> 5 - Education prioritaire > POSITIONS > Positions de chercheurs (ZEP) > François Dubet : Les ambiguïtés de JM Blanquer (Café pédagogique)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

François Dubet : Les ambiguïtés de JM Blanquer (Café pédagogique)

23 août Version imprimable de cet article Version imprimable

"On ne peut pas éternellement regarder un système se défaire", nous avait dit il y a juste un an François Dubet. L’alternance politique particulièrement inédite est-elle à même de changer la donne éducative ? Dans cet entretien ,le sociologue met en évidence l’écart entre les écrits et les actes du nouveau ministre. S’il lui semble trop tôt pour émettre un avis définitif, la nouvelle année scolaire devrait être déterminante pour savoir de quel coté va pencher JM Blanquer. Du coté des conservatismes et de ses amis de sens Commun, comme le donne à penser ses premières décisions, ou du coté d’une rénovation osée de l’Ecole, comme il le promet dans ses ouvrages...

[...] Quand on regarde les premiers choix de JM Blanquer on voit que les choix des parents ne sont pas contestés, qu’on remet les classes de latin ou les sections européennes. Ce sont de mauvais signes pour lutter contre les inégalités. Sans parler de la place du privé...

J’ai le sentiment que le ministre est coincé entre une politique qui se situe dans le prolongement de Sarkozy et un véritable projet de transformation de l’école. Les mesures qu’il prend sont contradictoires avec ce qu’il affirme par ailleurs. Par exemple, il dit s’appuyer sur la science mais dans ce cas il ne peut pas défendre le redoublement. On ne peut pas se dire pour l’égalité et laisser se reconstituer des filières qui vont contre elle. Le chantier du bac sera décisif sur ce point. Il faudra prendre des décisions et on verra ce qu’est la philosophie du ministre.

Les décisions prises pour le primaire vont elles dans le sens de la réduction des inégalités ?

On a la réduction des classes à 12 élèves dans les zones les plus difficiles ce qui reste marginal. Et à mon avis il faudra regarder de plus près pour vérifier que cette mesure n’est pas seulement un slogan.

La question de la formation des enseignants est patente. On ne peut pas considérer les ESPE comme un progrès considérable par rapport aux IUFM. Le mode de recrutement des enseignants n’est toujours pas à la hauteur des enjeux.

Le message envoyé sur les rythmes scolaires n’est pas des meilleurs. Le ministre a fait des cadeaux aux familles et au syndicat majoritaire. On pourrait imaginer des journées moins lourdes cela aurait un effet sur les inégalités.

Là aussi entre les déclarations et les décisions il y a une distance. Finalement JM Blanquer est un homme politique. Et l’adresse en politique n’est pas un défaut...
[...]

Extrait de cafepedagogique.fr du 22.08.17 : Francois Dubet : Les ambiguïtés de JM Blanquer

Répondre à cet article