> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > PEDAGOGIE (généralités) > Apprendre ou multiplier les activités ? Élèves passifs ou pédagogies actives ? (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Apprendre ou multiplier les activités ? Élèves passifs ou pédagogies actives ? Vrais ou faux débats ?, un article d’Yves Reuter

24 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Faire ou ne pas faire ? Telle n’est pas la question pédagogique
par REUTER Yves
Apprendre ou multiplier les activités ? Élèves passifs ou pédagogies actives ? Vrais ou faux débats ?

Deux thèses structurent un débat pédagogique récurrent concernant les activités scolaires. Pour les simplifier au risque de les caricaturer, on a d’une part la thèse qui dénonce des confusions entre activités et apprentissages et, par voie de conséquence, entre élèves actifs et élèves apprenants. Ces confusions, qui seraient principalement le fait des innovations et/ou des pédagogies actives, engendreraient des malentendus, surtout pour les élèves issus des milieux défavorisés. La thèse opposée dénonce la passivité des élèves dans les fonctionnements scolaires traditionnels ainsi que la répétition de situations formelles offrant peu de sens pour les élèves et engendrant des risques de décrochage.

Je me propose d’explorer de manière plus nuancée, à la suite de bien d’autres [1], les positions qui s’affrontent. Je le ferai en trois temps : quelques questions en guise de préalables, une reconstruction possible des thèses en présence, des propositions pour essayer de s’extraire de positions figées.

Extrait de changement-egalité.be d’avril 2020

Répondre à cet article