> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > PEDAGOGIES (LES) > Péd. Education nouvelle > Huit associations pédagogiques créent la structure commune "Convergences" (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Huit associations pédagogiques créent la structure commune "Convergences" pour relancer l’éducation nouvelle (Le Café)

8 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Les mouvements pédagogiques font Convergences
Près de 200 militants pédagogiques se sont réunis le 6 mars pour créer "Convergences", un regroupement de mouvements pour faire de 2021 "l’année de l’éducation nouvelle" et de 2022 celle d’une grande Biennale.

Un siècle d’école nouvelle

Huit organisations pédagogiques (Cemea, FI Cemea, Icem Freinet, Fespi, Gfen, Crap, Le lien, Fimem) ont créé le 6 mars une structure commune appelée Convergences pour relancer l’idée de l’école nouvelle, 100 ans après son lancement en 1921.

Philippe Meirieu a rappelé la volonté des pionniers de 1921 de mettre en commun leurs indignations après la grande boucherie de 1914-18 et de créer une autre éducation, nouvelle, qui rendrait la guerre impossible. Il appelle à continuer de porter un regard nouveau sur l’enfant pour un monde solidaire mais sans naïveté.

Claude Lelièvre est aussi au rendez-vous. Il évoque précisément le congrès de 1921 qui a vu, à Calais, près de 200 participants venus de 15 pays se réunir. Un événement qui avait donné une large part aux femmes et à la libération des forces créatrices des enfants. "Le maitre mot de ce congrès", dit-il, "c’est face au matérialisme et à l’individualisme, la spiritualité, la coopération, la collaboration, le solidarisme, le cooperativisme, le féminisme", toutes formules que les organisations de 2021 ne rejettent probablement pas. "Mettons en place une grande maison de tolérance où le libre-échangisme de la pensée soit à l’aise et que les femmes soient au rendez-vous !" lache t-il avec facétie.

Contre la marchandisation et l’individualisme

Jacques Bernardin (Gfen) compare 1921 et 2021. "L’époque n’est pas moins sauvage", dit-il, dénonçant la marchandisation, l’individualisme, la compétition, les dérives sectaires, le rejet de l’autre. Il dénonce "l’impasse de la démocratisation scolaire, l’échec scolaire ségrégatif allant s’amplifiant" et "une société qui s’éparpille en archipels". Il invite à "restituer la saveur des savoirs", à développer la coopération et l’émancipation.

Mama Sow, de la FI Cemea, dénonce la marchandisation de l’éducation en Afrique, des sociétés privées accaparant les appels à projet et développant une éducation de bas niveau qui échappe aux Etats.

Une union politique

Pendant ce temps, les participants tchatent entre eux. Des enseignants dénoncent les programme "aliénants", "l’intrusion dans le métier", la bureaucratisation "étouffante". "Nous perdons de plus en plus la capacité d’agir sur le terrain éducatif géré de manière de plus en plus autoritaire où les savoirs deviennent de plus en plus instrumentaux", déplore un autre enseignant.

Ces préoccupations sont reprises par Jean-Luc Cazaillon (Cemea) qui a animé la rencontre. "Nos organisations sont vivantes. Nous sommes encore là", rassure t-il. "Il nous faut avoir cette double contrainte : avoir des utopies et les rendre concrètes". Il appelle à "faire alliance pour faire de 2021 l’année de l’éducation nouvelle". Un colloque sera organisé en juillet à Calais avec l’ambition de rédiger un Manifeste et d’organiser une Biennale à l’automne 2022. Dès maintenant des appels sont lancés au niveau local pour des regroupements entre organisations en régions , comme fin mars en Pays de la Loire.

François Jarraud

La vidéo

Extrait de cafepedagogique.net du 08.03.21

Le site

 

Voir la sous-rubrique Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, observatoires... et le mot-clé Pédag. Education nouvelle (gr 4)/

Voir sur le site OZP la quinzaine de "pédagogies" (sous-rubriques et mots-clés)

Répondre à cet article