> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > DISPOSITIFS VACANCES > Vacances (généralités) > Soutien aux colonies de vacances et développement d’Ecole ouverte annoncés (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Soutien aux colonies de vacances et développement d’Ecole ouverte annoncés par Gabriel Attal pour les enfants des quartiers (le Monde et ToutEduc)

15 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

Ecoles ouvertes, colonies de vacances : « Nous voulons que le tourisme social ne soit pas balayé par la crise », affirme Gabriel Attal
Face aux restrictions liées au Covid-19, le secrétaire d’Etat Gabriel Attal annonce des mesures de soutien aux colonies de vacances et le développement des écoles ouvertes.

[...] Les colonies de vacances vont-elles survivre à la crise sanitaire liée au Covid-19 ?
Le secteur des colonies de vacances est fragile de longue date. Il s’agit d’un enjeu social essentiel : chaque année, 3 millions d’enfants ne vont pas en vacances, soit un quart des élèves en France. Il y a trente ans, 4 millions d’enfants partaient chaque année en colonie de vacances, aujourd’hui ils ne sont plus que 850 000. Trois facteurs expliquent cette baisse de fréquentation : la difficulté pour les associations de tourisme social, qui gèrent la plupart des camps de vacances, d’investir dans la modernisation de leurs équipements ; le coût pour les familles – en moyenne 500 euros la semaine par enfant – ; mais aussi la recomposition des familles. Avec l’augmentation du nombre des divorces, les parents se partagent les temps de vacances et préfèrent souvent en profiter avec leurs enfants plutôt que de les envoyer en colonie. L’Etat peut agir sur les deux premiers volets.

[...] Quelles solutions ?
Plusieurs scénarios sont à l’étude. Chaque année, le dispositif des « écoles ouvertes » permet d’accueillir environ 70 000 enfants : école le matin, sports et culture l’après-midi. Nous allons développer massivement ce dispositif 100 % gratuit afin de pouvoir accueillir 400 000 enfants cet été. Nous proposerons à des artistes et à des intermittents du spectacle d’animer des ateliers. Dans le cas où la mobilité resterait limitée à 100 kilomètres cet été, nous développerons des « mini-séjours », des excursions de deux à trois jours en petits groupes pour visiter des monuments ou aller à la découverte de la nature.

Extrait de lemonde.fr du 14.05.20

 

"Vacances apprenantes et culturelles" : il y aura des offres dans tous les départements de France, sauf en Guyane où les écoles ne rouvriront pas avant septembre (G. Attal)

Il y aura une offre de loisirs et de "vacances apprenantes et culturelles" dans tous les départements de France, a assuré, hier mercredi 13 mai 2020, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, Gabriel Attal, aux sénateurs de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication qui l’auditionnait sur les conséquences de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 sur les politiques publiques en matière de jeunesse et de vie associative. Partout, "sauf en Guyane", territoire qui "a fait le choix de ne pas rouvrir ses écoles avant septembre", a expliqué le secrétaire d’État. Cette fermeture empêchera la tenue du dispositif "École ouverte", mais, les centres de loisirs pourront fonctionner, a-t-il encore précisé. Cette audition en téléconférence a été l’occasion de préciser les pistes de travail retenue pour construire le dispositif complet qui sera proposé aux enfants cet été, loisirs, apprentissages, colonies, dont il avait déjà livré une préfiguration à l’Assemblée nationale et au Sénat (lire ici et ici).

C’est "une fusée à trois étages" qui devrait constituer cet "été apprenant et culturel", a précisé le secrétaire d’État. Un été pour lequel sont visés des objectifs multiples, puisqu’il doit "permettre de s’évader, d’aller dans la nature, de rencontrer d’autres enfants, mais aussi de rattraper un certain nombre d’apprentissages". Au premier "étage", le "renforcement très important du dispositif École ouverte" avec des apprentissages le matin et des actions avec des organismes d’accueil de loisirs l’après-midi, s’ajoute un deuxième "étage", des "micro-séjours de découverte", soit de type scoutisme en nature, soit de découverte patrimoniale.

Concilier temps d’apprentissage informels et formels dans les colonies

Le troisième "étage" concerne les colonies de vacances "que nous devons développer de façon massive si possible", a indiqué le secrétaire d’État, mais sous réserve d’arbitrage positif attendu pour le 2 juin prochain. Sur ces dernières, qui sont "toujours un moment d’apprentissage pour les jeunes", les partenaires travaillent, explique-t-il, à la façon dont pourra se concilier ce temps d’apprentissage informel avec "un temps d’apprentissage formel", pour "faire du rattrapage".

Le secrétaire d’État n’a pas donné de réponse précise concernant les personnels qui pourraient encadrer ces apprentissages dans le cadre de ces colonies mais a évoqué des pistes : des enseignants volontaires, l’utilisation de ressources produites par l’Éducation nationale, d’autres produites par des associations. Il a indiqué que le but était de concevoir "un cahier des charges solide et partagé par tous les acteurs".
[...]

Extrait de touteduc.fr du 14.05.20

 

Voir la sous-rubrique DISPOSITIFS VACANCES

Répondre à cet article