> 8 - POLITIQUE DE LA VILLE > TYPE DE DOCUMENT (Politique de la Ville) > Politique Ville (Dossier) > Grigny (Essonne), une ville emblématique du mal des banlieues - En attendant (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Grigny (Essonne), une ville emblématique du mal des banlieues - En attendant le rapport Borloo (un dossier de la Croix)

18 avril 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

À Grigny, la banlieue se cherche un avenir

C’est à Grigny que les maires de banlieue avaient lancé leur appel à l’État en octobre. Dans cette commune du sud de Paris, emblématique du mal des cités, la moitié des jeunes sortent du système scolaire sans diplôme.

Une ville emblématique du mal des banlieues
Aujourd’hui Grigny, avec ses 30 000 habitants de 89 nationalités différentes, dont les deux tiers sont partagés entre les logements sociaux de la Grande Borne et la copropriété ultra-dégradée de Grigny II, est devenue une ville emblématique du mal des banlieues. En 2016, un rapport interministériel utilisait le terme terrible d’« apartheid social et territorial ».

Or, malgré les millions d’euros investis dans la rénovation urbaine, malgré les renforts en effectifs enseignants et policiers consentis en 2016, le territoire, qui ne compte pas de commissariat et deux fois moins de médecins que partout ailleurs, est toujours en décrochage. En octobre 2017, 150 élus de banlieue y ont lancé « l’appel de Grigny » pour demander à l’État de réagir. La ville fait donc logiquement partie des tout premiers territoires où sont expérimentés les emplois francs.

Il faut dire qu’« il y a des chiffres qui font mal à la tête », reconnaît Philippe Rio, le maire communiste de la ville. À Grigny, 44 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. « La préfecture gère 80 % des attributions de logements sociaux et elle nous envoie tous les pauvres de l’Essonne », peste-t-il.

Parmi les actifs, plus de 23 % sont au chômage. Chez les 15-24 ans, le taux grimpe à 40 % à la Grande Borne. Or plus de la moitié des Grignois ont moins de 30 ans. Pourtant, même si la ville a vu fermer en 2016 son seul hypermarché, le bassin d’emploi, qui comporte la zone logistique de Sénart ou le futur entrepôt ultramoderne d’Amazon à Brétigny-sur-Orge, est dynamique.

Le fléau du décrochage scolaire [...]

Extrait de lacroix.fr du 17.04.18 : À Grigny, la banlieue se cherche un avenir

 

En attendant le rapport Borloo
Missionné par Emmanuel Macron pour faire des propositions pour les banlieues, Jean-Louis Borloo doit rendre prochainement un rapport très attendu.

Extrait de lacroix.fr du 17.04.18 : En attendant le rapport Borloo

Répondre à cet article