> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > DECROCHAGE > Les microlycées > Décrochage : bilan de 6 années du " microlycée" Antoine Lomet en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Décrochage : bilan de 6 années du " microlycée" Antoine Lomet en Lot-et-Garonne, l’un des premiers installés en France

30 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

6 ans pour un " micro-lycée " en Lot-et-Garonne ? Allons voir...
Un microlycée est une structure à la fois spécifique et expérimentale appelée parfois lycée de la deuxième chance. Il est implanté ici dans une structure de lycée professionnel déjà existante et accueille des jeunes de 17 à 25 ans au parcours scolaire antérieur souvent chaotique résumé en un mot par le terme de " décrocheurs .

Le lycée Antoine Lomet abrite l’un des tous premiers micros lycées ouverts en France puisque il en est à sa sixième rentrée scolaire. C’est dire que des leçons peuvent déjà être tirées de cette " expérience ".

Le but de la scolarité est clair : l’obtention en un ou deux ans (deux en général) d’un baccalauréat professionnel gestion/administration ou commerce. La capacité est de trente places, les horaires et les conditions d’études sont celles d’un lycée professionnel habituel. Alors qu’est-ce qui peut inciter un jeune, un peu fâché avec le système scolaire qu’il a souvent subi avant de le quitter, à repiquer au " jeu " ?

L’encadrement : il est fait d’écoute, de confiance mutuelle, de respect et d’aide. L’aide porte bien évidemment sur les questions d’apprentissage mais pas que : l’aide au logement, à la vie de tous les jours en bref l’aspect humain fait l’objet d’une attention très particulière de l’équipe d’encadrement et il est fondamental dans ce retour aux études. " On leur fait croire à ce en quoi, ils ne croient plus " selon la très belle formule d’une enseignante…et ce n’est pas un leurre.

Le taux de réussite : 100% pour chacune des trois sessions de baccalauréat auxquelles les élèves du micro lycée ont jusqu’ici été candidats.

Le volontariat : Les " élèves" tout d’abord font le choix de ce retour à " l’école " et le veulent gagnant. Le témoignage de Jonathan est très éclairant à ce sujet et la maturité manifestée par ses camarades est tout à fait remarquable. L’équipe enseignante est elle aussi constituée de volontaires : volontaires souvent chevronnés qui ont accepté de sortir de leur zone de confort pour prendre en charge ce public nouveau et qui assurent depuis une stabilité importante de l’équipe.

Le rebond : une fois leur baccalauréat en poche, les jeunes poursuivent leurs études en BTS, voire licence, et reviennent vers l’équipe pour assistance et conseils tant la confiance instaurée est pérenne. Pour les enseignants cela peut aussi être un tremplin pour infléchir leur carrière.

Le bouche à oreille : sans minimiser le rôle des centres d’Information et d’Orientation ou des missions locales…dans le recrutement, ce sont les jeunes eux-mêmes qui sont les meilleurs ambassadeurs de la structure.

Il me faut remercier Sandrine Lamy, professeure d’anglais et membre de l’équipe éducative depuis le lancement, d’avoir bien voulu accepter une interview improvisée et de témoigner ainsi avec, tout à la fois, dynamisme et nécessaire recul sur le travail accompli ; remercier également Jonathan, élève en deuxième année, de s’être prêté tout aussi spontanément au même exercice avec sa foi retrouvée en l’éducation et sa capacité à convaincre d’autres jeunes comme lui de saisir une deuxième chance ; remercier enfin Michel Polegato, nouveau proviseur de l’établissement, de nous avoir ouvert les portes de celui-ci et facilité l’accès aux acteurs du micro lycée.
Les rencontres

La vidéo sur Youtube (7:23)

Interview : Jacques Puyou
Professeur agrégé de mathématiques - Secrétaire national de l’An@é

Extrait de educavox.fr du 08.10.18 : 6 ans pour un " micro-lycée " en Lot-et-Garonne ? Allons voir...

 

Sur le site OZP,
voir la sous-rubrique Les microlycées
à l’intérieur de la rubrique DECROCHAGE
Voir aussi le mot-clé *Décrochage/

Répondre à cet article