> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > Enseignement privé > Crise à la Fondation pour l’école après le conflit avec Espérance banlieue. La (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Crise à la Fondation pour l’école après le conflit avec Espérance banlieue. La directrice générale et co-fondatrice mise à pied (le Café, ToutEduc)

10 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Ecoles hors contrat  : les dirigeants de la Fondation pour l’école se déchirent
La directrice générale de la Fondation a été mise à pied lundi sur fond de tensions internes
Le Monde, mercredi 11 septembre 2019

Extrait de lirelactu.fr du 10.09.19

 

La crise continue à la Fondation pour l’école

Anne Coffinier , fondatrice et directrice générale de la Fondation pour l’école, a annoncé sur Twitter le 7 septembre qu’une procédure de licenciement est engagé contre elle par Lionel Devic, président de la fondation. La Fondation pour l’école fédère les écoles hors contrat de la mouvance traditionaliste. Selon A Coffinier , "mon action de lanceur d’alerte face aux anomalies constatées ne lui convient manifestement pas. Six administrateurs ont déjà démissionné". A Coffinier ajoute : "La FPE n’est pas à vendre. Elle n’est ni une plateforme de défiscalisation dévoule à un seul réseau d’écoles ni une oeuvre au service de quelques familles". En juillet A Coffinier annonçait avoir porté plainte contre L Devic "pour faire cesser les pressions, la calomnie et le chantage au licenciement qu’il exerce sur moi ainsi que sur plusieurs salariés". En arrière plan de cette histoire le conflit qui a opposé la fondation à Espérance banlieue.

Extrait de cafepedagogique.net du 09.09.19

 

EXCLUSIF : Anne Coffinier mise à pied de la Fondation pour l’école

Selon les informations recueillies par ToutEduc, le Conseil d’administration de la FPE, réuni hier vendredi 6 septembre a voté la mise à pied en vue de son licenciement d’Anne Coffinier, directrice générale (et co-fondatrice) de la Fondation pour l’école. Précédemment, Axelle Girard, qui était responsable des relations institutionnelles avait été de même mise à pied en vue de son licenciement.

Cette crise intervient après la séparation de la Fondation pour l’Ecole et d’Espérance banlieues dont un audit avait "mis au jour des irrégularités dans la gestion", selon les informations publiées alors par Médiapart. Elle a déjà provoqué une mission de l’IGA (inspection générale de l’administration, ministère de l’Intérieur) qui devrait rendre son rapport le 15 septembre. Datée du 1er août, la lettre de mission, que ToutEduc a pu consulter, fait état de "graves conflits internes, cristallisés autour d’une de ses fondations abritées, la fondation Espérance banlieues", dont la dissolution le 9 avril "n’a pas suffi à rétablir un fonctionnement plus apaisé". Le courrier demande à l’IGA "d’établir un diagnostic du fonctionnement de la fondation, notamment en ce qui concerne le respect de ses obligations légales (...) et son exposition aux risques ; d’examiner les éventuels conflits d’intérêts concernant ses dirigeants et le caractère désintéressé de leur gestion (...)."

Les " irrégularités" concerneraient également l’Ecole Saint-Dominique du Pecq (92), dont le président est Eric Doutrebente, par ailleurs membre du CA de la FPE. Dans cette école, la messe est dite "par des prêtres de l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre". Outre des problèmes de gestion, le conflit qui oppose Anne Coffinier à une bonne partie du conseil d’administration est en effet politique. Celle-ci, toujours selon son entourage, a voulu que la fondation, conformément à son objet, finance toutes écoles hors contrat, quelle qu’en soit l’orientation pourvu qu’elles répondent à des normes de qualité, tandis que d’autres auraient voulu privilégier les écoles catholiques traditionnalistes. Certains membres du CA ne font d’ailleurs pas mystère de leurs opinions, comme Jean-Marie Schmitz, par ailleurs membre fondateur de la fondation Jérôme Lejeune et président de "Secours de France", une association née en 1961 "des tragédies vécues lors de l’indépendance de l’Algérie". Lionel Devic, président de la FPE et avocat associé au cabinet Delsol, serait pour sa part, avec le pseudo LeoDeClinvi, l’auteur de tweets très peu "politiquement corrects".

La mise à pied d’Anne Coffinier, et son éventuel licenciement, auront donc des conséquences importantes pour celles des écoles hors contrat (ou "indépendantes") dont le financement est, pour partie, assuré par la FPE.

ToutEduc n’a pu joindre la Fondation pour l’Ecole, mais donnera évidemment la parole à ses responsables.

Extrait de touteduc.fr du 08.09.19

Voir aussi Espérance Banlieues : - la belle histoire se fissure ? (Mediapart) - petit rappel historique contrasté (Claude Lelièvre)

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES liés à cet article,
en particulier les mots-clés du groupe 3 : *Fondat. (action) (gr 3)/ et du groupe 5 : Enseignem. privé (gr 5)/
Croiser le mot-clé choisi avec d’autres (en repérant grâce aux * sa place dans les sous-groupes du tableau de croisement)
Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article Ouverture sociale. Les actions des entreprises et fondations (une des 21 sous-rubriques d’OUVERTURE SOCIALE )

Répondre à cet article