> 6 - DISPOSITIF > MIXITE SOCIALE, CARTE SCOLAIRE > Mixité sociale, Carte scolaire (Etude) > Mixité scolaire : un dossier du Monde sur le résultat de trois (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mixité scolaire : un dossier du Monde sur le résultat de trois expérimentations "encourageantes" menées à Paris et sur une cinquantaine d’autres, souvent accueillies avec un certain scepticisme, en région

7 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 10.09.18 : voir Expérimentation sur la mixité scolaire à Paris : - Le texte de l’étude est publié en ligne dans "Les notes de l’IPP", n°35, septembre 2018. - Une tribune d’enseignants parisiens dans Libération

Mixité scolaire Des expérimentations " encourageantes "
La mixité sociale est particulièrement faible dans la capitale : dans les collèges parisiens, 51 % des élèves sont issus de catégories sociales très favorisées, contre 23 % dans le reste du pays, et 35 % sont scolarisés dans le privé.

Pour lutter contre la ségrégation, trois expérimentations ont été mises en place, en 2017, dans les 18e et 19e arrondissements, avec une affectation différente des élèves de 6e de six collèges, pour obtenir une composition sociale équilibrée.

Une équipe de chercheurs a rendu publics, jeudi 6 septembre, les premiers résultats, qui sont jugés " plutôt encourageants ".

Extrait de lemonde.fr du 07.09.18 : Mixité scolaire Des expérimentations " encourageantes "

 

L’expérience sur les trois binômes de collèges a concerné environ 700 élèves,qui ont été répartis selon deux méthodes distinctes : la montée alternée (tous les élèves de 6e sont affectés dans un seul collège puis la cohorte de 6e de l’année suivante fait sa rentrée dans l’autre établissement) et le choix régulé (l’affectation des élèves se fait à partir du vœu des familles afin d’aboutir à une composition sociale équilibrée entre les deux collèges). La méthode du " choix régulé " est utilisée dans plusieurs pays (Royaume-Uni, Espagne, Belgique, Suède, etc.) tandis que celle de la " montée alternée " a été proposée par le rectorat de Paris. Les acteurs locaux ont ensuite choisi localement entre ces deux options dans le cadre du comité de suivi des expérimentations. Une équipe de chercheurs a suivi, dès le début, cette expérimentation dont nous présentons ici les premiers résultats jugés " encourageants ", rendus publics jeudi 6 septembre.
Mathilde Costil

Extrait de lemonde.fr du 07.09.18 : A l’entrée en 6e, 700 élèves affectés différemment

 

Mixité scolaire dans des collèges parisiens : de premiers résultats

[...] L’expérimentation Coysevox-Berlioz : la réussite

[...] L’expérimentation Bergson-Pailleron : une meilleure mixité

[...] L’expérimentation Curie-Phillipe : un effet non significatif

Extrait de lemonde.fr du 07.09.18 : Mixité scolaire dans des collèges parisiens : de premiers résultats

 

Paris n’est pas la seule académie qui tente de relever le pari de la mixité. Dans le sillage des attentats contre Charlie Hebdo, en 2015, une vingtaine de territoires pilotes, de Montpellier à Strasbourg en passant par Clichy (Seine-Saint-Denis), Redon (Ille-et-Vilaine), La Rochelle, Brest ou Nancy, s’étaient portés volontaires pour casser les ghettos scolaires, à l’appel de l’ex-ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem. A l’époque, cette dernière formulait, elle aussi, un pari : celui de ne pas imposer la mixité « d’en haut ». « Penser que l’on pourrait imposer autoritairement la mixité sociale, en supprimant au passage une partie de la liberté de choix des parents, c’est entretenir une forme d’illusion qui aboutit à l’immobilisme », expliquait Mme Vallaud-Belkacem dans Le Monde en septembre 2016, en insistant sur la nécessaire « mobilisation des acteurs de terrain ».

Scepticisme
Deux années scolaires sont passées et, alors que la ségrégation et les inégalités demeurent des maux reconnus de l’école française, les résultats de cette « mobilisation » demeurent difficiles à jauger, disent les syndicats d’enseignants. L’actuel locataire de la Rue de Grenelle s’est peu exprimé sur le sujet, sinon pour défendre l’impact d’une offre pédagogique diversifiée (avec le rétablissement des sections bilangues et de l’option latin par exemple) sur l’attractivité de certains collèges évités. Dans l’entourage de Jean-Michel Blanquer, on défend pourtant le « volontarisme actuel », en faisant état d’une cinquantaine d’expérimentations en cours.

[...] Et pourtant, au sein de la communauté éducative, une forme de scepticisme s’exprime. [...]

Une mesure des effets des expérimentations lancées à l’échelle nationale, sur la composition des collèges autant que sur les résultats scolaires des élèves, est promise à l’automne 2018.

Extrait de lemonde.fr du 07.09.18 : Mixité scolaire : une cinquantaine d’expérimentations à l’échelle nationale

Répondre à cet article