> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > DECROCHAGE > Ecoles deuxième chance (E2C), EPIDE, Service Civique > Dossier classe inversée : - La question des inégalités - Une nouvelle version (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dossier classe inversée : - La question des inégalités - Une nouvelle version du MOOC "Classe inversée"

4 novembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les deux innovations majeures portées par la révolution numérique dans le champ éducatif semblent avoir des destins contrastés. Alors que la « flipped education » (pédagogie inversée) convainc de plus en plus d’enseignants, les MOOC (massive open online courses) auraient, selon certains, « fait pschitt ».

Cela nous invite à réfléchir au sens et à la portée de ces deux innovations, en appréciant le succès de l’une à la lumière des limites de l’autre. Ce qui soulève une question centrale : la révolution numérique a-t-elle vraiment le pouvoir de révolutionner la pédagogie ?

[...]
C’est en classe qu’il faut inverser la classe. La véritable révolution copernicienne s’accomplira quand l’inversion entre les deux temps de travail s’effectuera au sein même de l’école, dans une rythmicité féconde. Il faut réintroduire à l’école le temps d’appropriation personnelle d’un contenu, qui relève de la mission de l’école. Il faut articuler en son sein même les deux temps d’acquisition et de consolidation.

Que dirait-on d’une entreprise qui contraindrait ses employés à emporter tous les soirs à la maison le plus dur du travail à faire ?

Pour une « révolution » permettant à l’école de jouer pleinement son rôle
Tout doit se faire à l’école, pour une raison simple. On ne peut pas abandonner ceux qui ont la difficile tâche d’apprendre aux seules conditions et forces de leur milieu d’origine, en ce moment décisif que constitue l’assimilation d’un contenu et la construction d’un savoir.

Les outils informatiques ne sont vraiment utiles qu’à ceux qui possèdent les outils cognitifs qui en permettent un usage intelligent. C’est à l’école qu’il appartient d’organiser la construction de tels outils. Et elle le fera d’autant mieux que les enseignants comme les élèves auront été rendus plus actifs, en son sein.

Cela ne signifie pas que l’école n’a pas à articuler son travail avec ce que vit et fait l’élève en dehors d’elle. Mais qu’elle doit prendre en charge tout ce qu’il y a d’essentiel dans le travail d’apprentissage des enfants et des adolescents, sous peine de les abandonner aux forces du marché, dont l’effet le plus sûr est le développement et l’aggravation des inégalités.

Extrait de theconversation.com du 01.11.17 : Classes inversées et MOOC, révolution copernicienne dans l’enseignement… vraiment ?

 

Le MOOC "La classe inversée à l’ère du numérique" rouvre en version améliorée. Présentation avec Jérôme Staub, en charge du projet chez Canopé.

MOOC classe inverséeAprès le succès des deux éditions précédentes, le réseau Canopé lance aujourd’hui la troisième session de son MOOC « La classe inversée à l’ère du numérique« . Jérôme Staub, coordinateur numérique, éducatif et innovation pour la direction territoriale nouvelle Aquitaine, présente cette version, améliorée grâce aux retours des participants.

Quelles seront les nouveautés de cette 3e édition du MOOC Classe inversée ?
Cette année, nous avons conservé l’idée de faire un parcours d’initiation et un parcours d’approfondissement, avec des entrées différentes.

Pour le parcours d’initiation, nous avons davantage mis l’accent sur les activités, notamment au cycle 2 et au cycle 3. Nous proposons des témoignages d’enseignants autour des pratiques coopératives qui seront abordées sur ce parcours.

Le parcours d’approfondissement a été organisé pratiquement comme une classe inversée. Nous avons demandé à des enseignants experts de réagir face à des vidéo d’universitaires, en lien avec l’apprentissage. Par exemple, une vidéo de Stanislas Dehaene sur les piliers de l’apprentissage, une vision plutôt neurosciences donc, ou une approche de Philippe Meirieu sur « Qu’est ce qu’apprendre », ou encore un témoignage d’André Tricot sur la motivation et l’entrée dans la tâche. On a demandé comment ces enseignants experts s’étaient appropriés, dans leur enseignement, ces idéaux qui leurs étaient proposés. Dans le MOOC sont mis en parallèle la vidéo de l’universitaire et le développement de l’enseignant expert sur la question abordée.

Il y a également, même si ce n’est pas une nouveauté, un aspect pratique. Dans le parcours 1 (initiation), les enseignants pourront concevoir leur propre projet de classe inversée, qui sera déposé et visible à la fin du MOOC dans Viaeduc. Pour le parcours 2 (approfondissement), il n’y aura pas de projet à construire, mais les participants pourront déposer, chaque semaine, un témoignage pour expliquer comment le thème abordé fait écho à leurs pratiques, à leur quotidien d’enseignant. [...]

Extrait de vousnousils.fr du 19.10.17 : Le MOOC classe inversée revient pour une 3e édition améliorée

Répondre à cet article