> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2004 > novembre > Les collégiens de ZEP à Paris aidés de façon originale (L’Expresso)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les collégiens de ZEP à Paris aidés de façon originale (L’Expresso)

30 novembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « L’Expresso » 30.11.04 : les collégiens de ZEP de Paris aidés de façon originale

Depuis la rentrée, Paris expérimente auprès de 500 élèves un outil d’aide en ligne en français et en mathématiques destiné aux collégiens de la 6ème à la 3ème. Cet outil est utilisé en ZEP ou en REP, en dehors des heures de cours, avec le soutien d’équipes pédagogiques. La ville s’est aussi engagée dans la construction d’ici 2009 de 6 nouveaux collèges :

Rénover le patrimoine scolaire, renforcer les moyens de fonctionnement des établissements et construire un véritable service public de l’animation périscolaire constituent les axes essentiels du projet éducatif parisien présenté par Eric Ferrand, adjoint au maire de Paris chargé de la vie scolaire et de l’aménagement des rythmes scolaires.

Dans le prolongement de cette politique, la collectivité parisienne mobilisée depuis 2001 souhaite tout particulièrement accentuer, dynamiser et mettre en relief les actions en direction des collégiens.
L’objectif est notamment de développer les coopérations et les projets avec les établissements du second degré afin de développer une offre d’activités et des actions éducatives adaptées aux besoins spécifiques des collégiens en matière d’accès à la culture et aux loisirs, de réussite scolaire, de prise d’autonomie et d’apprentissage de la citoyenneté.

Assurer aux collégiens des conditions de travail optimales

Paris comprend 109 collèges publics (dont 31 sont imbriqués avec des lycées), dans lesquels sont scolarisés 58 500 élèves.
La Ville assume également la responsabilité de 15 lycées professionnels municipaux qui scolarisent 5350 lycéens.
Le plan d’investissement pour Paris prévoit 440 M€ pour le secteur scolaire sur la période 2004/2007 (10% de l’investissement parisien), dont 108 M€ pour le seul second degré

Six nouveaux collèges

Afin de desserrer les contraintes des collèges surchargés, de proposer un accueil de proximité et de qualité dans les arrondissements où le nombre de collégiens augmente, de limiter les effectifs dans les secteurs sensibles et d’offrir aux élèves des locaux d’enseignement adaptés aux exigences pédagogiques, 6 nouveaux collèges sont programmés.
Aux collèges Thomas Mann (13ème) et Daniel Mayer (18ème) déjà ouverts, s’ajoutera la livraison du collège Varèse (19ème) en janvier 2005, puis celle du collège Ampère (20ème) en 2006, ainsi que le lancement des travaux du collège Pajol (18ème) en 2007 pour répondre aux besoins des 10ème, 18ème et 19ème arrondissements et d’un collège dans le 17ème qui ouvrira à la rentrée 2009 pour répondre aux besoins des 8ème, 9ème et 17ème arrondissements. Le coût global de ces investissements est de 90 millions d’euros

Plus de la moitié des collèges restructurés en 6 ans

En outre, d’importantes opérations de restructuration ou d’extension sont réalisées, permettant d’adapter les capacités d’accueil des collèges existants et d’améliorer le confort des élèves et des personnels : 23 opérations de ce type ont été achevées de 2001 à 2003, 12 autres seront terminées en 2004 ; 26 opérations sont programmées d’ici 2007, soit 60 au total, plus de la moitié des collèges parisiens pour un coût de 150 millions d’euros.

11,5 M€ par an pour rénover les collèges

En 2004, la Ville de Paris, en tant que département, aura consacré 11,5 millions d’euros aux travaux de sécurité et à l’amélioration des conditions d’enseignement dans les collèges. Pour 2005 quelques 400 opérations d’entretien du patrimoine sont programmées dans les établissements du second degré.
La collectivité parisienne poursuit également son effort pour l’accueil des collégiens handicapés : depuis la rentrée scolaire 2004/2005, 6 collèges et ensembles immobiliers bénéficient d’une accessibilité totale ou partielle grâce à d’importants travaux réalisés.

Un renforcement équilibré des moyens de fonctionnement

Des critères d’équité transparents pour l’attribution des dotations de fonctionnement des collèges (12,5 millions d’euros en 2004, soit 8% d’augmentation par élève depuis 2000) sont progressivement mis en place dans le cadre d’une démarche concertée avec les chefs d’établissements.
Aux 3,7 millions d’euros annuellement consacrés à l’équipement des collèges s’ajoute la dotation matériel informatique : en 2004, 659 ordinateurs neufs ont été acquis pour un budget de 600 000 euros.
Il est à préciser que la Ville prend à sa charge les manuels scolaires des collégiens.

Au total, le budget consacré au fonctionnement et à l’équipement pédagogique des collèges s’élève à 16,8 millions d’euros en moyenne par an depuis 2001.
Par ailleurs, les collèges étant des établissements autonomes, la ville s’attache à renforcer les délégations de crédits d’équipement dans toute la mesure du possible, afin d’accélérer les réalisations.
De plus, dès l’an prochain les chefs d’établissements du second degré auront au sein des services un interlocuteur unique compétent sur tous les sujets concernant le fonctionnement et les travaux de leurs établissements

Développer les dispositifs éducatifs périscolaires proposés aux collégiens

Le département de Paris souhaite intensifier les coopérations avec les établissements scolaires du second degré, afin de développer l’offre d’activités périscolaires proposée par les collèges dans les domaines sportif, culturel, artistique, d’aide et de soutien, de mieux l’adapter aux besoins spécifiques des collégiens tout en les accompagnant dans leur apprentissage de l’autonomie et de la citoyenneté.

Favoriser l’accès des collégiens à la culture, au sport et aux loisirs

Depuis la rentrée scolaire 2004/2005, le Département encourage et soutient les collèges à passer des conventions avec les centres d’animation ou autres structures extérieures pour accueillir des activités éducatives et de loisirs le mercredi, le soir et/ou pendant les vacances :
- Le collège Boris Vian (17ème) a ainsi passé une convention avec le centre d’animation Interclub 17 pour accueillir le lundi soir dans ses locaux des ateliers de Judo et de Ju Jitsu à destination des jeunes du quartier.
- Le collège Georges Rouault (19ème) propose, en association avec " Théâtre et territoire associés ", un atelier théâtre le mercredi après-midi, qui se conclura par une représentation au théâtre Paris-Villette en fin d’année scolaire.
- Le collège Maurice Utrillo (18ème) a signé un partenariat avec le centre d’animation René Binet pour la réalisation d’une fresque dans l’établissement. Les ateliers sont organisés le mercredi et pendant les vacances dans le collège, le samedi dans le centre d’animation.
- Le collège Claude Chappe (19ème) met à disposition du centre d’animation Clavel sa cour, pour une activité de hockey sur rollers.

- D’autres projets sont en cours de développement, notamment entre le lycée-collège Jules Ferry (9ème) et le centre d’animation Valeyre, le lycée-collège Jean de La Fontaine (16ème) et le centre d’animation Point du Jour, ou encore entre le collège Valmy (10ème), les centres d’animation Jemmapes, La Grange aux Belles et l’association " Puzzle Théâtre " pour des ateliers théâtre le mercredi après-midi sur le thème des relations filles-garçons, partenariat qui pourrait également associer le collège La Grange aux Belles (10ème), le centre d’animation René Binet (18ème), l’espace jeunes Saint-Blaise (20ème) et les collèges environnants.

Afin de dynamiser cette démarche, le Département lancera en 2005 un appel à projets en direction des collèges, destiné à favoriser la mutualisation des locaux et le développement des loisirs éducatifs et de l’accompagnement à la scolarité. Un groupe de pilotage associant des principaux de collèges se mettra prochainement en place pour construire cet appel à projets et en effectuer le suivi.

Soutenir la réussite scolaire

En dépit de la suppression des emplois jeunes au plan national, la collectivité parisienne a décidé de pérenniser, pour un coût de plus de 2 millions d’euros, le dispositif de prévention éducative " Action collégien ", afin de soutenir et d’aider dans leur scolarité les élèves les plus en difficulté. 30 collèges en ZEP bénéficient ainsi de ce dispositif dont les actions concernent plus de 10 000 jeunes âgés de 11 à 16 ans.

Depuis la rentrée scolaire, le Département de Paris expérimente un outil d’aide aux apprentissages grâce à Internet, en français et en mathématiques, de la 6ème à la 3ème. Cet outil a la particularité de permettre aux enseignants d’accéder aussi au programme et de suivre le travail de leurs élèves de façon personnalisée. 500 collégiens scolarisés en ZEP ou REP sont concernés, les séances d’accompagnement à la scolarité, encadrées par des équipes pédagogiques volontaires pour s’impliquer dans cette action, ayant lieu le soir et/ou le mercredi. C’est en effet auprès de ce public, qui ne dispose pas de l’internet dans le cadre familial et parmi lequel les risques d’échec scolaire sont les plus importants, que le Département de Paris pourrait ultérieurement, si l’expérimentation se révèle satisfaisante, encourager la poursuite de cette action au niveau local.

Une dizaine de collèges parisiens participent actuellement à l’opération école ouverte le mercredi après-midi et/ou pendant les vacances. Au moins autant de nouveaux collèges souhaiteraient pouvoir s’engager dans cette opération, aussi le Département est-il prêt, dès cette année, à s’impliquer financièrement dans le cadre d’un partenariat avec l’Education nationale.

Plusieurs collèges ont mis en place un dispositif d’accompagnement à la scolarité le soir après la classe. Ces initiatives seront soutenues dans un premier temps dans le cadre de l’appel à projets, le Département étudiant pour l’année scolaire prochaine la possibilité d’un renforcement.

Répondre à cet article