> PILOTAGE, MIXITE SOCIALE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION... > Socle et Compétences > Socle et compétences (Etudes) > "Quand l’école prétend préparer à la vie…- Développer des compétences ou (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Quand l’école prétend préparer à la vie…- Développer des compétences ou enseigner des savoirs ?" , par Philippe Perrenoud, ESF, 2011 (analyse et interview par Les Cahiers pédagogiques)

10 décembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Quand l’école prétend préparer à la vie…- Développer des compétences ou enseigner des savoirs ?
Philippe Perrenoud, ESF, 2011

Philippe Perrenoud a l’art de poser les bonnes questions, celles qui peuvent secouer les consensus apparents et obliger à aller plus loin dans l’analyse.
L’école peut-elle, doit-elle apprendre « à vivre » ? On entend déjà le chœur des défenseurs autoproclamés des « savoirs » : comment, mais l’école n’a pas à se préoccuper de la « vie », mais bien à donner les connaissances essentielles avec lesquelles chacun pourra, plus tard, construire sa vie…

Sauf qu’ainsi, seuls ceux qui, dans leur milieu, apprennent à argumenter sur les évènements du monde, à adopter des conduites positives en matière de santé ou à sélectionner les informations sur internet pourront utiliser pleinement les savoirs scolaires. Une vraie démocratisation scolaire consiste à s’occuper d’abord de ceux qui ont du mal à atteindre ce fameux « socle commun », non pas tant pour leur faire acquérir des compétences que pour leur donner les moyens de les construire.

La complexité des situations n’exige pas qu’elles soient inouïes, extraordinaires. Il suffit qu’elles contiennent suffisamment de contradictions pour qu’il faille, à chaque fois, un minimum de raisonnement ou de jugement pour choisir le cours de l’action le plus indiqué. C’est ainsi que la compétence « combine en temps réel et de manière pertinente des ressources intellectuelles et émotionnelles », qu’elle est « une disposition stable qui rend possible la performance et l’explique », qui « ajoute en quelque sorte de la rapidité, de la sécurité et un moindre cout à ce que pourrait faire plus lentement et moins surement quelqu’un qui n’a pas été entrainé à se servir des mêmes ressources pour faire face à des situations de la même famille. »

Alors, l’auteur nous propose d’examiner plus avant, à travers les disciplines scolaires existantes, mais aussi celles qui pourraient exister comme le droit, comment pourraient se dégager des compétences que tout futur citoyen éclairé devrait acquérir. [...]

Extrait du site des Cahiers pédagogiques le 09.12.2011 : Quand l’école prétend préparer à la vie…

 

Questions à Philippe Perrenoud

[...] À cela s’ajoute un conflit entre les attentes des diverses classes sociales envers l’école. Comme nul ne peut admettre ouvertement que toute refonte du curriculum menace ses intérêts ou son identité, il avance d’autres arguments, en apparence plus altruistes et soucieux du bien commun. D’où la mauvaise foi.

 

Présentation et sommaire

Répondre à cet article