> INEGALITES SCOL., MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Enseignement privé > Création d’une fondation "Kairos" pour le hors-contrat présidée par Xavier (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Création d’une fondation "Kairos" pour le hors-contrat présidée par Xavier Darcos. Espérance banlieue ferme l’école de Montfermeil (ToutEduc)

9 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Xavier Darcos à la tête d’une fondation pour le privé hors contrat
Ancien ministre de l’éducation nationale, Xavier Darcos prend la tête de la Fondation Kairos au sein de l’Institut de France. Cette fondation, crée par Anne Coffinier, "vise à soutenir les projets éducatifs innovants, et notamment les établissements scolaires libres, qui ont à cœur de transmettre la connaissance et la culture classique". L’accent est mis sur la tradition. Il s’agit d’assurer un "soutien financier des structures scolaires et périscolaires innovantes, en particulier d’écoles libres innovantes" et un "plaidoyer en faveur de mesures favorisant le développement d’offres éducatives innovantes". Mais toujours une innovation respectueuese de la tradition. "La Fondation Kairos souhaite remettre la transmission vivante de la civilisation française au coeur de l’approche éducative. C’est pourquoi la jeune fondation est abritée par l’Institut de France", explique la Fondation. Elle organisera "un premier colloque qui portera sur la transmission ambitieuse de la culture classique à l’école, comme antidote essentiel au communautarisme". Partie de la Fondation pour l’Ecole, la structure de référence des établissements scolaires hors contrat, en septembre 2019, suite à un conflit avec Espérances Banlieues, Anne Coffinier avait annoncé la création d’une nouvelle fondation. C’est chose faite au sein d’une institution publique avec la bénédiction d’un ancien ministre de l’éducation nationale.

La fondation

En septembre 2019

Extrait de cafepedagogique.net du 08.06.20

 

Hors contrat : X. Darcos, A. Coffinier et C. Delsol créent une fondation pour des écoles libres innovantes

L’Institut de France dont Xavier Darcos est chancelier abrite "Kairos - Institut de France". L’ancien ministre de l’Education nationale est le président de cette toute nouvelle fondation, dont la fondatrice est Anne Coffinier, les deux administrateurs étant la philosophe, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, Chantal Delsol et Cédric de Lestrange, ancien élève de l’ENA et de l’ESCP, cadre dirigeant d’entreprise. Cette fondation dont le nom est celui du "dieu grec de l’occasion opportune", entend mobiliser "les mécènes autour de son action philanthropique pour l’amélioration de l’éducation,en France et dans le monde francophone principalement".

Elle a en effet notamment pour missions d’apporter un soutien financier à "des structures scolaires et périscolaires innovantes", en particulier des "écoles libres implantées en France et sélectionnées avec soin", de financer des bourses "pour aider les familles modestes à accéder à l’école de leur choix", d’organiser "dès la prochaine rentrée scolaire", "un premier colloque qui portera sur la transmission ambitieuse de la culture classique à l’école, comme antidote essentiel au communautarisme" et de "remettre la transmission vivante de la civilisation française au cœur de l’approche éducative".

Rappelons qu’Anne Coffinier a été licenciée de la "Fondation pour l’école" qu’elle avait créée et dont elle était directrice générale (voir ToutEduc ici)

Le site de la fondation

Extrait de touteduc.fr du 05.06.20

 

Espérance banlieue : Fermeture de l’école de Montfermeil, la première et la vitrine du réseau

"Dans le contexte du Covid-19" et "après avoir procédé à un examen des ressources nécessaires pour la rentrée 2020, l’association de l’école du Cours Alexandre Dumas à Montfermeil, en concertation avec le réseau, a dû prendre la décision difficile de fermer l’école" à la fin de cette année scolaire, indique la Fondation Espérance banlieues.

Interrogée par ToutEduc, la Fondation indique que l’équilibre financier de l’école n’était pas assuré, ce qui était sans doute "plus compliqué en Seine-Saint-Denis que dans d’autres territoires". Dans les 16 autres établissements d’Espérance Banlieues, 17 à la rentrée, 10 à 15 % du financement est assuré par les familles, 60 % par "le milieu local", la fondation complétant, mais avec pour projet que chaque école s’autofinance totalement à terme. L’école de Montfermeil n’entrait pas dans ces ratios. Dans son communiqué (ici (PDF)), la fondation indique "le Cours Alexandre Dumas, en étroite collaboration avec la mairie de Montfermeil, est pleinement mobilisé pour aider à trouver une nouvelle école pour chaque élève à la rentrée prochaine" et que "le réseau accompagnera également chacun des salariés pour identifier avec eux toutes les opportunités envisageables". Le Cours scolarisait du CP à la classe de 4ème.

Egalement interrogé par ToutEduc, le fondateur de l’école de Montfermeil, qui en a quitté la direction il y a trois ans, explique que la Fondation Espérances banlieues considérait l’école comme sa vitrine, les mécènes potentiels du réseau s’y rendaient et convaincus, finançaient le réseau qui s’engageait, en contre-partie, à soutenir l’école. "Espérance Banlieue a abandonné sa poule aux oeufs d’or", ajoute Albéric de Serrant qui dit être parti parce qu’il se sentait "de trop", certains enseignants le trouvant "trop exigeant", mais aussi parce qu’il estimait qu’il avait accompli sa mission. Il considérait de plus que la Fondation ne reconnaissait plus vraiment la vocation multiculturelle de l’école, même si cela n’apparaissait pas dans les discours. "Ils avaient du mal dans la pratique, par exemple avec la gestion des absences au moment de l’Aïd." De même ont été remis en question certains principes, "comme le rôle des aînés pour expliquer aux plus petits les traditions de l’Ecole".

Il a depuis fondé le "Cours des frères Montgolfier", destiné à des enfants précoces ou dyslexiques ou dyspraxiques dont le handicap n’est pas reconnu par la MDPH. L’école pilote a ouvert en janvier à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et elle devrait compter une trentaine d’élèves à la rentrée. Il a pour projet de créer 4 ou 5 autres écoles qui déploient "une pédagogie adéquate pour les jeunes en souffrance scolaire" (ici).

Extrait de touteduc.fr du 10.06.20

Répondre à cet article