> AGENDA > Site OZP. Archives d’articles non indexés (2004-2008) > année 2004 > septembre > 22.09.04 - Intégration réussie pour les élèves de ZEP à Sciences-Po

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

22.09.04 - Intégration réussie pour les élèves de ZEP à Sciences-Po

23 septembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Monde » du 22.09.04 : les élèves issus de ZEP à Sciences-Po

L’intégration réussie des élèves de ZEP

Cela marche. Quarante-cinq nouveaux candidats issus de lycées classés en zone d’éducation prioritaire (ZEP) vont être admis en première année à l’Institut d’études politiques de Paris - "Sciences-Po" - à la prochaine rentrée, le 4 octobre.

Ces étudiants ont été sélectionnés sans concours, à l’issue d’une procédure spécifique qui a eu lieu dans vingt lycées bénéficiant de conventions éducation prioritaire (CEP).
Lancé à la rentrée 2001 par Richard Descoings, le directeur de Sciences-Po, ce dispositif a permis l’admission de 132 étudiants au total. Parmi eux, les enfants d’employés et d’ouvriers représentaient 50 % des admis en 2001, 57 % en 2002 et 68 % en 2003. Les étudiants ayant au moins un parent né hors de France représentaient les deux tiers des admis en 2003. A l’opposé, les étudiants qui passent le concours d’admission sont issus, pour 82,5 % d’entre eux, de milieux favorisés et très favorisés.

Les étudiants recrutés grâce aux conventions éducation prioritaire témoignent de parcours scolaires positifs. Leurs résultats sont comparables à ceux qui ont passé le concours d’admission : neuf étudiants sur dix passent directement dans l’année supérieure.

"Plusieurs sont parmi les meilleurs de leur promotion", assure Cyril Delhay, maître de conférences à Sciences-Po et responsable des CEP. Ainsi, sur trente-sept élèves admis en première année à la rentrée 2003, cinq se sont classés dans les dix premiers aux examens de fin d’année.

Ils ne redoublent ni plus ni moins que les autres et leur intégration s’avère réussie. En 2002, neuf étudiants, sur les trente-trois admis en première année, avaient été élus délégués de leur classe dès la rentrée. En 2003, ils étaient vingt, sur trente-sept recrues, à être élus délégués.

Les élèves recrutés sont issus de banlieues défavorisées situées en région parisienne (académies de Versailles et Créteil), en Moselle (académie de Nancy-Metz) et dans le Rhône (académie de Lyon). Les trois derniers lycées à avoir passé une convention éducation prioritaire sont situés à Bondy, Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) et Vaulx-en-Velin (Rhône).

Martine Laronche

Répondre à cet article