> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > FORMATION DES ACTEURS > Formation des acteurs (généralités) > Un rapport des inspections générales sur le pilotage du Plan national de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un rapport des inspections générales sur le pilotage du Plan national de formation (ToutEduc)

12 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Le pilotage du plan national de formation
Décembre 2018
Jonas ERIN
Inspecteur général de l’éducation nationale
Jean‐François CUISINIER
Éric FARDET
Inspecteurs généraux de l’administration de
l’éducation nationale et de la recherche

Formation des cadres de l’Education nationale : les inspections générales préconisent un rapprochement de Canopé et de l’IH2EF

Le plan national de formation "constitue un outil nécessaire pour accompagner les (cadres de l’Education nationale) dans la mise en œuvre des politiques éducatives", mais "il n’est pas construit à partir d’une vision stratégique globale et pluriannuelle croisant les besoins institutionnels et les besoins individuels de formation", estiment les deux inspections générales de l’Education nationale qui soulignent dans un rapport commune que "la fusion en cours des inspections générales, la réorganisation des directions et la transformation de l’ESENESR l’école supérieure de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, souvent dite ESEN ndlr) en IHEEF (ou IH2EF, Institut des hautes études de l’éducation et de la formation) (voir ToutEduc ici) créent un contexte favorable à une clarification des rôles et responsabilités de chacun".

Elles rappellent que le PNF concernait "plus de 23 000 personnes en 2018‐2019" et qu’il constitue "le levier de la politique nationale de formation continue des cadres pédagogiques et administratifs". Les rapporteurs ajoutent que "les inspecteurs territoriaux, les personnels de direction et les cadres administratifs des services déconcentrés et des établissements ont vu leur rôle se transformer et se complexifier au fur et à mesure du mouvement de déconcentration et de décentralisation du système scolaire". Ils "connaissent des changements rapides, profonds et durables de leurs métiers", mais ces enjeux sont absents des priorités du PNF (...). Le développement des compétences professionnelles n’y apparait pas, notamment celui des compétences managériales."

Le rapport souligne également la faiblesse du numérique : "Seules 13 % des actions de formation font l’objet d’une diffusion numérique (webdiffusion, visioconférence) et seules 12 % des actions contiennent un volet distant de formation. Quant aux formations qui concernent explicitement le numérique, elles sont peu nombreuses."

Pour les auteurs, la transformation de l’ESENESR en IHEEF "renforce son rôle central dans la formation des cadres" d’autant qu’elle "s’est d’ores et déjà dotée d’un catalogue destiné à donner plus de lisibilité à son offre de formation et à structurer son activité". Il conviendrait donc d’ "exploiter" cette montée en expertise et de "déléguer progressivement tout ou partie de la maitrise d’œuvre de la formation de formateurs à un opérateur, l’IHEEF ou Canopé, avec la perspective à terme d’un rapprochement entre les deux structures, soit en partenariat soit par leur fusion, au sein d’un institut unique de la formation."

Le rapport envisage deux pistes, "concentrer sur l’IHEEF l’ensemble de la formation continue nationale, au‐delà de celle des cadres qui est sa mission actuelle", mais "la priorité semble de laisser le nouvel Institut consolider sa place sur le champ de la formation des cadres", ou alors "s’appuyer sur Canopé pour en faire progressivement un opérateur de la formation de formateurs" ce qui suppose de réorienter "une partie de ses outils et de ses personnels (...) afin de créer à moyen terme un nouvel opérateur de formation continue dédié aux enseignants". Quoi qu’il en soit, "il convient de favoriser dès maintenant le rapprochement entre l’IHEEF et Canopé", voire avec "d’autres opérateurs tel le CIEP" ce qui donnerait une "force de frappe" permettant de construire "un plan de communication sur l’offre de formation, de toucher tous les publics et de répondre à l’objectif de rayonnement renforcé de l’offre éducative française".

Les auteurs soulignent aussi la convergence des besoins avec ceux des cadres d’autres ministères, et l’intérêt de formations communes.

Parmi les préconisations des rapporteurs, à noter

"installer un pilotage national de la politique de formation continue"

"déléguer progressivement tout ou partie de la maitrise d’œuvre des formations de formateurs à un opérateur, l’IHEEF et/ou Canopé, avec la perspective à terme d’un partenariat ou d’une fusion entre les deux structures sous la forme d’un institut unique de la formation"

"positionner progressivement l’inspection générale d’une part sur des fonctions stratégiques et d’autre part sur une expertise métier"

"mieux répondre aux besoins de formation liés au développement professionnel et personnel des cadres"

"faire du numérique éducatif une priorité dans et pour la formation"

"inscrire le développement de la formation dans l’internationalisation du système éducatif et dans une dynamique interministérielle"

"favoriser le déploiement de formations interministérielles".

Télécharger le rapport

Extrait de touteduc.fr du 10.03.19 : https://cache.media.education.gouv....

Répondre à cet article