> 4 - Education prioritaire > MATERNELLE et Petite enfance (10 SR) > Rapports officiels (Maternelle) > La progression de la scolarisation des moins de 3 ans en ZEP explique (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La progression de la scolarisation des moins de 3 ans en ZEP explique l’augmentation des effectifs du primaire prévue à la rentrée 2013. Mais cette hausse démographique risque de freiner le dispositif "Plus de maîtres que d’élèves"

3 mai 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans le premier degré, le nombre d’élèves devrait augmenter de 34 200 en 2013 et de 32 000 en 2014.
La progression des naissances à partir de 2006 et l’augmentation de la scolarisation des enfants âgés de deux ans dans les zones de l’éducation prioritaire expliquent ces évolutions.

Hausse de la scolarisation des enfants âgés de deux ans
Sur les dix dernières années, les hausses démographiques des enfants âgés de trois
à cinq ans scolarisés dans l’enseignement préélémentaire ont été atténuées par la baisse de la scolarisation à deux ans (graphique 1)

En effet, l’accueil des enfants de deux ans est en forte baisse sur cette période, avec un taux de scolarisation perdant plus de 20 points entre 2001 (34 %) et 2012 (11 %).

Le maintien de ce taux aurait conduit à une nouvelle baisse de 1000 élèves de deux ans scolarisés à la rentrée 2013 et à une stabilisation en 2014, autour d’un nombre total de 90 000 élèves de deux ans scolarisés.
L’un des objectifs du projet de loi pour la refondation de l’école vise à favoriser l’accueil de ces enfants pour atteindre un taux de scolarisation de 30 % dans les écoles en éducation prioritaire en cinq ans (voir encadré
« Éducation prioritaire » p. 7)

.La prise en compte progressive de cet objectif conduit à scolariser davantage d’élèves âgés de deux ans sur les deux prochaines rentrées, soit 3 100 élèves de deux ans supplémentaires en 2013 et 3 700 en 2014.

[...] Ainsi, compte tenu de la reprise de la scolarisation à deux ans, le nombre total d’enfants dans l’enseignement préélémentaire en France métropolitaine et dans les Dom (hors Mayotte) devrait augmenter fortement à la rentrée 2013 (+ 17 400 soit + 0,7 %) mais rester globalement stable en 2014 (- 400 enfants)

Extrait de education.gouv.fr : Prévisions nationales des effectifs d’élèves des premier et second degré pour les rentrées 2013-2014s

 

[...] Après des années de baisse de la scolarisation, le ministère prévoit une hausse de 3 000 enfants de moins de 3 ans. A cela s’ajoutent plus de 16 000 écoliers qui entreront à l’école élémentaire à la prochaine rentrée. Ce sont donc 34 200 élèves supplémentaires que l’école devra accueillir soit l’équivalent de 1 400 classes.

[...] Mais sur les 3 000 postes créés à la rentrée dans le premier degré, presque la moitié devront être consacrés à la croissance démographique. C’est autant de postes en moins pour mettre en place le plus de maîtres que de classes voulu par V. Peillon. Le dispositif phare de la refondation, susceptible de lutter contre la baisse de niveau constatée dans le système éducatif français, se déploiera de façon moins importante que prévue.

Extrait de cafepedagogique.net du 02.04.13 : La démographie contre Peillon

Répondre à cet article