> EDUCATION PRIORITAIRE (Politique d’) > EDUC PRIOR. Etudes > Enjeux et limites de l’obligation de résultats : quelques réflexions à partir (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Enjeux et limites de l’obligation de résultats : quelques réflexions à partir de l’éducation prioritaire en France, par Lise Demailly (Lille I) . Extraits d’un ouvrage collectif (De Boeck, 2008)

24 avril 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de books.google.com avril 2009

Enjeux et limites de l’obligation de résultats : quelques réflexions à partir de l’éducation prioritaire en France, par Lise Demailly (Lille I). (pp.115-122 extraits)

Extrait de l’ouvrage collectif "L’obligation de résultats en éducation - Evolutions, perspectives et enjeux internationaux, sous la dir. de Claude Lessard et Philippe Meirieu (Ed. de boeck, 2008, coll. Perspectives en éducation et formation)

Lire des extraits de l’article

Note : Les extraits de l’article de Lise Demailly s’arrêtent à la page 116 incluse

Lire des extraits de l’ouvrage

Répondre à cet article

1 Message

  • Cet ouvrage me semble devoir faire date.

    J’approuve pleinement, au mot près, les leçons à tirer sous forme de conclusion à la page 121 de cet ouvrage.

    iI me paraît incontournable que chacun, quel que soit son positionnement , accepte de remettre à plat son point de vue sur trois enjeux qui ressortent sous une nouvelle lumière par la lecture attentive de cette conclusion :

    1) La pertinence de la LOLF à la lumière des paragraphes 1et 2 de cette page.

    2) La pertinence du socle commun de connaissances et de compétences à la lumière des paragraphes 3 et 4.

    3) La pertinence de la revendication "15+3", non pas seulement en terme de "confort" des enseignants , mais comme traduction des conditions nouvelles implicitement requises dans le 3ème paragraphe. Accessoirement l’adéquation du dispositif professeur "référent" avec "l’auto-évaluation socialisée dans le groupe de pairs".

    4) La pertinence d’aller plus loin que le décret de 84 dans l’autonomie des établissements scolaire et de renforcer le "pilotage" des chefs d’établissement, à la lumière du 3ème et du dernier paragraphe (à la lumière aussi des précisions sur le contenu du concept d’autonomie telles que formulées de manière concordante ici et, valables pour tous les établissements publics, pas seulement le supérieur.

    Répondre à ce message