financements.

Extrait de blogs.mediapart.fr/sebastien-rome du 20.06.17 : https://blogs.mediapart.fr/sebastie...

 

Pourquoi estimez-vous que la semaine de 4 jours est délétère pour les enfants ?

Les parents ont tendance à coucher plus tard les enfants les mardis, vendredis et samedis soirs. La semaine de quatre jours engendre des ruptures de régularité du rythme veille/sommeil qui fatiguent les enfants. La plupart des rapports s’appuient surtout sur ces effets là.

Ajouter une demi-journée d’école atténue ces ruptures. Mais le mercredi n’est pas pour moi le meilleur jour. Mieux vaudrait privilégier le samedi matin et le rendre obligatoire. D’un point de vue pédagogique, c’est aussi un temps très intéressant. On en profite pour finaliser les travaux de la semaine. Le climat est différent ce jour là. C’est un moment où l’on rencontre également plus facilement les parents.

Quand cette demi-journée supplémentaire est placée le mercredi, ce jour devient finalement très lourd pour les enfants avec l’école le matin et le centre de loisirs l’après-midi. Nous avons en revanche très peu étudié les effets de la semaine de 4 jours sur les résultats scolaires. Seul un rapport du ministère de l’éducation nationale de 2002 fait état d’une étude qui montre que les effets sur les résultats scolaires ne sont pas significatifs entre la semaine de 4 jours et celle de 4,5 jours.

[...] La France est le seul à avoir quatre fois deux semaines de vacances dans l’année !

Ce découpage convient aux travailleurs des plates-formes pétrolières ou aux marins au long cours, mais pas à des enfants qui ne changent pas de pays pendant les vacances. De fait, j’ai étudié l’année scolaire de 33 autres pays et la France est le seul à avoir quatre fois deux semaines de vacances dans l’année !

Extrait de lagazettedes communes.com du 20.06.17 : « Découper la semaine scolaire en demi-journées est une très mauvaise idée »

 

Rythmes : Marc Sawicki : Une décision inique

"Voilà certainement la décision la plus inique qui soit : L’intérêt des enfants se fera au bon vouloir des élus locaux selon leurs motivations sur le sujet, leurs priorités politiques et l’état de leurs finances". Ancien maire adjoint de Brest en charge de l’éducation, Marc Sawiki ne décolère pas devant l’arrêté Blanquer qui revient sur la réforme des rythmes.

Extrait de cafepedagogique.net du 21.06.17 : Rythmes : Marc Sawicki : Une décision inique

 

Voir aussi

Extrait de cafepedagogique.,net du 16.06.17 : Rythmes : Pour la Cfdt, "un renoncement grave"

Répondre à cet article