> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > Evaluation > Evaluations nationales (sauf dédoublements) > Évaluations CP-CE1 : chercher la faute du professeur ou la réussite de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Évaluations CP-CE1 : chercher la faute du professeur ou la réussite de l’élève ?, par Paul Devin (blog Mediapart)

18 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Évaluations CP-CE1 : chercher la faute du professeur ou la réussite de l’élève ?

Serait-ce garder raison que de prendre le risque de renoncer aux effets de l’évaluation sur la démocratisation de la réussite scolaire en considérant que l’essentiel de l’enjeu est d’affirmer l’autorité ministérielle et de restreindre la responsabilité enseignante en imposant des méthodes et des protocoles ?

Une note du 8 mars 2019 de la DGRH du ministère de l’Éducation nationale incite les recteurs et les DASEN à engager des mesures disciplinaires contre les enseignants qui n’ont pas procédé aux évaluations prescrites par le ministère.

[...] Des doutes légitimes

Les dispositifs ministériels sont régulièrement objets de critiques mais rarement un dispositif aura soulevé autant de réactions négatives. Les critiques émanent de nombreux chercheurs : Roland Goigoux, Dominique Bucheton, Mireille Brigaudiot, Emile Gentaz, Stella Baruk, Rémi Brissiaud, Philippe Meirieu, Sylvain Connac, Bruno Robbes, Jean Houssaye, Laurent Lescouarch et d’autres encore ...

Les critiques ciblent tantôt l’inadaptation d’un exercice particulier à identifier la compétence visée, tantôt le stress inutile produit par l’inadaptation du niveau de bien des exercices, tantôt le déséquilibre entre les items retenus et les programmes d’enseignement.

Mais la raison majeure de doute est aujourd’hui celle de l’effet de l’usage de ces évaluations qui s’avèrent induire des catégorisations de groupes de niveaux, conduisant l’organisation de classes par niveaux dont on sait qu’elles sont loin de constituer le dispositif le plus favorable aux élèves en difficulté. Par contre, elles s’avèrent totalement inadaptées pour aider les enseignants à identifier et analyser la nature des difficultés, de manière à pouvoir modifier leurs organisations pédagogiques au service de l’aide des élèves.

Serait-ce garder raison que de prendre le risque de renoncer aux effets de l’évaluation sur la démocratisation de la réussite scolaire en considérant que l’essentiel de l’enjeu est d’affirmer l’autorité ministérielle et de restreindre la responsabilité enseignante en imposant des méthodes et des protocoles ?

Extrait de mediapart.fr/paul-vein du 16.03.19 : Évaluations CP-CE1 : chercher la faute du professeur ou la réussite de l’élève ?

Répondre à cet article