> 7 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > DECROCHAGE > Décrochage (Dossier) > Le jeu-vidéo contre le décrochage scolaire ? Une expérience en Nouvelle (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le jeu-vidéo contre le décrochage scolaire ? Une expérience en Nouvelle Aquitaine (ToutEduc)

22 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Le jeu-vidéo contre le décrochage scolaire ? Une expérience en Nouvelle Aquitaine

Sept collèges et deux lycées de Nouvelle-Aquitaine se lancent dans une expérience fondée sur la création de jeux-vidéo afin de lutter contre le décrochage scolaire des 12-17 ans. Les 250 jeunes participants pourront ainsi découvrir le monde des technologies et du design de manière à développer des compétences tant humaines que professionnelles et disciplinaires. Ces jeunes seront amenés à créer un récit interactif et un prototype, en passant par les différentes étapes de la création de jeux vidéo telles que le design de jeu, le design de niveau, la programmation et la création d’images et de sons originaux. Les thèmes abordés seront : l’empathie, l’éducation à la paix et la lutte contre l’intimidation.

Le projet a été lancé cette semaine à Digital Campus à Bordeaux avec le soutien de la Région, d’Ubisoft Bordeaux et de "Fusion Jeunesse", une organisation créée il y a une dizaine d’années au Québec pour contribuer à la persévérance scolaire, à l’employabilité et à l’engagement civique des jeunes en implantant des projets pédagogiques innovants. Elle accompagne quelque 16 000 jeunes chaque semaine et porte le brevet du projet. Ubisoft est investi dans toutes les étapes grâce à des mentors issus de l’entreprise qui ont la mission de transmettre à ces jeunes la signification du travail en équipe et la créativité dans la résolution de problèmes

Le Vice-président du Conseil régional de Nouvelle Aquitaine, Jean-Louis Nembrini se félicite de ce lancement : "La Région est fière de contribuer à cette expérimentation qui viendra inévitablement soutenir la persévérance scolaire et l’orientation de nos jeunes, tout en consolidant les relations franco-québécoises." La Région a en effet signé une "feuille de route" avec le Québec afin d’étendre leur coopération à la grande région. Les domaines choisis sont la recherche, l’innovation et l’industrie.

Claude Halmos, psychanalyste spécialiste de l’enfance et de la maltraitance, précise sur France Info, ce 9 février, que "le choix des jeux-vidéo pour lutter contre le décrochage scolaire est une bonne idée. Cependant, il n’y a pas d’outil-miracle dans ce domaine. Il faut s’attaquer aux problèmes en amont et avoir sa tête en bon état de marche pour en profiter. Le jeu-vidéo ne peut être qu’un lien entre une équipe pédagogique impliquée et l’élève en difficulté. L’équipe pédagogique est ici un soutien représentant l’institution. Si cela fonctionne, et malgré les préjugés que l’on peut avoir sur les jeux-vidéo, nous pourrons dire : vive les jeux-vidéos."

Afin de voir des expériences réussies, il est possible de tester les jeux réalisés par les jeunes Québécois

Extrait de touteduc.fr du 01.02.19 : Le jeu-vidéo contre le décrochage scolaire ? Une expérience en Nouvelle Aquitaine

 

Projet Fusion Jeunesse en Lot-et-Garonne

Le lancement du projet Fusion Jeunesse en Nouvelle Aquitaine a eu lieu mardi 5 février, dans les locaux de L’ISAA (Institut Supérieur des Arts Appliqués) en présence de M. Jean–louis Nembrini pour la Région Nouvelle Aquitaine, Mr Pierre Camani, Président du Conseil départemental de Lot & Garonne, Dominique Poggioli, Inspecteur d’Académie, Directeur Académique des services de l’Education Nationale, Gabriel Bran Lopez, Président fondateur de Fusion Jeunesse et Lindsay Daudier Directrice générale, Marie Cécile André Directrice des opérations et des partenariats France, ainsi que le manager du Studio d’UBISOFT, Julien Mayeux.
Qu’est-ce que c’est ?

Le projet Fusion Jeunesse vient tout droit du Québec (Montréal).

L’idée innovante de Gabriel Bran Lopez est d’associer des étudiants universitaires, des coordonnateurs de projet, des écoles primaires et secondaires pour implanter et soutenir des projets créatifs, motivants et suscitant l’implication active des jeunes dans leur réussite scolaire.
Exposer les jeunes à différents domaines et secteurs pour être capable de choisir une orientation, une formation, un métier… Il n’y a rien de plus formateur que de voir la réalité des différents métiers…
Les domaines proposés par l’organisme sont nombreux et variés… (Arts, Science et Génie, design, leadership et entreprenariat)

Pour en savoir plus…

Dans le Département de Lot & Garonne :

En Lot & Garonne, deux chefs d’établissement, Marie Cécile André et Sylvie Scantamburlo ont proposé à l’équipe de Gabriel Bran Lopez de se lancer dans l’aventure avec des collégiens et des lycéens Français. La rencontre a été déterminante !

C’est une première sur le territoire ! 9 établissements Lot & Garonnais, 225 élèves et 40 enseignants (7 collèges et 2 lycées) vont participer à ce projet cette année.

Les enseignants et leurs classes étaient présents lors de ce grand lancement et les élèves ont visité le studio de création Ubisoft Bordeaux qui sera le partenaire sur le projet cette année puisque le choix du domaine est la création de jeux vidéo.

Les élèves seront amenés à créer un prototype de jeu, en passant par les différentes étapes de la création de jeux vidéo telles que le design de jeu, le design de niveau, la programmation et la création d’images et de sons originaux. (Conception, production, commercialisation)

Les studios Ubisoft
Une foule s’est pressée pour visiter le studio de création de jeux vidéo (Lapins crétins, Just Dance… et d’autres…) 150 personnes y travaillent ensemble sur la création des jeux, dans un espace ouvert.

Pour créer un jeu vidéo plusieurs corps de métiers sont nécessaires : dessinateurs, designers, créateur d’univers graphiques, programmateurs…

Cette expérience riche en apprentissages variés permet de découvrir les métiers de l’industrie du jeu et de développer :

le travail d’équipe,
la créativité dans la résolution de problèmes,
de nombreuses compétences transversales.

Lutter contre le décrochage et contribuer à la persévérance scolaire, voici l’objectif de la Région Nouvelle Aquitaine, du Département de Lot & Garonne et de l’Académie de Bordeaux au travers de ce beau projet.

Les réalisations seront présentées lors d’un évènement commun en juin 2019.
Nous serons présents à ce rendez-vous !

Caroline Levacher
Directrice de l’Atelier Canopé 47 - Agen

Extrait de educavox.fr : Projet Fusion Jeunesse en Lot-et-Garonne

 

C’est dans ma tête. Des jeux vidéo contre le décrochage scolaire ?

Les jeux vidéo font peur aux parents. Ils craignent que leur enfant se désintéresse de l’école et se désocialise. Les jeux vidéo peuvent aussi servir à ramener à l’école les "décrocheurs scolaires".

Les jeux vidéo sont souvent, on le sait, la hantise des parents, qui se plaignent qu’ils éloignent leurs enfants de la vie réelle et notamment de la scolarité. Or, une expérience qui vise à utiliser ces jeux pour ramener à l’école les "décrocheurs scolaires", vient de commencer à Bordeaux.
Les jeux vidéo peuvent-ils être un outil efficace pour réconcilier des décrocheurs scolaires avec la scolarité ?

Le choix des jeux vidéo est une idée intéressante, parce qu’elle permet d’inscrire l’école dans l’univers de jeunes qui ont souvent l’impression qu’elle se situe sur une planète à laquelle ils n’ont pas accès. Mais, en matière de décrochage scolaire, il n’y a pas de gadget miracle. Et un outil n’est efficace que s’il s’inscrit dans le cadre d’une prise en charge qui prend en compte les causes profondes du décrochage de chaque élève.

Quelles peuvent être les causes d’un décrochage scolaire ?

Pour qu’un élève ait envie d’apprendre, il faut plusieurs choses. Il faut d’abord qu’il considère l’école comme une route qui mène quelque part. Et c’est un problème pour les enfants qui ont des parents et des grands-parents chômeurs, parce qu‘ils ont l’impression que l’école ne mène à rien.

Il faut ensuite que l’élève ait conscience de travailler pour construire son avenir, et ce n’est possible que si ses parents ont pour lui un projet de vie (c’est-à-dire le désir, profond qu’il fasse quelque chose de sa vie) et le soutiennent en permanence. Beaucoup d’enfants décrochent parce qu’ils n’ont pas ce soutien. Et puis il faut qu’il ait une "tête en état de marche", c’est-à-dire des capacités intellectuelles mobilisables.

Or ces capacités qui, on ne le dira jamais assez, existent chez tous les enfants, peuvent être bloquées par des problèmes familiaux, des problèmes psychologiques ou de mauvais apprentissages au début de leur vie scolaire. Le décrochage scolaire doit donc toujours être pris par les "deux bouts" de la pédagogie et de la psychologie. Ce qui permet d’ailleurs d’expliquer aux enfants les causes de leur échec, et de leur faire comprendre qu’ils ne sont pas les "nuls" qu’ils croient être.

Une application de jeu vidéo sur mobile.

Par rapport à tout cela, à quoi peuvent servir des jeux vidéo ?

Le jeu vidéo peut être le support d’une relation entre un élève et une équipe d’enseignants, qui ont réfléchi à toutes les possibilités pédagogiques que cet outil peut offrir. Mais qui ont, surtout, un vrai désir que cet élève réussisse. Qui l’en pensent capable, et qui sont prêts à se battre pour qu’il y arrive ; c’est-à-dire à lui donner les points d’appui qui lui ont manqué, et qui vont l’aider à reprendre confiance en lui.

Un enseignant ou un éducateur ne peuvent pas remplacer des parents. Mais ils peuvent montrer à un élève que, même si pour ses parents sa scolarité ne comptait pas, pour la société, dont ils sont les représentants, elle compte. Et c’est cette idée, et le soutien qu’ils lui apportent, qui peuvent, en redonnant un sens à sa vie, ramener cet élève vers l’avenir, et donc vers l’école. Et si tout cela peut se faire avec des jeux vidéo alors vive les jeux vidéo !

Extrait de francetvinfo.fr du 09.02 ;19 : C’est dans ma tête-]

 

Nouvelle-Aquitaine : jeu vidéo contre décrochage scolaire

Extrait de weka.fr du 05.02.19 :
Le jeu vidéo contre le décrochage scolaire

Répondre à cet article