> 8 - PÉDAGOGIE, ACTIONS LOCALES, FORMATION(S) > FORMATION des acteurs > ACTES nationaux, académiques et locaux > Actes nationaux MEN : Dgesco, Assises, He2f (ex-Esener) > Pré-Assises. Concertation : Une note (8 p.) de l’Institut Montaigne donne "la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pré-Assises. Concertation : Une note (8 p.) de l’Institut Montaigne donne "la priorité absolue à la grande section de maternelle et à l’école primaire" et propose la création de 15 000 places supplémentaires de crèche dans les ZUS

27 juillet 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Introduction
[...] Dans la continuité de ce travail, l’Institut Montaigne publie aujourd’hui une série de propositions sur les thèmes abordés par "Banlieue de la République" : éducation, emploi, politique de la ville et « vivre ensemble ».
Cette note s’intéresse à l’échec scolaire des jeunes issus des zones urbaines sensibles (ZUS)2. Malgré les politiques d’éducation prioritaire mises en oeuvre au cours des trente dernières années3, les résultats scolaires dans les quartiers défavorisés restent préoccupants, d’autant plus que la France est le pays de l’OCDE où l’impact de l’origine sociale sur les résultats des élèves est le plus élevé. L’école primaire est le maillon faible du système éducatif français.

[...] Pour inverser ce phénomène, cette note propose de donner la priorité absolue à la grande section de maternelle et à l’école primaire où l’accent doit être mis sur l’apprentissage de la parole, de la lecture et de l’écriture.

Extraits
br>Dans un contexte de ressources budgétaires rares, les possibilités de réallocation devraient être engagées du secondaire supérieur (le lycée) vers l’école primaire et la maternelle notamment. Miser sur le début de la scolarité permettrait d’obtenir les plus grands bénéfices. Une redistribution des moyens doit être envisagée de façon urgente en faveur de l’école primaire, notamment en direction des ZEP. Dans un contexte où le gouvernement souhaite créer 60 000 emplois dans l’éducation sur le quinquennat, la plus grande partie de ces moyens nouveaux doit servir prioritairement cet objectif.

 

Les propositions

- Proposition 1. Investir dans la petite enfance
Former les professionnels de la petite enfance aux outils stimulant le développement cognitif et langagier.
Créer 15 000 places supplémentaires en crèches dans les ZUS
- Proposition 2. Mettre en place des formations en alternance pour accéder au métier d’enseignant
- Proposition 3. Affirmer l’obligation de formation continue des enseignants en enrichissant la carte des formations
- Proposition 4. Associer les parents et les familles
- Proposition 5. Revenir à une année scolaire plus ample et moins dense

 

Plusieurs encadrés dans cette note mettent en valeur des expérimentations françaises ou étrangères, parmi lesquelles :

- "Ecole et immigrés" (p. 2)
[...] Certains exemples étrangers montrent qu’il est possible de faire réussir les enfants issus de l’immigration dans les mêmes proportions que les autres. Les résultats les plus spectaculaires ont été enregistrés en Floride où les réformes éducatives comme la création du programme « Just Read, Florida ! » ont fait progresser le niveau des populations minoritaires, notamment hispanophones, bien plus rapidement que le niveau national et leur ont permis de rattraper celui des populations majoritaires16.

Écoles de la deuxième chance et Établissement public d’Insertion de la Défense (EPIDE) (p. 3)
[...] On compte 70 écoles de la deuxième chance qui ont accueilli 8 000 jeunes en 2010. 60 % des jeunes trouvent une sortie « positive » (un tiers poursuit une formation qualifiante, 20 % signent un CDD ou un CDI et 13 % un contrat d’alternance).

Un exemple américain : Perry Preschool p. 4)
Dans le cadre du Perry Preschool, 123 enfants de trois à quatre ans de milieux défavorisés ont été répartis dans deux groupes de façon aléatoire : un groupe d’intervention et un groupe témoin.
Les enfants du groupe d’intervention ont suivi un programme de 2h30 par jour et leurs mères ont reçu des visites à la maison de 1h30 par semaine pendant deux ans. Ils ont été suivis régulièrement jusqu’à leurs 41 ans. Les résultats obtenus sur les niveaux d’enseignement et de rémunération atteints à long terme sont spectaculaires : 71 % des personnes du groupe d’intervention sont diplômés du secondaire contre 54 % dans l’échantillon témoin, et 36 % des membres du groupe d’intervention ayant un emploi ont un salaire supérieur à 2 000 USD contre 7 % des membres du groupe de contrôle. [...]

L’exemple anglais (p. 5)
Un faisceau de programmes sur la petite enfance a été initié dans les années 1990 avec pour ambition de faire baisser l’exclusion sociale et la pauvreté. Le dispositif National Childcare Strategy, mis en place à partir de 1998 à l’échelle régionale à travers des partenariats d’acteurs, visait à augmenter fortement et durablement le nombre de places en crèche et à les rendre plus abordables financièrement.
La Neighbourhood Nurseries Initiative mise en place en 2000 a pour but d’accroître le nombre de places en structures early learning dans les 20 % des régions les plus défavorisées et s’inscrit clairement dans l’objectif de réduire la pauvreté des enfants en permettant à leurs parents de retourner au travail. L’objectif de créer 45 000 nouvelles places (équivalent à 900 nouvelles structures) a été atteint en 2004. Le 1er avril 2011, le Department for Education a annoncé le versement de
4 millions de livres sterling à quinze autorités locales afin qu’elles puissent offrir des places gratuites d’early learning and childcare aux enfants de deux ans les plus défavorisés de leur commune.

- "Un exemple français : P.A.R.L.E.R." (p. 8)
Le programme « Parler » (Parler, Apprendre, Réfléchir, Lire Ensemble pour Réussir) mis en place par Michel Zorman, pratiqué dans les zones d’éducation prioritaire (ZEP) de l’académie de Grenoble sur la fin de maternelle et le début de primaire dans huit classes entre 2005 et 2008, a permis de réduire l’échec scolaire par deux par rapport aux classes témoins. [...]

- "L’intervention "Mallette des parents" : une expérimentation réussie" (p. 9)
[...] Cette expérimentation met en lumière la possibilité d’initier des politiques de communication peu
onéreuses afin de mieux impliquer les parents dans la scolarité de leurs enfants. Le dispositif a été
étendu à 1 300 collèges, soit près d’un quart des collèges publics, depuis la rentrée 2010. Les
nombreux effets positifs sur le parcours des élèves invitent donc à généraliser cette pratique, et
notamment à penser sa mise en oeuvre dès l’école élémentaire.

Lire le texte intégral de la Note ( 8p.) : CONTRIBUTION À LA
CONCERTATION SUR L’ÉCOLE : PRIORITÉ AU PRIMAIRE

 

Lire la présentation par le site vousnousils.fr du 26.07.12 : Le primaire, "maillon faible du système éducatif" pour l’Institut Montaigne

Répondre à cet article