> 8 - PÉDAGOGIE, ACTIONS LOCALES, FORMATION > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline)/ > Actions locales AU COLLEGE (4) > Collège (Climat ) > B* Participer à un collectif de partenaires professionnels sur le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Participer à un collectif de partenaires professionnels sur le harcèlement scolaire au collège REP Robespierre de Port-Saint-Louis-du-Rhône

26 janvier 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Association Petit à Petit - coopérer pour mieux vivre ensemble
HARCÈLEMENT SCOLAIRE

Intervention auprès de la communauté éducative de Port-Saint-Louis-du-Rhône

Plus-value de l’action
Créer une démarche collective autour du harcèlement scolaire en groupe inter-professionnels

Constat à l’origine de l’action
Suite à une rencontre avec le collège Robespierre, les services de la Ville et l’ADDAP, il a été décelée l’importance de travailler avec les professionnels éducatifs de la Ville sur la question du harcèlement scolaire. Suite au constat de l’existence de harcèlement scolaire sur le territoire, une première action a déjà été menée auprès des jeunes. Il s’agissait de travailler ici avec la communauté éducative.

Objectifs
Au-delà d’une information collective sur ce qu’est le harcèlement scolaire et ses effets induits sur les élèves, nous avons mis en place un dispositif incluant toute la communauté éducative du collège Robespierre, des écoles du 1 et degré, de la Ville, et partenaires jeunesse associés afin de travailler sur ce problème en partant de l’expertise et du constat de chacun, en réfléchissant ensemble à des dispositifs adaptés.
Pour avancer de façon collective sur cette question à l’échelle de la ville, une démarche coopérative sous forme de groupe de travail a été mise en place, afin de créer une communauté de recherche et de l’intelligence collective autour de la
thématique du harcèlement scolaire avec les différents professionnels concernés.

Description de l’action
Pour mener à bien cette démarche, quatre temps ont été nécessaires afin de mettre en place un processus coopératif autour de cette question.
Le groupe de travail est composé de personnel et de structures très variés :
● dans les collèges : professeurs, CPE, surveillants, documentaliste
● à la Ville : animateurs temps périscolaires, service enfance jeunesse
● chez les partenaires : ADDAP, foyers, Maison pour tous
● à l’Éducation Nationale : des directeurs d’écoles primaires, la représentante REP, une psychologue scolaire
Le groupe de travail est composé de 25 personnes environ permettant de faire la liaison entre la primaire et le collège.

Modalités de mise en œuvre
Les 4 temps de travail :
TEMPS 1 : partir de l’expertise de la communauté éducative
Ce premier temps a permis à tous les acteurs :
● d’exprimer les besoins, les questions, les expériences déjà vécues, les réussites, les échecs, etc. concernant la thématique du harcèlement scolaire dans leur établissement.
● d’harmoniser les motivations de chacun et les attentes de chacun sur le sujet (diagnostic partagé)
● de construire une dynamique collective à l’échelle de l’établissement sur cette question-là.
TEMPS 2 : faire intervenir un expert extérieur spécialiste du harcèlement scolaire (Éducation Nationale.)
Ce deuxième temps a permis d’avoir les ressources et les informations nécessaires aux professionnels sur la question du harcèlement scolaire sous toutes ces formes.
Objectif : avoir des réponses précises en fonction des questionnements et du diagnostic partagé du temps 1.
TEMPS 3 : construire un cadre de travail partenarial et faire vivre le collectif de professionnels
Ce temps a été dédié à l’organisation concrète du travail du collectif : quel cadre commun, comment fonctionner ensemble, comment légitimer et officialiser l’existence du collectif, comment créer une identité commune, un réseau de professionnels partenaires autour de cette question du harcèlement ?
Puis de commencer à réfléchir sur des pistes d’actions communes en partant d’abord de l’état des lieux de l’existant dans chaque structure.
TEMPS 4 : élaborer ensemble des actions communes pour accompagner le harcèlement
Ce temps a permis de faire émerger des auto-solutions et des innovations en vue d’accompagner cette problématique du harcèlement scolaire dans les différentes structures du collectif : quelles mesures concrètes, quelles actions, quels projets mettre en place ?

Nombre d’élèves et niveau(x) concerné(s)
Primaires et collège de la Ville de Port-Saint-Louis seront bénéficiaires à terme de cette action menée par les professionnels éducatifs

Année scolaire de 1ère mise en œuvre
2015-2016

Durée prévue :
Avril à juin 2016

Présentation synthétique de l’action
Créer une communauté de recherche : Pour avancer de façon collective sur la question du harcèlement scolaire à l’échelle de la ville, la mise en place d’une démarche coopérative sous forme de groupe de travail a été mise en place, afin de créer une communauté de recherche et de l’intelligence collective autour de la thématique du harcèlement scolaire avec les professionnels du collège, de la Ville et des partenaires associés. Pour mener à bien cette démarche, quatre temps ont été nécessaires afin de mettre en place un processus coopératif autour de cette question v :
TEMPS 1 : partir de l’expertise de la communauté éducative
TEMPS 2 : faire intervenir un expert extérieur spécialiste du harcèlement scolaire (Éducation Nationale.)
TEMPS 3 : construire un cadre de travail partenarial et faire vivre le collectif de professionnels
TEMPS 4 : élaborer ensemble des actions communes pour accompagner la prévention du harcèlement

Moyens financiers et matériels mobilisés
Le projet a été initié par le collège Robespierre en la personne de Catherine Couvidat (assistante sociale) et Marie-Pierre Dumas (professeur documentaliste).
Elle a ensuite été portée par l’association Petit à Petit – coopérer pour mieux vivre ensemble dans le cadre du contrat de Ville : Ville de Port-Saint-Louis, SAN Sud Ouest, et Collège Robespierre

Personnel(s) ressource(s)
Catherine Couvidat (assistante sociale) et Marie-Pierre Dumas (professeur documentaliste au collège Robespierre)

Partenariat et contenu du partenariat
Le groupe de travail constitué est un groupe partenarial inter-institutionnel :
● Collège Robespierre (enseignants, CPE, assistante sociale, surveillants)
● Ville de Port-Saint-Louis (service enfance jeunesse)
● ADDAP
● Maison pour tous
● Education Nationale (coordination REP, directeurs d’écoles du 1er degré, psychologue scolaire)

Besoins
Besoin de formation pour continuer à créer une culture commune autour du harcèlement scolaire et du climat scolaire en général afin de faire vivre ce collectif de professionnels dans le temps.

Modalités du suivi de l’action : Acteur(s) participant au suivi et à l’évaluation
Des feuilles de présences ont été signés à chaque séance.

Type(s) d’évaluation prévu(s) :
Auto-évaluation
Un bilan a été fait en fin d’action.

Effets constatés
● sur les acquis des élèves
● Sur les pratiques des enseignants :
Intelligence collective et coopération entre institutions
● Sur le leadership et les relations professionnelles :
Un travail collectif inter-institutionnel qui n’existait pas avant s’est mis en place et s’organise pour faire perdurer dans le temps des actions concrètes au service des élèves sur la question du harcèlement scolaire et du climat scolaire en général.
● Sur l’école / l’établissement :
Ouverture vers des partenaires extérieurs
● Plus généralement, sur l’environnement

Trois ressources ou points d’appui qui vous ont permis de progresser
● La participation des acteurs au processus collaboratif
● l’implication des personnes dans la réflexion
● le travail inter-institutionnel et inter-degré

Trois difficultés éventuelles rencontrées
La mobilisation des acteurs sur toutes les séances (tout le monde n’était pas présent tout le temps)

Réussite, effets (attendus ou non) que vous souhaitez souligner
Une vraie dynamique collective s’est mise en place : collectif de professionnels actifs sur la question du harcèlement scolaire et du climat scolaire en général.

Extrait de pedagogie.ac-aix-marseille.fr du 29.06.17 : Clg Robespierre Port St Louis Non au Harcèlement (4 pages)

Répondre à cet article